L’Apparition de la Sainte Vierge à la Rue du Bac, fêté le 27 Novembre

27  NOVEMBRE MANIFESTATION  DE  LA  VIERGE  IMMACULÉE DITE  DE  LA MÉDAILLE  MIRACULEUSE (1830)
https://i2.wp.com/beaudricourt.hautetfort.com/media/01/02/80570039.jpg

Parmi  les  bienfaits  dont  la  très  sainte  Vierge,  au  cours  des siècles,  a  favorisé  la  France,  il  n’en  est  pas  beaucoup  dont l’influence  rédemptrice  se  soit  fait  autant  sentir  que  le  don de  la  Médaille  miraculeuse.  On  ne  saurait  compter  le  nombre de  grâces  de  toutes  sortes,  et  particulièrement  de  conversions, dues  à  cette  modeste  effigie  de  l’Immaculée  Conception  que Marie  voulut  présenter  elle-même  « au monde,  particulièrement à  la  France  et  à  chaque  personne  en  particulier  ».  Ce  sont  les termes  mêmes  dont  elle  daigna  se  servir.

C’est  une  humble  novice  de  vingt-quatre  ans  qu’elle  choisit pour  lui  servir  d’intermédiaire.  Catherine  Labouré  était  fille d’un  agriculteur  de  Fain-les-Moutiers,  au  département  de  la Côte-d’Or.  Orpheline  de  mère  dès l’âge  de  douze  ans, en  1818  elle fut,  avant  d’avoir  pu  acquérir  aucune  instruction,  obligée  de prendre  la  direction  de  la  maison  paternelle.  Elle  s’acquitta  de ce  devoir  difficile  avec  une  maturité  fort  au-dessus  de  l’enfance; mais  bientôt,  touchée  de  l’amour  divin,  elle  n’eut  plus  qu’un
désir  : la  vie  religieuse.  Elle  l’entretenait  par  la  prière  et  par  la pénitence  ;  malgré son  travail  assidu,  Catherine  jeûnait  en cachette  le  vendredi  et  le  samedi  de chaque  semaine.  Souvent elle  allait  à  la  messe  à  l’hôpital  de  Moutiers-Saint-Jean, proche de  Fain,  que  tenaient  les  Filles  de  la  Charité.  C’est  là  qu’elle apprit  à  les  connaître  et  que  sa  vocation  se  précisa.

Elle  eut  de  la  peine  à  obtenir  de  son  père,  fort  attaché  à  sa fille,  la  permission  d’entrer  dans  la  famille  de  saint  Vincent de  Paul.  Quand  il  la  donna,  du  moins  refusa-t-il  de  fournir  la dot  nécessaire  ; c’est  à  la  générosité  de  sa  belle-sœur  que  Catherine  en  fut  redevable.  Enfin  elle  put  entrer,  aux  premiers  jours de  1830,  à  la  Maison  de  Charité  de  Châtillon-sur-Seine  pour commencer  son  postulat.  Et  le  21  avril  de  la  même  année,  elle arrivait  joyeuse  à  Paris,  au  séminaire  de  la  rue  du  Bac  :  c’est ainsi  qu’on  nomme  le  noviciat  des  Filles  de  la  Charité.

La  sainte  Vierge  l’y  attendait  ; l’âme  simple,  pure,  humble  de la  jeune  fille  était  toute  préparée  à .entrer  en  contact  avec  le monde  surnaturel.  Dès  sa  première  communion,  elle  était,  selon l’expression  d’une  de  ses  sœurs,  «  devenue  toute  mystique,  » c’est-à-dire  contemplative.  La  vie  du  noviciat  devait  développer  cette  aptitude  et  cet  attrait.  Et  Dieu  s’inclinait  avec  complaisance  vers  celle  qui s’absorbait  dans  la  prière  pour  mieux entendre  les  voix  célestes.  Dès  le 26  ou 27  avril,  elle  fut  favorisée de  grâces  extraordinaires.  Ce  fut  d’abord  le  cœur  de  saint  Vincent  «de  Paul  dont  elle  eut  la  vision  à  trois  reprises  différentes, au-dessus  de  la  châsse  où  elle  vénérait  les  reliques  de  son  Père, tout  de  nouveau  ramenées  à  la  chapelle  de  la  maison  : alors  elle eut,  par  lui,  l’intuition  des  développements qu’allait  prendre sa  congrégation  et  de  la  révolution  prochaine  qui  renverserait le  trône  des Bourbons.  Et  puis -elle  eut  la  faveur  merveilleuse  de voir  « tout  le  temps  de  son  séminaire  »,  —  c’est  elle  qui  le  dit à  son  confesseur,  —  Notre-Seigneur  dans  la  sainte  Eucharistie. Bientôt  Marie,  elle  aussi,  allait  se  montrer  à  sa  dévote  fille.

