Sainte Cécile, fêté le 22 Novembre

22 NOVEMBRE SAINTE CÉCILE VIERGE ET MARTYRE (vers  161-178)

https://i0.wp.com/p9.storage.canalblog.com/92/34/249840/27533581.jpg

La  famille  des  Caecilii  était  une  des  plus  anciennes  de  l’aristocratie  romaine,  Ses  premiers  représentants  furent  contemporains  des  rois ;  elle  fournit  même  à  Rome  une  de  ses  reines, Gaïa  Caecilia  Tanaquil,  qui  fut  la  femme  célèbre  de  Tarquin l’Ancien.  La  branche  des  Meiellus  ajouta  à  la  noblesse  de  l’origine  celle  des  services  les  plus  éminents  rendus  à  la  patrie  : les  surnoms  de  Macédoniens,  de  Creiicus,  de  Dalmatiens,  de Numidicus,  attestent  leurs  gloires  militaires  ;  de  génération  en génération,  consuls,  censeurs,  pontifes  suprêmes,  les  fils, comme  avaient  fait  leurs  pères,  assurèrent  la  prospérité  de  la république.  En  même  temps  leurs  vertus  naturelles  les  illustraient  à  l’égal  de  leur  vaillance  guerrière  et  de  leur  génie  civil  : la  modestie,  la  modération,  la  pureté  des  mœurs  honorèrent toujours  les  Caecilii.  Il  n’est  donc  pas  étonnant  que  le  christianisme  naissant  ait  trouvé  parmi  eux  des  adeptes.

Au  nombre  de  ceux-ci  furent  sans  doute,  à  la  fin  du  II è   siècle, les  heureux  époux  qui  donnèrent  la  vie  à  celle  qui  populariserait,  d’éternelle  manière,  la  gloire  de  leur  race,  la  vierge  et martyre  Cécile.  Il  semble  certain  qu’elle  descendait  de  Quintus Meiellus  Caecilius  Numidicus  ;  elle  devait  reproduire  la  fermeté invincible  de  son  caractère,  sa  hauteur  de  vues,  l’austère  intégrité  de  son  âme.  On  ignore  la  date  exacte  de  sa  naissance ; mais  elle  ne  saurait  s’écarter  beaucoup  des  premières  années du  règne  de  Marc-Aurèle.  À  quel  âge  reçut-elle  le  baptême? Il  n’est  pas  possible  de  le  dire ;  on  sait  du  moins  qu’elle  était, dès  sa  jeunesse,  pénétrée  des  plus  hauts  enseignements  de  la foi.  Habituée  à  la  lecture  de  l’Évangile,  qu’elle  portait  avec amour  toujours  sur  sa  poitrine,  elle  y  avait  puisé  l’estime,  le goût,  la  volonté  de  la  virginité  et  n’avait  pas  hésité  à  s’y  engager  par  vœu,  à  l’insu  de  ses  parents.  .Ce  trésor  de  sa  chasteté, elle  le  conservait  précieusement  par  la pénitence  : sous  ses  habits somptueux  de  jeune  patricienne,  elle  cachait  un  cilice  qui meurtrissait  sa  chair.

Cependant  ses  parents  avaient  résolu  de  la  marier ; ils  accueillirent  la  demande  que  leur  présenta  un  jeune  patricien,  dont  la noblesse  remontait  à  Valerius  Publicola  et  qui  s’appelait  Valérien  :  âme  douce,  généreuse  et  dont  la  pureté  s’atteste  par  la promptitude  de  sa  conversion.  II  était  païen  alors  ;  mais  il semble  bien  que  le  culte  des  faux  dieux,  lui  apparaissant  comme dépourvu  de  fondement  et  de  raison,  ne  lui  tenait  pas  beaucoup au  cœur.  Cécile,  malgré  son  vœu,  ne  crut  pas  possible  de  se dérober  à  Tordre  de  son  père  :  à  Rome,  la  puissance  du  pater familias  était  indiscutée  autant  qu’absolue.  Mais  elle  était déterminée  à  tenir  la  promesse  qui  l’engageait  au  Christ,  et peut-être  la  connaissance  qu’elle  avait  de  Valérien  lui  donnait bon  espoir  de  ne  pas  rencontrer  en  lui  un  obstacle  à  sa  volonté.

