La présentation de la Très Sainte Vierge au Temple, fêté le 21 Novembre

21  NOVEMBRE LA  PRÉSENTATION  DE  LA  TRÈS  SAINTE  VIERGE AU  TEMPLE (17  avant  l’ère  moderne)

la Présentation de la Vierge Marie au Temple.

La  fête  de  la  Présentation  de  la  très  sainte  Vierge,  célébrée en  Orient  au  moins  au  VIIIè   siècle,  —  des  sermons  de  saint  Germain  et  de  saint  Taraise,  patriarches  de  Constantinople,  en font  foi,  —  est  de  date  bien  plus  récente  en  Occident.  On  la
voit  introduite,  vers  1371  ou  1372  seulement,  à  la  cour  papale d’Avignon  par  Grégoire  XI.  En  1374,  Charles  V  obtient  du  pape la  permission  de  la  faire  en  France,  mû,  dit-il  en notifiant  cette bonne  nouvelle  aux  maîtres  et  écoliers  du  collège  de  Navarre, par  le  « souci  » que  « la  bienheureuse  Vierge  et  très  sainte  Impératrice  soit  honorée  par  nous  d’un  très  grand  amour  et  louée comme  il  convient  à  la  vénération  qui  lui  est  due  ».

Un  siècle plus  tard,  après  que  Pie  II  et  Paul  II  l’ont  enrichie  d’indulgences,  Sixte  IV  en  institue  l’office  ;  Sixte  V,  en  1585,  l’étend à  l’Église  tout  entière.  Si  tous  les  fidèles,  toujours  heureux  d’un honneur  à  rendre  à  leur  Mère, sont touchés  du souvenir,  du spectacle  de  cette  tendre  enfance  déjà  tout  offerte  à  Dieu,  le  symbolisme  de  cette  fête  la  rend  particulièrement  chère  aux  âmes consacrées  soit  au  service  de  l’autel,  soit  à  la  pratique  des  conseils  évangéliques.  Prêtres, religieux,  vierges  aiment  à  s’engager dans  la voie  du  sacrifice  sur les pas  de l’aimable  et sainte  enfant; et  c’est  au  jour  de  sa  Présentation  qu’ils  renouvellent  à  Dieu l’offrande  solennelle  de  leurs  promesses.

Pourtant  et  malgré  la  dévotion  de  l’Église  à  cet  émouvant mystère,  nous  ne  savons  rien, —  hors le fait,  attesté  par la  tradition  et  par  le  culte  liturgique,  de  cette  consécration  au  Maître souverain,  —  des  premières  années  de  Marie.  Ce sont  des  écrits apocryphes  (mais  apocryphe  veut  dire  dénué  d’autorité  doctrinale,  non  pas de  toute  valeur  historique)  qui  nous  en  ont transmis  les  détails.  Et  pour  accorder ceux-ci  avec  l’histoire  et l’archéologie,  on  éprouve  quelque  peine.

On  peut  admettre  que,  dès  avant  la  naissance  de  leur  enfant bénie,  Joachim  et  Anne,  suivant  en  cela  l’exemple  de  bien  des parents  pieux  et  notamment  de  la  mère  de  Samuel,  avaient résolu,  dans  leur  reconnaissance,  d’offrir  au  Dieu  qui  le  leur donnait,  leur  précieux  trésor  aussitôt  qu’ils  l’auraient  reçu.  Cette offrande,  ratifiée  par  la  Loi,  s’appelait  le  nazirai  ;  par  elle l’Israélite  était,  pour  un  temps  variable  avec  la  dévotion,  soumis  à  des  privations,  à  des  observances,  à  des  rites  fort  astreignants,  qui  le  mettaient  sur  bien  des  points  en  marge  de  la société.

Quand  les  jours  ou  les  mois  déterminés  par  son  vœu s’étaient  écoulés,  le  nazir  rentrait,  par  un  sacrifice  solennel, dans  la  vie  commune.  Mais  parfois  il  était  consacré  pour  sa vie  entière  :  ce  fut  le  cas  de  Samson  et  de  Samuel. Les  parents  pouvaient  vouer  leurs  enfants  au  nazirat,  comme on  le  voit  par  les  exemples  ci-dessus.  Ainsi  firent  ceux  de  la très  sainte  Vierge  ;  il  semble  que  la  consécration  de  celle-ci devait  durer  dix  ans.

