Saint Grégoire le Thaumaturge, fêté le 17 Novembre

17 NOVEMBRE SAINT  GRÉGOIRE  LE THAUMATURGE ÉVÊQUE (vers  210-270)


Saint  Grégoire,  —  qui  porta  d’abord  le  nom  de  Théodore,  — était  fils  d’un  riche  et  noble  citoyen  de  Néocésarée,  ville  du Pont.  Sa  famille  était  païenne,  comme  presque  toutes  les  autres de cette cité  ; lui-même,  ainsi que son frère Athénodore,  ne connut pas  d’autre  religion  que  celle  des  faux  dieux,  jusqu’à  l’âge  de quatorze  ans  :  c’est  alors  que  son  père  mourut.  Mais  il  avait une  intelligence  ouverte,  un  sens  droit  et  une  remarquable pureté  de  mœurs,  qualités  qui  naturellement  l’inclinaient  vers la  vérité.  Dieu  les  favorisa  du  reste,  en  le  faisant  merveilleusement  sortir  de  sa  ville  infestée  par  l’erreur  et  en  le  menant vers  l’homme  illustre  qui  devait  le  conduire  au  christianisme.

La  mère  de  Grégoire  destinait  son  fils  au barreau  ; elle  l’appliqua  donc  d’abord  à  l’étude  du  latin  et  des  belles-lettres.  Le précepteur  qu’elle  lui  donna,  lui  conseilla  d’apprendre  le  droit romain  :  cette  science,  disait-il,  était  nécessaire  pour  la  carrière  qu’il  voulait  suivre,  mais  aussi  pour  toute  autre  qu’il pourrait  choisir ;  c’était,  disait  plus  tard  le  Saint,  une  véritable prophétie,  mais  non  point  comme  l’entendait  son  maître. Grégoire  se  résolut  donc  à  se  rendre  dans  une  ville  où  il  trouverait  une  école  de  jurisprudence.  Or  à  ce  moment  le  mari de  sa  sœur,  qui  occupait  une  charge  auprès  du  gouverneur  de Palestine,  manda  près  de  lui  sa  femme.  Elle  devait,  avec  sa suite,  voyager  aux  frais  de  l’État.  Grégoire  vit  là  une  invitation  providentielle  à se  rendre  à Béryte,  ville  de  Phénicie  célèbre par les  cours  qu’y  faisaient  d’illustres  jurisconsultes  ;  ayant  conduit  sa  sœur  jusqu’à  Césarée  de  Palestine,  siège  du  gouvernement,  il  lui  serait  facile  de  revenir  jusqu’à  Béryte.  Il  partit donc,  et  avec  lui  Athénodore,  son  frère. Celui-ci,  converti dans  les  mêmes  circonstances  que  son  aîné,  devint  plus  tard évêque  dans  le  Pont  et,  selon  les  Grecs,  serait  mort  martyr  dans la  persécution  d’Aurélien,  vers  270. Mais  les  deux  jeunes  gens  ne  devaient  jamais  aller  à  Bèryte.

Tandis qu’ils descendaient vers Césarée, Origène, chassé d’Alexandrie  par  la  jalousie  de  l’évoque  Démétrius,  remontait  d’Egypte en  Palestine.  Il  rencontra  Grégoire,  fut  frappe  de  ses  talents  et de  ses  bonnes  dispositions  et  entreprit  de  le  convertir  au  christianisme.  Ce  fut  une  affaire  longue  et  méthodiquement  menée  : en  même  temps  qu’il  formait  l’âme  de  son  disciple  et  la  corrigeait  de  ses  défauts,  il  éclairait  son  intelligence,  la  guidant,  à travers  le  dédale  et  le  fatras  des  philosophies,  jusqu’à  la  pleine lumière  de  la  foi.  Enfin  Grégoire,  après  avoir  lu  les  Écritures sous  la  direction  du  grand  exégète,  se  déclara  convaincu  et demanda  le  baptême.  Mais  on  ne  sait  trop  s’il  le  reçut  à Césarée  ou  à  Alexandrie  :  car  il  fit,  à  cette  époque,  un  séjour dans  la  métropole  égyptienne.  Quoi  qu’il  en  soit,  baptisé,  Grégoire,  sans  doute  en  compagnie  d’Athénodore.  reprit  le  chemin de  sa  patrie.  Ce  ne  fut  pas  sans  avoir  adressé  à  Origène,  en guise  de  remerciement,  un  éloquent  discours  où  il  louait  le  zèle déployé  pour  sa  conversion  et  protestait  de  sa  reconnaissance émue.