C’était  dans  la  nuit  du  18  au  19  juillet,  veille  de  la  fête  de saint  Vincent  de  Paul.  Catherine  s’était  endormie  avec  un  singulier  pressentiment  que  son  Père  lui  obtiendrait  la  grâce  de voir  la  sainte  Vierge.  A  11  heures  et  demie,  une  voix l’éveilla. Un  enfant  de  quatre  à  cinq  ans,  vêtu  de  blanc,  lui  dit  : « Venez à  la  chapelle.  La  sainte  Vierge  vous  y  attend.  »  Elle  se  lève, elle  suit  l’apparition  à travers  les  corridors,  qui  s’éclairent  à leur  passage.  La  porte  de  la  chapelle  s’ouvre  d’elle-même  au contact  du  doigt  de  l’enfant.  Tous  les  cierges,  tous  les  flambeaux étaient  allumés,  « ce  qui,  dit-elle,  me  rappelait  la  messe de  minuit.  » Bientôt,  dans  un  bruit  « comme  le  frou-frou  d’une robe  de  soie  »,  Marie  vint  se  placer  dans  un  fauteuil  près  de l’autel.  « Voici  la  sainte  Vierge,  »  dit  l’enfant.  Catherine  hésitait  ; il la  gourmanda,  et  :  « alors,  raconte  l’heureuse  voyante, regardant  la  sainte  Vierge,  je  n’ai  fait  qu’un  saut  auprès  d’elle, à  genoux,  sur  les  marches  de l’autel,  les mains appuyées  sur  les genoux  de  la  sainte  Vierge…  Là,  il  s’est  passé  un  moment,  le plus  doux  de  ma  vie  ;  il  me  serait  impossible  de  dire  ce  que j’ai  éprouvé…  »

Ce  que  la  sainte  Vierge  lui  révéla,  Catherine  l’écrivit  plus tard  sur  l’ordre  de  son  directeur.  Marie  lui  annonçait  que  Dieu voulait  la  « charger  d’une  mission  » qui  lui  donnerait  « bien  de la  peine  »;  que  des  malheurs  allaient  fondre  sur  la  France;  et
nettement  lui  étaient  prédites  la  chute  de  Charles  X,  la  guerre de  1870,  la Commune  et  la  mort  de  l’archevêque  de  Paris  et de  nombreux  prêtres,  une  autre  persécution  encore  ;  mais  aussi la  réforme  de  la  congrégation  des  Filles  de  la  Charité  et  « une communauté  qui  viendra  se  réunir  à  la  vôtre  ».  La  date  même de  ces  événements  n’échappa  pas  à  la  voyante  :  « Je  pensais, dit-elle,  quand  cela  arriverait  :  quarante  ans,  et  dix,  et  après la  paix…  »

