Mgr de Ségur répond aux objections contre la religion (44)

Mgr De SégurObjection : Je connais des dévots qui ne sont pas meilleurs que les autres hommes. UN TEL, qui se confesse, n’est pas meilleur pour cela.

Réponse : Cela prouve 1° ou bien que cet un tel se confesse fort mal et n’est pas sérieusement chrétien ;

 2° Ou bien que sa nature est singulièrement rebelle, puisqu’une influence aussi puissante ne le rend pas meilleur que le commun des hommes ;

3° Ou bien (et c’est le plus probable), que vous vous trompez et que vous êtes injuste pour lui.

 

Les chrétiens, remarquez-le bien , ne cessent pas d’être hommes parce qu’ils sont chrétiens. Ils conservent la faiblesse, l’inconséquence de notre pauvre nature humaine, que le péché a si fort corrompue ; leur conduite, dès lors, n’est pas toujours en accord avec leurs principes, avec leurs désirs, avec leurs résolutions.

Mais si la Religion ne corrige pas tous les défauts de caractère, si elle ne détruit pas entièrement et de suite toutes les imperfections, du moins elle les diminue, elle les détruit peu à peu. Elle ordonne sans cesse de les combattre ; elle offre des moyens très-simples et très-puissants pour devenir non-seulement bons, mais parfaits autant que l’humanité le comporte.

Voyez les Saints ; voyez saint François de Sales, saint François-Xavier, saint Vincent de Paul ; c’étaient de vrais chrétiens, rien de plus!

Aussi les âmes droites et courageuses qui usent de ces moyens se corrigent-elles promptement, et finissent-elles par devenir meilleures, puis bonnes, puis excellentes.

Ce qui est certain, c’est que la plupart de ceux qui crient contre les dévots sont, les trois quarts du temps, dix fois plus mauvais qu’eux ; ils voient la paille dans l’œil de leurs voisins, et ils n’aperçoivent pas la poutre qui est dans le leur.

La Religion ne peut que rendre meilleur. Celui qui a des défauts, tout en étant chrétien, aurait ces mêmes défauts, et plus forts encore, s’il ne l’était pas.

Et, de plus, il aurait le très-grand et très-capital défaut que vous avez, vous qui le blâmez d’être religieux: de ne pas rendre à Dieu le culte d’adoration, de prière et d’obéissance qu’il exige de tous les hommes.

Source : Réponses courtes et familières aux objections les plus répandues contre la religion – Mgr de Ségur –  ESR.

Publicités