Sainte Elisabeth de Hongrie, fêté le 19 Novembre

SAINTE  ELISABETH  DE HONGRIE VEUVE (1207-1231)


Aussitôt  que  Hermann,  le  puissant  landgrave  de  Thuringe  et de  Hesse,  apprit  en 1207  que  Dieu  venait  d’accorder  une  fille au  roi  de  Hongrie,  André  II,  il  résolut  de  la  demander  pour  être l’épouse  de  Louis,  le  fils  aine  que lui  avait  donné,  sept  ans passés déjà,  sa  femme  Sophie  de  Wittelsbach,  princesse  de  Bavière.

André  II  n’eut  garde  de refuser une  alliance si  glorieuse; en  1211, la  petite  Elisabeth,  qu’une  ambassade  pompeuse  avait  été  chercher,  quitta  sa  famille,  qu’elle  ne  devait  jamais  revoir;  sous  la conduite  du  sire  Gauthier  de  Varila,  elle  arriva  au  château  de  la Wartburg,  tout  voisin  d’Eisenach,  et  fut  reçue  par  le  landgrave avec  une  grande  joie  et  une  grande  affection.  On  l’éleva  tout près  de son  fiancé,  Louis: les deux  enfants  s’unirent  dès lors  d’un amour  aussi  tendre  que  pur ;  ils  s’appelaient  frère  et  sœur,  et toute  leur vie  se conservèrent  mutuellement  ces noms  qui  symbolisaient  parfaitement  la  sainteté  de  leurs  sentiments.  Louis  était doué  des  qualités  physiques  et  morales  les  plus  attachantes ; Elisabeth,  à  une  grande  beauté,  joignait  la  délicatesse  exquise d’une  âme  qui  resta  toujours  enfantine  par  sa  naïveté  charmante  et  ses  clans  joyeux,  mais  était  en  même  temps  fortement trempée  et  généreuse  jusqu’à  l’entier  oubli  de  soi.  Tant  de  dons précieux,  en  l’un  et  en  l’autre,  n’étaient  rien  auprès  de  leur  foi profonde,  de  leur  ardente  piété,  de  leur  charité  merveilleuse pour  Dieu  et  pour  les  pauvres.

La  charité,  ce  fut  la  caractéristique  d’Elisabeth  surtout  : envers  Dieu,  elle  la  manifestait  par  une  dévotion  expansive  et comme  naturelle  qui  inspirait  même  ses  jeux  d’enfants  et  ses amitiés  avec  les  jeunes  demoiselles  qu’on  lui  avait  données  pour compagnes  ;  envers  les  pauvres,  elle  se  montrait  toujours  empressée  à  leur  faire  l’aumône,  leur  distribuant  tout  l’argent qu’elle  recevait,  recueillant,  dans  les  cuisines  et  les  offices  du château,  les  restes  de  la  table  ducale  pour  les  porter  elle-même aux  affamés.  Bien  digne  était-elle  ainsi  de  se  déclarer  la  fille de  la  très  sainte  Vierge  et  de  recevoir  pour  patron,  comme  cela se  fit  tout  providentiellement,  l’apôtre  de  la  charité  divine  et humaine,  saint  Jean  l’Évangéliste.

Mais  en  revanche  cette  dévotion,  cette  pitié  aumônerie  déplaisaient  à  plus  d’un  personnage  influent  de  la  cour.  La  laudgravine  Sophie  et  sa  fille  Agnès  reprochaient  à  Elisabeth  son  éloignement  pour  la  parure  et  les  fêtes  mondaines  ;  les  frères  de Louis,  Henri  et  Conrad,  avec  leurs  courtisans,  tournaient  en ridicule  ses  longues  oraisons,  sa  pudique  modestie,  sa  fréquentation  des  misérables.  Et  quand  prématurément  mourut  le landgrave,  qui  n’avait  jamais  cessé  de  la  chérir,  ces  oppositions se  muèrent  en  vraie  persécution.  On  n’épargna  rien  pour persuader  au  jeune  prince  Louis  de  la  renvoyer  en  Hongrie  et  de dénoncer  les  fiançailles.  Mais  lui,  grandement  épris  des  charmes et  non  moins  admirateur  des  vertus  de  sa  chère  sœur.  déclara hautement  qu’il  resterait  fidèle  à  sa  parole  et  à  son  amour,  versant  ainsi  le  baume  do  sa  tendresse  sur  les  vives  blessures du  cœur  de  cette  enfant  de  treize  ans.