Pendant  ses  trois  premières  années,  —  au  terme  desquelles  ils avaient  fixé l’exécution  de leur vœu, —  Anne et  Joachim  jouirent du  bonheur  de  voir  grandir  et  se  former  sous  leurs  yeux,  parmi leurs  caresses,  toutes  les  grâces  de  la  bénie  enfant.  Nous  ne saurions  douter  que  son  âme,  prévenue  par  les  dons  de  Dieu, ne  fût  dès  lors  capable  d’un  amour  et  de  vertus,  non  seulement au-dessus  de  son  âge,  mais  absolument  hors  de  pair  avec  tout amour  et  toute  vertu  de  Saint.  Mais,  comme  Notre-Seigneur  le devait  faire,  elle  cachait  la  hauteur  de  sa  perfection  sous  les progrès  naturels  de  l’âge  ;  elle  aussi,  elle  croissait  en  sagesse et  en  grâce devant  Dieu  et  devant  les  hommes.  Et  c’était  un spectacle  toujours  plus  ravissant  qui  remplissait  d’émotion  le cœur  et  de  larmes  les  yeux  des  pieux  parents,  que  celui  des ascensions  continuelles  de  la  Vierge  immaculée.

Cependant  Marie  avait  atteint  sa  troisième  année, et le  temps était venu d’exécuter  le vœu  fait  pour elle. Les  deux  époux  se rendirent  au Temple,  amenant  leur  fille  si chère. Nul doute  que  son esprit,  naturellement vif  et pénétrant, mais  surtout  éclairé par la lumière  divine,  n’ait  compris  toute  la  signification  de  l’acte  que l’on  accomplissait  en  son  nom,  n’ait  accepté,  ardemment  voulu le  sacrifice.  C’est  ce  que  la  tradition  exprime  en  nous  montrant la  très  sainte  enfant  quittant,  sans  un  regard  en  arrière,  ses parents  tant  aimés  et  gravissant,  d’un  pas  modeste,  mais  ferme et  rapide,  les degrés  au  haut  desquels  se  trouve  le  prêtre  chargé de  l’accueillir  et  de  prononcer  sur  elle  la  formule  qui  l’engagera. On  a  dit,  —  et  c’est  assez  vraisemblable,  —  que  ce  prêtre  était Zacharie,  le  neveu  de  Joachim  et  d’Anne,  qui  quelques  années plus  tard,  ceux-ci  étant  morts,  serait  devenu  le  tuteur  de  leur fille.

La  cérémonie  achevée,  que  devint  l’enfant?  Rentra-t-elle  à  la maison  paternelle,  située  tout  près  du  Temple  et  d’où  elle  pourrait  facilement  revenir  souvent  adorer  Dieu  dans  sa  demeure sacrée,  s’y  livrer  à  de  longues  prières,  sainte  occupation  de  sa vie,  s’acquitter  aussi  des  devoirs  que  comportait  son  vœu? Certains  auteurs  font  admis,  qui  ne  croient  pas  trouver  dans l’histoire  des  preuves  suffisantes  d’une  institution  destinée  à grouper  des  filles  d’Israël vouées comme Marie  au nazirat. Mais la tradition  est  toute  contraire  : elle  affirme,  — et  c’est  aujourd’hui la  pensée  commune  des fidèles, — que Marie fut reçue  au Temple, y  vécut  et  n’en  sortit  qu’au  moment  de  son  mariage  avec  saint Joseph.

Il  semble  bien  en  effet,  à  certains  indices,  d’après  certains textes  des  Livres  saints,  que  les  femmes  n’étaient  pas  absolument  exclues  même  des  dépendances  du  Temple.  Outre  les travaux  que  certaines  d’entre  elles,  plus  particulièrement  habiles à  la  broderie,  exécutaient  pour  le  tabernacle,  des  jeunes  filles prenaient  place  dans  1er.  cortèges  sacrés,  accompagnant  chanteurs  et  musiciens  du  son  de  leurs  tambourins  ;  quelques-unes même  apparaissent  montant  comme  une  garde  d’honneur  aux portes  du  saint  lieu.  Et  saint  Ambroise  fait,  on  peut  le  croire,
allusion  à  de  pareils  usages,  en  disant  :  «  Nous  lisons  qu’il  y avait  des  vierges  attachées  au  Temple  même  de  Jérusalem.  »

Il  est  donc  assez  communément  admis  que  dans  les  annexes du  Temple,  ou  dans  des  maisons  très  voisines,  il  y  avait  quelque habitation  pour  les  femmes.  Peut-être  même  la  trouverait-on dans  les  étages  dont  se  surélevaient  les  portiques  qui  environnaient  la  cour  des  Gentils  ou  celle  des  Femmes.  «Là  sans  doute, dit  un  excellent  biographe  de  Marie,  des  femmes  de  prêtres  ou des  veuves  élevaient  dans  la  piété  quelques  enfants  choisies, celles  vraisemblablement  qui,  par  suite  d’un  vœu,  devaient passer  près  du  lieu  saint  les  années  de  leur  adolescence.  »

C’est  là  que  la  pensée  chrétienne  aime  à  voir,  grandissant,  se perfectionnant  sous  le  regard  de  Dieu,  se  préparant  sans  le savoir  à  sa  mission  de  Mère  du  Verbe  incarné,  la  fille  d’Anne  et de  Joachim.  Sa  grande  fonction  était  certainement  la  prière ; sa suprême joie, sa vie  même, l’union  déplus en  plus intime  qu’elle contractait  avec  Dieu  ; sa  principale  étude,  la  lecture  et  l’interprétation  de  la Bible,  où  elle goûtait  la parole  divine,  qui  révélait à  son  œil  surnaturellement  éclairé  les  mystères  les  plus  profonds  et  alimentait  son  amour  pour  son  Créateur  qui  bientôt serait  son  Fils.