Le  jour  du  mariage  était  venu  :  c’était  dans  l’hiver  de  177 à  178.  Au  milieu  des  fêtes  somptueuses  où  se  déployaient  en son  palais  du  Transtévère  la  richesse  et  l’amour  du  jeune  époux, tandis  que,  autour  du  festin  de  noces,  on  chantait  Yépithalame au  son  des  instruments  de  musique,  Cécile,  —  dit  la  légende, —  chantait  aussi,  mais  dans  son  cœur,  mais  en  l’honneur  de Jésus,  qu’elle  aimait  uniquement  et  à  qui  de  nouveau  elle  disait avec  le  psalmiste  :  «  Seigneur,  faites  que  mon  cœur  et  mon corps  demeurent  immaculés,  pour  que  je  ne  sois  pas  confondue  !  »

C’est  en  souvenir  de  ce  cantique  intime  de  l’âme,  se  dégageant de  la  musique  profane  qui  l’enveloppait,  que  Cécile  a,  depuis plus  de  cinq  siècles,  été  reconnue  et  invoquée  comme  patronne par  les  musiciens.

Le  soir  venu,  lorsque  les  deux  jeunes  époux  se  trouvèrent seuls  dans  la  chambre  nuptiale,  Cécile,  avec  la  décision  hardie de  son  caractère,  qu’elle  tempérait  de  grâce  et  de  tendresse, n’hésita  pas  à  se  révéler  à  Valérien  telle  qu’elle  était  et  qu’elle voulait  être.  Ses  Actes,  —  sûrs  pour  le  fond,  mais  œuvre  d’imagination  pour  plus  d’un  détail,  —  lui  font  tenir  ce  langage  : « Valérien,  je  suis  sous  la  tutelle  d’un  ange  qui  protège  ma  virginité  :  n’aie  donc  pas  l’audace  d’entreprendre contre elle quoique ce soit  qui  puisse exciter la colère  de  Dieu.  » Surpris,  ému,  le jeune  homme,  pour  être  convaincu,  demanda  à  voir  l’ange.  « Tu le  verras,  reprit  Cécile,  si  tu  veux  croire.  »  Et  comme  Valérien, dont  l’âme  pure  était  de  celles  qui  sont  naturellement  chrétiennes, affirmait  sa  bonne  volonté  de s’instruire  dans cette croyance  nouvelle,  la  vierge  l’adressa  à  celui  qui  lui  révélerait  les  mystères chrétiens  et,  par  l’illumination  de  la  foi,  lui  ouvrirait  les  yeux sur  les  réalités  célestes.

À trois  milles  de  Rome,  sur  la  voie  Appia,  un  pagus,  un  bourg s’était  construit,  nommé  Triopius,  autour  du  tombeau  et  des ouvrages  magnifiques  que  le  rhéteur  Hérode  Atticus  avait  fait élever  en  l’honneur  de  sa  femme,  Annia  Attilia  Regilla.  En  face du  monument,  les  Caecilii  avaient  fait  ouvrir  un  hypogée  souterrain,  qu’ils  destinaient  à  leur  sépulture,  et  qui  devait  devenir un  vaste  cimetière  chrétien.  Là  habitait,  ce  semble,  parmi  une population  déjà  gagnée  à  la  religion  du  Christ,  un  personnage vénérable  nommé  Urbain  ;  deux  fois  confesseur  de  la  foi,  il avait  été  honoré  par  le  pape  Eleuthère  de  la  consécration  épiscopale  et  possédait  d’amples  pouvoirs  sur  le  peuple  fidèle.  C’est vers  lui  que  Cécile,  qui  le  connaissait  bien,  dirigea  le  nouveau catéchumène.  Accueilli  avec  bienveillance,  Valérien  fut  promptement  instruit  des  vérités  nécessaires  et  reçut  aussitôt  le  baptême.