Et  de  fait,  en  1220,  le  mariage  eut  lieu  à  la  Wartburg,  au milieu  d’une  pompe  solennelle.  Les  haines  pour  un temps  durent se  cacher  dans  un  silence  hypocrite.  Elisabeth  eut  sept  ans  de bonheur  pur,  sur  lequel  ne  passa  aucun  nuage. Car  Louis  n’aimait  rien  que  sa  jeune  femme,  hormis  Dieu, qu’elle  lui  enseignait  à  servir  plus  parfaitement  chaque  jour ; Elisabeth,  hors  Dieu,  n’avait  d’amour  que  pour  son  époux  et les  enfants  qu’elle  lui  donna  ; —  et  les  pauvres,  faut-il  ajouter. De  Dieu  elle  s’approchait  toujours  davantage  ;  elle  passait  ses nuits  en  prières,  se  faisait  flageller  par  ses  dames  d’honneur, ne  tolérait  sur  soi  nulle  parure,  sauf  lorsque  sa  dignité  ou  l’honneur  de  Dieu  en  réclamaient.  De  crainte  d’injustice,  elle  s’abstenait,  à  table,  de  tout  ce  qui  lui  semblait  le  fruit  d’exactions faites  sur  les  misérables,  au  point  que  souvent  elle  se  bornait au  pain  et  à  l’eau.  Mais  toujours  simple,  joyeuse,  primesautière,  quand,  en  visitant  l’office,  elle  avait  reconnu  que  l’on  ne servirait  rien  qui  ne  sortît  des  domaines  princiers,  elle  disait, en  sautant  de  plaisir,  à  ses  filles  d’honneur  : « Aujourd’hui  nous pourrons  manger,  nous  pourrons  boire  !  »  Le  jeune  landgrave se  prêtait  de  bonne  grâce,  avec  admiration,  à  ces excès  d’austérité,  qu’Elisabeth  ne  lui  cachait  pas.  Et  aussi  il  avait  ordonné qu’elle  eût  toute  liberté  pour  ses  aumônes  infinies,  dont  le  trésorier  ducal  se  plaignait.  « Je  veux,  dit-il,  que  vous  laissiez  ma bonne  petite  Elisabeth  faire  autant  d’aumônes  qu’il  lui  plaît,…
pourvu  seulement  qu’elle  me  laisse  la Wartburg  et  Neumbourg. »

Elle  mettait  à  profit  cette  libéralité;  non  seulement  elle  faisait  donner,  mais  elle  voulait  elle-même  porter  ses  dons  aux malheureux.  Elle  remplissait  les  pans  de  son  manteau  de  pain et  de  mets  de  toute  sorte  et  se  rendait  à  pied  à  Eisenach  pour faire  dans  les  plus  tristes  masures  ses  distributions.  Mais  encore elle  joignait  à  ses  largesses  les  soins  miséricordieux  pour  les malades  ;  il  n’était  pas  de  mal  si  horrible  qu’elle  craignît  ;  au moins  vainquait-elle  énergiquement  ses  répugnances,  jusqu’à baiser  des  plaies  dégoûtantes.  Elle  affectionnait  surtout  les lépreux  : un  jour  elle  en  recueillit  un  au  château  et  n’hésita  pas à  le  faire  coucher  dans  le  lit  qu’elle  partageait  avec  son  mari.

