Saint Clément Ier, fêté le 23 Novembre

23  NOVEMBRE SAINT CLÉMENT I PAPE  ET  MARTYR (?-100)

https://i1.wp.com/www.oremosjuntos.com/Papa/4-clement_I_st._88-97.gif


Dans  toute  l’antiquité  chrétienne,  il  n’est  pas,  après  celui des  apôtres,  de  nom  plus  célèbre  et  plus  vénéré  que  celui  du saint  pape  Clément  Ier ,  au  point  que  non seulement  les  fidèles, mais  les  hérétiques  eux-mêmes  ont  voulu  s’en  glorifier.  Il  ne faut  donc  pas  s’étonner  si  Son  histoire  ne  nous  est  parvenue que  mélangée  de  légendes,  au  milieu  desquelles  il  n’est  pas facile  toujours  de  démêler  la  vérité.  Peu  de  faits  de  sa  vie peuvent  être  établis  avec  certitude  ;  les  œuvres  elles-mêmes qui  portent  son  nom,  sauf  l’excellente  Épître  aux  Corinthiens, sont  généralement  considérées  comme  apocryphes.

Son  nom  a  fait  croire  qu’il  était  Romain  et  de  noble  naissance  appartenant  à  la  race  des  Flavii,  celle  qui  occupa le trône avec  Vespasien  et  ses  fils.  D’autres  l’ont  rattaché  à  la  famille des  Claudii.  On  lit  en  effet  qu’il  fut  épargné,  pendant  la  persécution  de  Domitien,  à  cause  de  sa  parenté  avec  les  empereurs. Etait-il  plutôt  descendant  des  Alilius  Glabrio?  Ou  simplement affranchi  d’une  de  ces  illustres  maisons?  On  l’a  même  dit  d’origine  juive,  à  cause  d’un  passage  mal  interprété,  semble-t-il, de  son  Épître  aux  Corinthiens.  Quoi  qu’il  en  soit  de  ses  origines, saint  Paul,  écrivant  aux  Philippiens,  leur  rappelle  le  souvenir de  Clément  comme  d’un  des  prédicateurs  qui,  avec  lui,  leur ont  enseigné  la  foi.  Puis  on  le  voit  partageant  la  vie  et  les  travaux  de saint  Pierre.  Et  il est  certain que les  deux  grands  apôtres ont  eu  en  lui  un  disciple  et  un interprète  fidèle.  « Il  avait  encore, dit  saint  Irénée,  la  voix  des  apôtres  dans  les  oreilles  et  leurs exemples  devant  les  yeux.  »  Une  tradition  le  désigne  même comme  le  rédacteur  de  l’Épître  aux  Hébreux,  écrite  sous  l’inspiration  de  saint  Paul.

Les  mêmes  incertitudes  se  retrouvent  quand  on  cherche  à établir  à  quelle  date  Clément  fut  élevé  au  siège  épiscopal  de Rome.  Il  semble  bien  que  saint  Pierre,  pour  se  permettre  d’entreprendre  certains  voyages  apostoliques,  ait,  de  son  vivant,
sacré  évêques  saint  Lin  et  saint Anaclet et les ait chargés  d’administrer  l’Église  romaine  pendant  ses  absences.  En  a-t-il  fait ainsi  pour  saint  Clément,  et  même,  au  moment  de  mourir, l’a-t-il  désigné  nommément  pour  son  successeur,  de  préférence aux  deux  autres?  Saint  Jean  Chrysostome  dit  que  quelques troubles  s’élevèrent  parmi  les  fidèles  quand  il  s’agit  de  reconnaître  celui  qui  assumerait,  après  le  martyre  de  saint  Pierre,  la charge  de  diriger  le  peuple  chrétien;  et  saint  Épiphane  affirme qu’alors  Clément  donna  l’exemple de  l’humilité  et  du désintéressement,  comme  plus  tard  il  conseilla  à  d’autres  de  faire  en de  pareilles  circonstances,  et  que  volontairement  il  se  retira devant  l’un  et  l’autre  de  ses  deux  compétiteurs.  De  fait  les noms  de  Lin  et  d’Anaclet  sont  généralement  inscrits  immédiatement  après  celui  de  l’Apôtre  sur  la  liste  des  souverains  pontifes.

Mais  à  la  mort  d’Anaclet,  —  entre  87  et  92  probablement, —  Clément  fut  universellement  reconnu  comme  pape.  A  son administration  fut  due  la  division  de  la  ville  en  sept  régions, à  chacune  desquelles  il  préposa  un  diacre ;  dans  chacune  aussi il  établit  un  notaire  ecclésiastique,  qui  « devait  rechercher  avec sollicitude  et  curiosité  les  gestes  des  martyrs  ».  Il  eut  à  cœur également  l’évangélisation  des  pays  éloignés  et  le  montra  en créant  quinze  évêques  pour  différents  diocèses.  Sans  doute d’autres  actes,  que  nous  ne  connaissons  pas,  contribuèrent  à renforcer  son  autorité  apostolique  ;  un  seul  nous  est  resté  qui prouve  qu’à  ce  moment  déjà  l’évêque  de  Rome  était  considéré comme  le  juge  souverain  et  définitif  dont  la sentence  irréformable  s’imposait  aux  consciences.