Mais  cette  apparition,  si  belle  qu’elle  fût,  n’était  qu’une  préparation  à  celle  qui  devait  apporter  au  monde  un  secours  en tous  ces  maux. La  révolution  de  juillet  avait  passé,  avec  ses  excès  d’impiété, ses  saccages  et  ses  dévastations.  Comme  l’avait  promis  la  sainte Vierge,  les  Filles  de  la  Charité  traversèrent  la  tourmente  sans être  inquiétées.  Et  cependant  sœur  Catherine  gardait  la  conviction  qu’elle  verrait  encore  la  sainte  Vierge,  « que je  la  verrais, écrit-elle,  belle  dans  son  plus  beau  ; je  vivais  dans  cet  espoir. » Or elle  la  vit  en  effet.  Mais  rien  ne  vaut  que  de  lire  au  moins quelques  extraits  du  récit  qu’elle  écrivit  pour  son  confesseur.
«  Le  27  novembre  1830,  qui  se  trouvait  le  samedi  avant  le premier  dimanche  de l’Avent,  à  5  heures  et  demie  du  soir,  — à  la  chapelle,  —  il  m’a  semblé  entendre  du  bruit  à  côté  du tableau  de  Saint-Joseph,  —  près  de  l’autel,  du  côté  de  l’épître,
—  comme  le  frou-frou  d’une  robe  de  soie.  Ayant  regardé  de ce  côté-là,  j’ai’ aperçu  la  sainte  Vierge…  (Elle)  était  debout, habillée  de  blanc,  une  robe  en  soie  blanche aurore,  faite  ce qu’on  appelle  à  la  Vierge,  manches  plates,  un  voile  blanc qui descendait  jusqu’en  bas;  par-dessous  le  voile  j’ai  aperçu  ses cheveux  en bandeaux,  par-dessus,  une  dentelle,  à  peu  près de  trois  centimètres  de  hauteur,  sans fronces,  c’est-à-dire  légèrement  appuyée  sur  ses  cheveux  ;  la  figure  assez  découverte, les  pieds  appuyés  sur  une  boule,…  et  puis  tenant  une  boule dans  ses  mains  qui  représentait  le  globe  ;  elle  tenait  les  mains élevées  à  la  hauteur  de  l’estomac,  d’une  manière  très  aisée ; les  yeux  élevés  vers  le  ciel  ;  ici  sa  figure  était  de  toute  beauté, je  ne  pourrais  la  dépeindre.

«  Et  puis  tout  à  coup  j’ai  aperçu  des  anneaux  à  ses  doigts, revêtus  de  pierreries  plus  belles  les  unes  que  les  autres,  les  unes plus  grosses  et  les  autres  plus  petites,  qui  jetaient  des  rayons plus  beaux  les  uns  que  les  autres  :  ces  rayons  sortaient  des pierreries,  les  plus  grosses  de  plus  gros  rayons  toujours  en  s’élargissant,…  ce  qui  remplissait  tout  le  bas,  je  ne  voyais  plus  ses pieds…

«  A  ce  moment  où  j’étais  à  la  contempler,  la  sainte  Vierge baissa  les  yeux  en  me  regardant.  Une  voix  se  fit  entendre,  qui me  dit  ces  paroles  :  Cette  boule  que  vous  voyez  représente  le monde  entier,  particulièrement  la  France,…  et  chaque  personne
en  particulier…  Ici  je  ne  sais  m’exprimer  sur  ce  que  j’ai  aperçu, la  beauté  et  l’éclat  des  rayons  si  beaux  !…  Cest  le  symbole  des grâces  que  je  répands  sur  les  personnes  qui  me  les  demandent…

« A  ce  moment  il  s’est  formé  un  tableau  autour  de  la  sainte Vierge,  un  peu  ovale,  où  il  y  avait,  en  haut  du  tableau,  ces paroles  :  0  Marie,  conçue  sans  péché,  priez  pour  nous  qui  avons recours  à  vous,  écrites  en  lettres  d’or.  Alors  une  voix  se  fit entendre  qui  me  dit  :  Faites,  faites  frapper  une  médaille  sur  ce modèle,  toutes  les  personnes  qui  la  porteront  recevront  de  grandes grâces  en  la  portant  au  cou  ;  les  grâces  seront  abondantes  pour les  personnes  qui  la  porteront  avec  confiance.

« A  l’instant  le  tableau  m’a  paru  se  retourner,  où  j’ai  vu  le revers  de  la  médaille. »
Il  portait  « le  monogramme  de  la  sainte  Vierge,  composé  de la  lettre  M  surmontée  d’une  croix  ayant  une  barre  à  sa  base, et,  au-dessous  de  ladite  lettre  M,  les  deux  cœurs  de  Jésus  et de  Marie  ».