Sa  belle-mère  en  fut  indignée  et  la  dénonça  au  landgrave.  Mais lorsque  celui-ci,  un  peu  ému  à  juste  titre,  se  présenta  pour  vérifier  le  fait,  et  brusquement  enleva  la  couverture,  «  Dieu  lui ouvrit  les  veux  de  l’âme,  et  sur sa  couche  il  apercut  Jésus-Christ crucifié.  »  II  se  tut  d’abord,  suffoqué  par  les  larmes,  et  puis  : «  Elisabeth,  ma  chère  sœur,  dit-il,  je  te  prie  de  donner  bien souvent  mon  lit  à  de  tels  hôtes.  »
Un  autre  miracle  est  plus  connu  encore  et  popularisé  par  de nombreuses  œuvres  d’art.  Un  jour  d’hiver  que  la  chèie  sainte descendait  de  la  Wartburg,  son  manteau  rempli  de  dessertes, tout  à  coup  elle  rencontra  le  jeune  landgrave  ;  il  ne  doutait pas  de  la  charge  que  portait  Elisabeth  ; en  souriant  il  demanda à  la  voir.  La  jeune  femme,  rougissant,  hésitait  à  trahir  sa  charité ;  malgré  elle,  Louis  écarta  les  pans  :  et  aussitôt  sur  le  sol ruissela  une  moisson  de  roses  toutes  fraîches. Il  n’est  pas  étonnant  que  l’Ame  de  la  sainte  fût,  par  ces  deux amours  de  Dieu  et  du  prochain,  sollicitée  de  monter  sans  cesse à  plus  de  perfection.  Et  c’est  pourquoi,  à  peine  les  fils  de  saint François  pénétrèrent-ils  en  Allemagne,  où  ils  apportaient  le brûlant  amour  de  leur  père,  qu’elle  voulut  les  accueillir,  leur fonder  un  couvent  à  Eisenach  même,  et  s’agréger  à  leur  fraternité  en  entrant  dans  le  Tiers  Ordre  franciscain.  Elle  fut  la première  en  son  pays  à  s’engager  sous  cette  règle,  et  elle  n’avait pas  encore  dix-sept  ans. Mais  l’épreuve  seule  fait  mûrir,  fait  fructifier  la  sainteté.  Elisabeth  devait  la  subir,  et  d’autant  plus  dure  qu’elle  succédait  à plus  de  bonheur.

En  1227  le  landgrave  partit  pour  la  croisade que  menait  l’empereur  Frédéric II laissait  Elisabeth  avec trois  petits  enfants,  enceinte  d’un  quatrième,  et  ce  que  fut le déchirement  de  leurs  adieux,  qui  le  dirait?  Quand  il  eut  pris congé  de  sa  mère,  de  ses  frères,  de  ses  vassaux,  elle  ne  voulut pas  encore  le  quitter  ;  elle l’accompagna  jusqu’aux  frontières de  Thuringe,  puis  un  jour  au  delà,  puis  deux  jours.  .  Il  fallut que  leur  fidèle,  le  sire  de  Varila  les  séparât  presque  de  force; Louis  s’arracha  des  bras  d’Elisabeth  :  «  Que  le  Seigneur  te bénisse,  lui  dit-il,  chère  petite  Elisabeth,  sœur  bien-aimée, mon  doux  trésor  !  Que  le  Seigneur  très  fidèle  garde  ton  Ame  et ton  courage  ! » Et  il  partit,  la  laissant  toute  en  sanglots,  à  demi
morte,  entre  les  bras  de  ses  femmes. Hélas  ! ils  ne  devaient  plus  se  revoir.  Quelques  mois plus tard, à  Brindes,  une  épidémie  se  déclarait  clans  les  rangs  des  croisés ; Louis  de  Thuringe  en  fut  atteint  et  mourut  sur  son  vaisseau.