Tout  enflammé  par  la  grâce,  n’ayant  plus  pour  Cécile  qu’un amour  fraternel  et  reconnaissant,  il  s’empressa  de  revenir  près d’elle  pour  lui  annoncer  la  grande  et  heureuse  nouvelle.  Il trouva  la  vierge  en  prières  :  à  ses  cotés  l’ange,  son  gardien. Celui-ci  tenait  deux  couronnes  de  lis  et  de  roses  et  les  posa  sur la  tête  des  deux  jeunes  gens ;  ainsi  il  glorifiait  leur  pureté  et leur  promettait  le  martyre.

Cécile  et  Valérien  remerciaient  Dieu  ensemble  de cette  céleste vision,  lorsque  Tiburce  arriva  :  Tiburce  était  le  frère  cadet  de Valérien.  Il  était  ardent,  prompt  dans ses  désirs,  d’âme  vaillante  et  résolue,  d’intelligence  vive  et  rapide ;  surtout  il  avait pour  son  aîné  une  affection  admiratrice  et  dévouée  qui  tout de  suite  s’était  aussi  portée  sur  la  jeune  femme  de  celui-ci. C’était  une  conquête  assurée  et  facile.  Très  vite  convaincu, gagné  par  les  prières  que  Cécile  faisait  monter  vers  Dieu,  plus encore  que  par les  raisons,  Tiburce  fut  envoyé  aussi vers Urbain, et  l’évêque  mena  à  son  terme  l’œuvre  si  bien  commencée.

Les  deux  frères  étaient  chrétiens  ;  mais  il  ne  leur  suffisait pas  d’en  avoir  reçu  le  caractère  ;  ils  voulaient  employer  leur foi  au  service  de  Dieu  et,  s’il  était  possible,  lui  sacrifier  leur vie.  A  ce  moment,  la  persécution,  qu’avait  renouvelée  Marc-Aurèle,  était  furieusement  exercée  à  Rome  par  un  magistrat que  les  Actes  nomment Turcius  Almachius  ;  il  faisait  couler le  sang  à  flots  et,  par  surcroît  de  barbarie,  défendait  de  donner la  sépulture  à  ses  victimes.  Tiburce  et  Valérien  n’eurent  garde de  se  conformer  à  cette  défense  ; ils  s’employèrent  au  contraire à  ensevelir  les  corps  déchirés  des  martyrs.  Saisis  à  leur  tour, conduits  devant  le  juge,  ils  furent  promptement  interrogés  et, sur  la  proclamation  de  leur  foi,  condamnés  à  être  décapités.

Le  greffier,  Maxime,  qui  devait  les  conduire  au  supplice,  fut conquis  par  leur  joyeux  et  triomphant  courage;  il  se  convertit et,  par  l’ordre  d’Almachius,  frappé  avec  un  fouet  garni  de balles  de  plomb  qui  lui  fracassa  la  tête,  il  reçut  lui  aussi  la  couronne.  Cela  se  passait  le  14  avril  178. Cécile  restait  ; mais  ses  richesses  tentaient  la  cupidité  du juge. Un  de  ses  assesseurs,  Tarquinius,  lui  avait  dit  :  « Saisis  l’occasion  ;  débarrasse-toi  de  cette  femme.  Si  tu  tardes,  elle  dissipera toute  sa  fortune  en  la  donnant  aux  pauvres,  et  tu  ne  trouveras rien.  » Almachius  donna  donc  l’ordre  de  la  faire  comparaître.

Cependant  il  avait  cru  devoir  attendre  quelques  mois.  Ce  n’est que  le  12  septembre  que  Cécile  fut  convoquée;  elle  avait  bien usé  du temps  qui  lui  était  laissé  : héritière  de  Valérien,  elle  avait donné  le  palais  du  Transtévère  à  un  chrétien,  le  sénateur  Gordien,  à  charge  d’en  transmettre  la  propriété  à  l’Église  ; et,  réalisant  ses  richesses  mobilières,  elle  les  avait  épuisées  entre  les mains  des pauvres.

Quand  elle  se  présenta  devant  le  tribunal,  elle  montra  toute la  fière  fermeté,  toute  la  présence  d’esprit,  toute  la  vaillance qu’on  pouvait  attendre  de  la  fille  des Métellus.  Son  interrogatoire  la  montre,  non  point  audacieuse,  comme  le  lui  reprochait Almachius,  mais  pleine  d’une  assurance  qui,  ainsi  qu’elle  l’affirmait,  lui  était  donnée  par  le  « repos  de sa  conscience  et  la  pureté de  sa  foi  ».  Aussi  non  seulement  elle  ne  redoute  point  la  mort, mais  elle  «  désirait  à  l’avance  la  dénonciation  »  qu’on  a  faite au  juge  de  sa  qualité  de  chrétienne,  et  elle  proclame  que  « la peine  à  laquelle  elle  sera  condamnée  sera  sa  victoire ».