En  d’autres  occasions,  la  voyante  attesta  que  sur  la  boule, sous  les  pieds  de  la  sainte  Vierge,  il  y  avait  aussi  « un  serpent d’une  couleur  verdâtre  avec  des  taches  jaunes  » ;  et  enfin  que le  globe  que  Marie  tenait  entre  les  mains,  ayant  disparu,  les
bras  de  la  Vierge  demeurèrent  étendus.  C’est  l’attitude  qu’a depuis  consacrée  la  médaille  dite  miraculeuse,

« Et  tout  m’a  disparu,  conclut sœur  Catherine,  comme  quelque chose  qui  s’éteint,  et  je  suis  restée  remplie  je  ne  sais,  je  ne  sais de  quoi,  de  bons  sentiments  et  de  joie,  de  consolation…  »

Tel  est  le  récit  touchant  dans  sa  naïve  incorrection,  de  la pauvre  fille  ignorante, mais  ardemment  et  simplement  pieuse. Que  la  révélation  qui  l’honora  soit  véritable  ,  les  merveilles que  multiplia  la  médaille  recommandée  par  Marie, —  guérisons du  corps,  guérisons  de  l’âme  surtout,  innombrables,  —  en  sont le  garant,  non  moins  que  l’approbation  que  lui  donna  l’Église. Mais  plus  sûrement  peut-être  la  vérité  s’en  affirme  dans  l’humilité  prodigieuse de  sœur Catherine.  Non seulement,  ayant  raconté
toutes  ses  visions  à  son  confesseur,  elle  s’en  rapporta  toujours aveuglément  aux  jugements  qu’il  en  porta;  —  dédaigneux d’abord  et  négatifs,  puis  plus  attentifs,  favorables  enfin  ;  mais encore,  —  et  n’est-ce  pas  là  un  vrai  miracle?  —  jamais  elle n’en  parla  à  nul  autre  ;  elle  voulut  demeurer  ignorée  jusqu’à la  fin  de  sa  vie,  et  même  des  juges  ecclésiastiques  appelés  à  se prononcer  sur  l’apparition  ;  elle  alla  jusqu’à  s’excuser  de  se présenter  à  l’archevêque  de  Paris,  Mgr de  Quélen,  qui  manifestait  le  désir  de  la  voir ;  et  ses  sœurs,  qui  savaient  le  fait  et les  détails  de  sa  vision,  qui  entendaient   sans  cesse  raconter  les miracles  dus  à  la  médaille,  qui  la  distribuaient  par  million, vécurent  quarante-six  ans  près  d’elle  sans  se  douter  qu’elle  était l’heureuse  privilégiée  des  faveurs  de  la  sainte  Vierge.

Il  est  impossible  de  ne  pas  rappeler  ici  un  des  plus  éclatants miracles,  et à coup sûr le plus célèbre,  qui  ait été  dû  à la  Médaille miraculeuse.  Le  pape Léon  XIII  a  voulu  qu’il  en  fût  gardé  souvenir  dans  l’office  de  la  fête  célébrée  aujourd’hui. Alphonse  Ratisbonne  était  un  jeune  juif  alsacien  ;  âgé  de vingt-huit  ans,  riche,  considéré,  très  entêté  du  judaïsme,  à  la veille  d’épouser  une  fiancée  qu’il  aimait  tendrement  et  d’entrer dans  une  carrière  aussi  lucrative  qu’honorable,  il  voyageait  en
attendant  l’époque  de  son  mariage.  Arrivé  à  Rome,  presque  par hasard  il  y  rencontra  le  frère  d’un  de  ses  amis,  la  baron  Théodore  de  Bussières,  et  celui-ci,  converti  du  protestantisme, ardent  prosélyte,  conçut  l’espérance,  contre  toute  espérance, d’amener  Alphonse  Ratisbonne  à  la  religion  chrétienne.  Il réussit,  comme  par  une  gageure,  à  lui  faire  accepter  et  porter une  Médaille  miraculeuse,  puis  à  lui  faire  copier  le  Memorare.