Quand  la  nouvelle  en  vint  à  la  Wartburg,  Elisabeth  venait  de donner le jour à  sa  petite  Gertrude  : il  fallut  lui  cacher son  deuil. Mais  à  peine  remise,  elle  l’apprit  par  sa  belle-mère  Sophie  ;  sa douleur  fut  telle,  malgré  sa  résignation,  qu’elle  en  fut  comme folle  ;  elle  courut  à  travers  le  château,  criant  et  répétant  :  « Il est  mort  ! il  est  mort  ! » Et  ce  fut  un  désespoir  effrayant. Ses malheurs  pourtant  ne faisaient  que  commencer.  Ses  beaux-frères,  Henri  et  Conrad,  l’aimaient  peu,  étaient  mal  conseillés. Les  courtisans  du  premier  lui  persuadèrent,  pour  s’assurer  du landgraviat,  de  chasser  de  la  Wartburg  la  malheureuse  veuve et  ses  petits  enfants.  En  plein  hiver,  elle  franchit  le  seuil  de  sa demeure,  allant  devant  elle,  sans  savoir  où  et  sans  pain.  Les habitants  d’Eisenach,  tant  de  fois  témoins  et  bénéficiaires  de
sa  charité,  cédant  aux  menaces  de  la  cour,  lui  fermèrent  leurs portes  ;  elle  fut  contrainte  de  se  réfugier  dans  une  dégoûtante étable  d’où  la  propriétaire,  pour  lui  faire  place,  fit  sortir  les porcs  qui  y  logeaient.  De  ce  taudis,  le  matin  venu,  elle  entend sonner  les  cloches  du  couvent  franciscain  qu’elle  avait  fondé; elle  se  rend  à  l’église,  assiste  à  l’office  et,  quand  il  est  fini, elle  demande  aux  religieux  d’y  ajouter  un  Te  Deurn,  pour remercier  Dieu  des  tribulations  qu’il  lui  envoie.  Telle  est  la sainteté  à  laquelle  est  parvenue  cette  veuve  de  vingt  ans !

Dans  cette  misère,  elle  demeura  de  longs  mois,  mendiant  son pain  et  celui  de  ses  enfants,  qui  pleuraient  de  froid  et  de  faim, ne  trouvant  de  pitié  nulle  part,  ni  chez  ses  parents  ni  chez  les malheureux  qu’elle  avait  secourus,  mais  priant,  mais  aimant Dieu  de  plus  en  plus,  uniquement,  et  la  souffrance  pour  lui.

Enfin,  secrètement  prévenue,  sa  tante  Mathilde,  abbesse  de Ketzingen,  puis  son  oncle  Egbert,  évêque  de  Bamberg,  la recueillirent  avec  les  égards  qui  lui  étaient  bien  dus.  Mais l’effroyable  épreuve  avait  fait  son  œuvre : Elisabeth  n’était plus  capable  de  goûter  aucune  prospérité  humaine,  depuis qu’elle  avait  savouré  la  douceur  divine  de  tous  les  abandons.

En  vain  l’évêque  de  Bamberg  voulut  la  remarier,  et  même  avec l’empereur  Frédéric  ;  en  vain  les  croisés,  de  retour  et  rapportant  les  restes  du  pieux  landgrave  Louis,  firent-ils  rendre  à  sa veuve  ses  droits,  ses  biens  et  les  prérogatives  de  son  fils  ;  en vain  le  prince  Henri,  ramené  à  de  meilleurs  sentiments,  lui abandonna-t-il  en  douaire  la  ville  de  Marbourg  et  ses  dépendances.  Elle  était  déterminée  à  vivre  désormais  dans  la  pauvreté  si  chère  à  son  père  saint  François  et  à  ne  plus  connaître d’autre  bonheur  que  l’union  de  plus  en  plus  intime  avec  Dieu.

Elle  se  retira  au  petit  village  de Wehrda,  proche  de Marbourg, s’y  construisit  une  maisonnette  très  humble  et  commença, avec  quelques-unes  de  ses  filles  d’honneur  qui  lui étaient  demeurées  fidèles,  une  vie  où  il  n’y  avait  plus  place  que  pour  la  prière, la  pénitence,  la  charité  toujours,  et  l’abnégation.  Elle  voulut s’engager  par  les  vœux  solennels  de  pauvreté,  de  chasteté  et d’obéissance  dans  le  Tiers  Ordre, dont  elle  fut  ainsi  la  première professe.  L’obéissance,  elle  l’avait  vouée  depuis  longtemps,
entre  les  mains  de  son  confesseur,  Conrad  de  Marbourg,  et celui-ci,  homme  de  Dieu,  mais  rude,  ne  se  faisait  pas  faute  de l’y  exercer  de  façon  qu’on  peut  juger  assez  brutale,  allant  jusqu’à  la  frapper  avec  violence,  à  faire  jaillir  son  sang,  quand  il estimait  sa  soumission  un  peu  tardive.  Il  poussa  la  sévérité  au point  de  la  faire  renoncer  à  voir  ses  enfants,  et  de  remplacer celles  de  ses  filles  qu’elle  aimait  le  plus  et  qui  en  étaient  le  plus dignes  par  de  vieilles  femmes  insolentes,  exigeantes,  grossières et  acariâtres.  Elisabeth  souffrait  tout,  non  seulement  avec  une héroïque  patience,  mais  avec  une  joie  vraiment  angélique.  Le plus  dur  sacrifice  qui  lui  fut  imposé  par  ce  directeur  crucifiant fut  la  défense  de  secourir  les  pauvres  :  il  lui  fut  interdit  de faire  aucune  aumône  ;  elle  n’eut  que  la  permission  de  soigner
quelques  malades.