Condamnée,  elle  le  fut  en  effet  et  ne  pouvait  ne  point  l’être, après  une  si  courageuse  confession.  Mais,  voulant  éviter  l’émotion  qu’eût  causée  une  exécution  publique,  Almachius  prononça qu’elle  serait  asphyxiée  chez  elle,  dans  la  salle  de  bains  qu’on appelait  caldarium  et  où  s’accumulait  la  vapeur  embrasée  des chaudières.  Ainsi  jadis  Néron  avait  fait  mourir  Octavie.  Mais en vain  pressa-t-on  le feu  ; en  vain  les  bouches  de  chaleur  déversèrent  jour  et  nuit  des  souffles  brûlants  dans  l’enceinte  étroite.

Il  semblait  qu’une  rosée  du  ciel  en  tempérât  l’ardeur,  et  Cécile en  prière  n’éprouvait  nulle  souffrance.  Le  surlendemain,  Almachius  résolut  d’en  finir.  Sur  son  ordre,  un  licteur  vint,  pour donner  à  la  martyre  la  mort  par  le  glaive.  Soit  émotion,  soit maladresse,  l’homme  frappa  trois  fois  sans  pouvoir  trancher  le cou  délicat  de  la  vierge  ;  la  loi  défendait  un  quatrième  coup ; il  partit,  l’abandonnant  dans  son  sang.

Trois  jours  elle  agonisa  parmi  les  chrétiens  et  surtout  les pauvres  accourus  autour  d’elle  ;  ils  épongeaient  le  sang  avec des  linges  qu’ils  emportaient  comme  des reliques  ;  ils  l’entouraient  de  soins,  ils  écoutaient  sa  parole  affaiblie,  mais  toujours ardente,  qui  louait  Dieu  et  le  remerciait,  L’évêque  Urbain, malgré  le  danger,  se  rendit  près  d’elle  :  « Père,  lui  dit-elle  dans un  souffle,  j’ai  demandé  au  Seigneur  ce  délai  de  trois  jours afin  de  remettre  en  tes  mains  et  ces  pauvres  et  cette  maison
que  je  veux  qui  soit  consacrée  en  église  pour  toujours.  »

Au  moment  de  mourir,  elle  se  tourna  sur  le  côté  droit  ;  ses genoux  se  réunirent  modestement  ; ses  bras  s’affaissèrent,  tandis que,  ouvrant  les  trois  doigts  de  sa  main  droite,  elle  attestait sa  foi  en  la  Trinité  ;  et  puis,  comme  pour  dérober  aux  hommes son  dernier  soupir,  elle  inclina  son  visage  vers  la  terre,  et  son âme s’envola  vers  le  ciel.  On  était  au  16  septembre,  et  Cécile n’avait  pas  atteint  sa  dix-huitième  année.

Elle  fut  ensevelie  dans  la  pose  même  où  elle  était  morte ; une  arche  de  bois  de  cyprès  la  reçut,  qui  fut  portée  au  cimetière des  Caecilii,  plus  tard  appelé  cimetière  de  Calliste.  Au  IXè   siècle, puis  au  XVIè ,  on  fut  amené  à  ouvrir  sa  tombe  et  son  cercueil.  Alors,  à  l’admiration  universelle,  sous  le  léger  voile  de soie  qui  la protégeait,  Cécile  apparut  telle  qu’elle  avait  expiré, vêtue  de  la  robe  brochée  d’or  avec  laquelle  elle  avait  confessé la  foi  et  subi  le  supplice,  dans  sa  chaste  posture,  portant  au  cou les terribles blessures  que  lui  avait faites  le glaive du licteur,  mais paisible  et  semblant,  plutôt  que  morte,  doucement  endormie.

Saints et saintes de Dieu, Père Moreau, Tome II, p.656-661

Publicités