Cette  pieuse  prière,  reçue  avec  moquerie,  cependant  s’imprima si  fortement  tout  d’abord  dans  l’âme  du  pauvre  juif,  qu’il  en était  comme  obsédé  et  ne  cessait  de  la  répéter  presque  machinalement.  Le  jeudi  20 janvier  1842,  M.  de Bussières  le  rencontre inopinément  et  l’invite  à  l’accompagner  jusqu’à  l’église  de Saint-André  della Fratte  ;  là  il  le  laisse  pour  quelques  instants, ayant  à traiter  au  couvent  contigu une  affaire  pressante.  Quand elle  fut  conclue,  il  rentra  dans  l’église  à  la  recherche  de  son compagnon.  « Je n’aperçus  pas d’abord  Ratisbonne,  a-t-il raconté. Puis  je  le découvre  bientôt  agenouillé  devant  la  chapelle  de l’ange  Saint-Michel.  Je  m’approche  de  lui,  je  le  pousse  trois  ou quatre  fois  avant  qu’il  s’aperçoive  de  ma  présence.  Enfin  il tourne  vers  moi  un  visage  baigné  de  larmes…  J’étais  moi-même  stupéfait  d’étonnement,  je  sentais  ce  qu’on  éprouve  en présence  d’un  miracle.  Je relève  Ratisbonne,  je  le  guide,  je  le porte  pour  ainsi  dire  hors  de  l’église,  je  lui demande  ce  qu’il  a.
https://i1.wp.com/www.traditioninaction.org/SOD/SODimages3/112_Ratisbonne.jpgIl  tire  de  son  sein  la  Médaille  miraculeuse,  qu’il  couvre  de  baisers  et  de  larmes… Chez  lui,  avec  un  visage  radieux,  il  me serre  dans  ses  bras,  m’embrasse,  me  demande  de  le  conduire chez  un  confesseur,  veut  savoir  quand  il  pourra  recevoir  le baptême,  sans  lequel  il  ne  saurait  plus  vivre…  Je  le  conduisis aussitôt  au  Gesù,  près  du  Père  de  Villefort,  qui  l’engage  à s’expliquer.  Alors  Ratisbonne  tire  sa médaille,  l’embrasse,  nous la  montre  et  s’écrie  : « Je  l’ai  vue  ! je  l’ai  vue  !…  J’étais  depuis «  un instant  dans l’église,  lorsque tout  d’un  coup je  me suis  senti  saisi  d’un  trouble  inexprimable.  J’ai  levé  les  yeux  : tout  l’édifice  avait  disparu  à  mes  regards  ;  une  seule  chapelle  avait pour  ainsi  dire  concentré  toute  la  lumière,  et  au  milieu  de ce  rayonnement  a  paru  debout,  sur  l’autel,  grande,  brillante, pleine  de  majesté  et  de  douceur,  la  Vierge  Marie,  telle  qu’elle  est  sur  ma  médaille  ;  une  force  irrésistible  m’a  poussé  vers elle.  La  Vierge  m’a  fait  signe  de  la  main  de  m’agenouiller, elle  a  semblé  me  dire  :  C’est  bien.  Elle  ne  m’a  point  parlé ; mais  j’ai  tout  compris  ! »

Le  31  janvier,  Alphonse  Ratisbonne,  qui  dans  le  regard  de Marie  avait  tout  compris  de  la  foi  chrétienne,  recevait  le  baptême  dans  l’église  du  Gesù.  Son  sacrifice  était  entier  : en  même temps  qu’au  judaïsme,  il  renonçait  au  monde.  Devenu  prêtre, il  consacra  son  zèle  au  salut  de  ses  anciens  coreligionnaires,  et pour  les  secourir  fonda  avec  son  frère,  converti  avant  lui,  la congrégation  de  Notre-Dame  de  Sion.


Le corps incorruptible de Sainte Catherine Labouré, voyante de l’Apparition de la Rue du Bac.

Source : Saints et saintes de Dieu, Père Moreau, Tome 2, p.681-687

Publicités