L’Église  de  Corinthe  avait  été  agitée  par  de  regrettables  divisions  ;  il  s’y  était  formé  un  parti  turbulent  qui  s’éleva  contre plusieurs  prêtres  cependant  irréprochables  et  poussa  l’audace jusqu’à  prétendre  les  déposer.  Les  anciens  de  cette  Église s’adressèrent  au  pape  pour  le  prier  d’intervenir  et  de  rétablir la  paix.  Clément  leur  répondit  par  une  lettre  demeurée  fameuse depuis  ce  temps  et  dont  le  texte  a  été  rétabli  seulement  en  1875 dans  son intégrité.  La  date  en  est  fixée  par  les premières phrases, car  le  pape  s’excuse  d’avoir  tardé  à  faire  sa  réponse  en  alléguant  « les  malheurs,  les  catastrophes  imprévues  qui  nous  ont accablés  coup  sur  coup  ».  On  a  reconnu  là  une  allusion  discrète à  la  terrible  persécution  de  Domitien,  qui  ne  cessa,  par  la  mort du  tyran,  qu’en  96.  Cette  lettre,  —  qui  révèle  en  son  auteur  la connaissance  des  hommes,  l’habileté  à  manier  les  esprits  et  à toucher  les  cœurs,  une  science  théologique  précise  et  ferme,  une très  prochaine  parenté  d’idées  avec  saint  Paul,  —  est  une  longue exhortation  à  la  concorde,  et  se  présente,  non  pas  comme  le conseil  d’un  égal  bienveillant,  du  reste  sans  autorité,  mais  bien comme  l’avertissement  paternel  et  net  à  la  fois  du  dépositaire d’un  pouvoir  incontesté.  Elle  fut  reçue  d’ailleurs  par  les  Corinthiens  avec  une  entière  soumission.  L’accueil  qu’on  lui  fit  fut « si  parfait,  dit  Mr   Duchesne.  que  la  lettre  de  Clément  passa chez  eux  presque  au  rang  des  Écritures  sacrées.

Soixante-dix ans  plus  tard,  on  la  lisait  encore,  le  dimanche,  dans  l’assemblée des  fidèles.  Rome  avait  commandé  : on  lui  avait  obéi  ». Il  est  difficile  d’établir  la  vérité  au  sujet  des  dernières  années et  de  la  mort  de  saint  Clément,  tant  la  légende  s’en  est  emparée. Fut-il  même  martyr?  Certains  historiens  ont  voulu  le  mettre en  doute.  Il  semble  cependant  définitivement  admis  qu’il  eut l’honneur  de  répandre  son  sang  pour  son  Maître  divin.  A  la  suite d’une  émeute  populaire,  il  fut  cité  devant  le  préfet  du  prétoire ; celui-ci,  homme  modéré,  ne  voulut  pas  prendre  la  responsabilité  d’une  décision.  Il  en  référa  à  l’empereur.  Trajan  régnait alors.  Il  ordonna  d’envoyer  le  pontife  ad  metalla,  aux  carrières que  des  condamnés  exploitaient  dans  la  Chersonèse  Taurique, la  Crimée  actuelle.  Clément  y  trouva  deux  mille  chrétiens  qui avaient  subi  cette  même  condamnation,  probablement  sous Néron  et  qui,  —  volontairement  sans  doute,  parce  que  leur travail  était  apprécié,  —  avaient  été  oubliés  dans  leur  exil, lorsque  Nerva  amnistia  toutes  les  victimes  de  Domitien.  Ce  fut une  grande  joie  pour  eux,  que  l’arrivée  de  l’évêque  universel de  Rome..  Il  les  consola,  leur  rendit  courage;  il  fit  plus  :  sa sainteté,  ses  paroles  eurent  sur  les  païens  du  pays  une  telle influence,  qu’ils  se  seraient,  dit-on,  convertis  en  masse  ;  ils auraient  bâti  des  églises,  renversé  des  temples  et  des  bois  sacrés. Trajan,  averti  de  ces  faits,  envoya  un  magistrat  chargé  de  faire une  enquête.  Elle  aboutit  d’abord  à  de  nombreux  martyres ; puis,  voyant  la  constance  joyeuse  des  suppliciés,  le  juge  se tourna  vers  celui  qui  était  l’âme  de  cette  résistance  passive  et héroïque.  Il  s’efforça  d’amener  Clément  à  l’apostasie  ;  mais  il n’y  put  réussir.  De  guerre  lasse,  il  le  condamna  à  mort,  et  le généreux  pontife  fut  précipité  à  la  mer  avec  une  ancre  au  cou.

Source : Saints et saintes de Dieu, Père Moreau, Tome 2, p.661-664

Publicités