La  vertu  radieuse  d’Elisabeth  s’éclairait  encore  d’une  flamme plus  vive  par  tant  de  contradictions  ; et  Dieu  se  plaisait  en  elle au  point  de  remettre  en  ses  mains  sa  puissance  sur  les  maux et  sur  les  éléments.  Mais  si  elle  guérissait  les  malades,  plus encore  convertissait-elle  les  âmes,  les  retirant  du  péché,  les amenant  même  à  l’abnégation  totale  de  la  vie  religieuse. Enfin,  lorsque  l’année  1231  tirait  à  sa  fin, Dieu,  par  un songe prophétique,  lui  fit  connaître  sa  délivrance  prochaine.  Dès  lors, toute  joyeuse,  elle  ne  songea  plus  qu’à  se  libérer  complètement de  toute  attache  humaine  ;  elle  distribua  le  peu  qui  lui  restait encore,  fit  ses  adieux  suprêmes.

Bientôt  la  fièvre  la  prit ;  douze jours,  elle  languit,  brûlée  de  ses  ardeurs,  mais toujours  joyeuse, gaie,  priant.  Le  dimanche,  veille  de  l’octave  de  saint  Martin, 18  novembre,  elle  fit  sa  dernière  confession.  Réconfortée  par le  saint  viatique,  elle  demeura  presque  toute  la journée  absorbée dans  son  adoration,  et  ne  l’interrompit,  vers  le  soir,  que  pour se  répandre  en  paroles  d’amour  qui  tiraient  les  larmes  des yeux.  Et  puis,  ses  lèvres  fermées,  on  entendit  comme  dans  son gosier  une  mélodie  suave  et  doucement  voilée.  Comme  on  la questionnait  à  cet  égard,  elle  dit  : « Ne  les  avez-vous  pas  entendus,  ceux  qui  chantaient  avec  moi?  J’ai  uni,  comme  j’ai  pu, mon  chant  au  leur.  » Et  enfin  :  «  ô  Marie,  pria-t-elle,  viens  à mon  secours!.,.  Voici  le  moment  où  Dieu  appelle  ses  amis  à ses  noces…  L’époux  vient  chercher  son  épouse  !… »  Elle  ajouta à  voix  basse  :  «  Silence  !  » En  même  temps  elle  baissa  la  tête comme  en  s’endormant  et  rendit  son  dernier  soupir.  A  peine avait-elle  accompli  sa  vingt-quatrième  année.

On  dit  que,  la  nuit  qui  précéda  ses  glorieuses  funérailles,  pendant  qu’on  chantait  à l’église  les  vigiles  des  Morts,  une  harmonie très  douce  s’éleva  dehors  et  fit  sortir  les  religieux  qui  priaient  : une  multitude  d’oiseaux  d’une  espèce  inconnue  s’étaient  rassemblés  sur  le  faîte,  malgré  l’hiver,  et  chantaient  avec  de  si délicieuses  modulations,  que  les  assistants  en  demeurèrent  tout ravis  :  ils  crurent  entendre  un  écho  des  concerts  angéliques  qui avaient  accueilli  la  chère  et  douce  sainte  Elisabeth  dans  le séjour  du  bonheur  divin.

Saints et saintes de Dieu, Père Moreau, Tome II, p.641-647

Publicités