Ainsi  pleine  de  grâces  dès  son  Immaculée  Conception,  sans  cesse  elle  accroissait  cette  plénitude,  si  on  peut dire ;  elle  dilatait  son  cœur,  comme  parle  l’Écriture,  pour  y recevoir  toujours  de  nouveaux  trésors.  Mais,  retenons-le  pour notre  enseignement  et  notre  consolation,  ces  richesses  ne  lui étaient  pas  données  gratuitement.  Elle  l’a  appris  elle-même  à sainte  Elisabeth  de  Hongrie  :  « Vous  croyez  peut-être,  ma  fille, que  toute  la  grâce  que  j’ai  possédée,  je  l’ai  obtenue  sans  peine ; il  n’en  est  pas  ainsi.  Bien  au  contraire  : je  vous  dirai  que  je  n’ai reçu  de  Dieu  aucun  don,  aucune  grâce,  aucune  faveur  sans  une grande  peine,  une  continuelle  oraison,  une  dévotion  profonde, beaucoup  de  larmes  et  une  longue  affliction,  disant  et  pensant toujours  ce  qui  était  agréable  à  Dieu,  autant  que  je  le  savais et  pouvais.  »

C’est  pendant  qu’elle  était  au  Temple  que  ce  modèle  des vierges  fit  le  vœu  de  perpétuelle  virginité.  Ce  faisant,  elle  était attirée  par  un  si  grand  amour  de  la  pureté  parfaite  qu’elle  adorait  en  Dieu,  que  sans  hésitation  elle  sacrifia  l’espérance  si  chère à  toute  Israélite  d’être  au  moins  un  des  anneaux  de  la  chaîne généalogique  qui  relierait  à  David  le  Messie  issu  de  sa  race.

Son  ambition  n’aurait  osé  s’élever  jusqu’à  cette  maternité qu’elle  savait  devoir  être  toute  miraculeuse  et  divine  ;  elle  la bornait  à  demander,  —  c’est  elle  encore  qui  le  révéla,  —  que le  Seigneur  lui  fît  voir  le  temps  où  naîtrait  cette  bienheureuse Vierge  qui  devait  enfanter  le  Fils  de Dieu ; « qu’il conservât  ses yeux  pour  qu’elle  pût  la  contempler,  sa  langue  pour  qu’elle  la pût  louer,  ses  mains  pour  qu’elle  pût  la  servir,  ses  pieds  pour qu’elle  pût  s’attacher  à  sa  suite,  ses  genoux  pour  qu’elle  pût
adorer  le  Fils  de  Dieu  dans  son  sein. »

Ainsi  s’écoulèrent  dans  la  paix  de  la  prière  et  des  saints  désirs ces  années  de  l’enfance  de  Marie.  La  tradition  veut  qu’elles aient  été  attristées  par  la  mort  de  saint  Joachim  et  de  sainte Anne,  de celui-là  tout  au  moins.  Le  cœur très tendre  de la  Vierge en  fut  amèrement  peiné,  mais  d’une  douleur  paisible  et  intimement  consolée  : elle  les  savait  endormis  dans  le  Seigneur.  Alors les  liens  se resserrèrent  encore  sans  doute  entre  elle  et  ses  cousins  Zacharie  et  Elisabeth  : ils  habitaient  près  de  Jérusalem  et les  fonctions  sacerdotales  de  Zacharie l’amenaient  souvent  au Temple,  où,  on  doit  le  croire,  sa  femme  l’accompagnait  ;  au reste  l’affection mutuelle  comblait  les  distances.  Et  l’on  peut ainsi  s’expliquer  l’empressement  de  Marie  à  aller visiter  sa  cousine  à  Aïn-Karim,  quand  l’ange  lui eut  appris  la  prochaine
maternité  de  celle-ci.

Et  enfin  l’âge  arriva  où,  le  nazirat  terminé,  le  temps  du mariage  venu  comme  le  fixait  l’usage,  le  grand-prêtre  et  peut-être  aussi  Zacharie  jugèrent  que  Marie  ne  devait  pas  plus  longtemps  demeurer  au  Temple.  C’est  ainsi  que, —  sans  qu’elle  leur eût  révélé  son  vœu  de  virginité,  sachant  bien  que  Dieu  le  protégerait  contre  toute  atteinte,  —  ils  lui  choisirent  pour  époux saint  Joseph.
Le Mariage de la Vierge

Source : Saints et saintes de Dieu, Père Moreau, Tome II, p.651-655

Publicités