Il  ne  rentrait  pas  à  Césarée  pour  y  quêter  des  honneurs.  Loin de  là.  Renonçant  au  monde  et  même  à  tous  ses  biens,  ne  se réservant  ni  terres  ni  maison,  « n’ayant  pas  d’autres  richesses que  sa  vertu  et  sa  foi,  il  vécut  à  la  campagne,  dans  la  solitude,  uniquement  occupé  du  souci  de  sa  perfection.  Dès  lors, selon  un  historien.  Dieu  lui  accorda  le  don  des  miracles.  Et  la profusion  avec  laquelle  il  les  répandait  attira  sur  lui  l’attention  universelle.  Aussi  Phédime,  évêque  d’Amasée,  résolut-il de  l’élever  à  l’épiscopat  :  il  se  préoccupait  d’établir  dans  le Pont  des  églises  nouvelles.  Mais  il  eut  fort  à  faire  pour  amener à  ses  vues  le  pieux  solitaire,  qui  ne  céda  que  par  la  crainte  de manquer  gravement  à  la  volonté  de  Dieu, Grégoire  devint  donc  ainsi  l’évêque,  —  et  le  premier  sans doute,  —  de  Néocésarée  :  en  prenant  l’administration  de  son diocèse,  il  n’y  comptait  que  dix-sept  chrétiens.  Mais  son  zèle allait  très  vite  les  multiplier.  C’était  vers  240 ; sous  Gordien  III, puis  sous  Philippe,  le  christianisme  se  développait dans  la paix  joyeuse,  que  lui  assurait  le  premier  empereur  baptisé.

Miraculeusement  instruit  par  l’apôtre  saint  Jean,  qui  lui  avait  dicté dans  une  vision  le  symbole  de  foi  auquel  il  se  montra  indéfectiblement  fidèle,  Grégoire  se mit  à  l’œuvre.  La  première  conversion  qu’il  opéra  fut  due  à  un  prodige  singulier.  En  se  rendant à  Néocésarée,  il  avait  dû,  surpris  par  une  tempête,  se  réfugier pour  la  nuit  dans  un  temple  païen  célèbre  par  les  oracles  qui s’y  rendaient-  Le  lendemain,  après  de  longues  heures  passées dans  la  prière  et  le  chant  des  psaumes,  il  repartit.  Mais  lorsque le  prêtre  des  idoles  évoqua  de  nouveau  son  dieu,  le  démon  refusa de  revenir  dans  la  demeure  qui  avait  « abrité  un  tel  homme  ». Transporté  de  colère,  le  myste  frustré  courut  après  Grégoire, le  rejoignit,  l’invectiva,  le  menaçant  de  le  dénoncer  aux  magistrats.  Mais  le  Saint,  tranquille,  lui  remit  un  papier  sur  lequel il  avait  écrit  :  « Grégoire  à  Satan  :  Rentre  !  » Et  Satan  rentra.

Le  païen,  stupéfait,  ébranlé  dans sa foi, demanda, pour  se rendre, un  nouveau  miracle  :  une  énorme  pierre  était  là  :  que  par  sa parole  l’évêque  la  fît  passer  d’un  endroit  à  un  autre,  il  croirait. Ainsi  en  fut-il  fait  ; et  le  pauvre  homme,  désabusé  de  son  faux sacerdoce,  gagné  à  Jésus-Christ,  reçut  le  baptême,  s’attacha  à Grégoire  et  même,  plus  tard,  reçut  de  lui  le  diaconat. On  raconte  encore  beaucoup  de  miracles  par  lesquels  le  Saint confirmait  l’autorité  de  sa  parole,  du  reste  singulièrement  éloquente  et  persuasive.  Deux  frères  ne  pouvaient  s’entendre  au sujet  d’un  étang  qui  leur  était  venu  en  héritage  ;  ils  étaient près  de  se  le  disputer  les  armes  à  la  main.  Grégoire  pria,  et  sa prière  mit  à  sec  l’étang  et  réconcilia  les  deux  frères.  Comme le  fleuve  du  Lycos,  qui  passait  près  de  Néocésarée.  ravageait souvent  la  contrée  par  ses  débordements,  il  planta  sur  la  rive son  bâton,  en  défendant  aux  eaux  de  jamais  dépasser  la  limite ainsi  fixée  :  et désormais  obéissantes,  elles  ne  franchirent  plus le  point  déterminé  par  le  bâton,  devenu  un  arbre  puissant.  Mais il  faut  avouer  que  les  historiens  du  Saint,  Grégoire  de  Nysse et  Basile  de  Césarée,  tous  deux  saints  eux-mêmes,  n’ont  pas gardé  mémoire  de  la  montagne  qu’il  aurait  fait  reculer  pour avoir,  le  long  de  la  mer,  l’espace  suffisant  à  la  construction d’une église  ;  ce  miracle  a  cependant  popularisé  le  nom  de l’évêque  de  Néocésarée,  et  la  légende  du  Bréviaire,  d’après  une tradition  peut-être  bien  fondée,  en  consacre  le  souvenir.  Quoi qu’il  en  soit  de  ce  fait,  la  puissance  que  Dieu  avait  remise  en ses  mains  et  qu’il  employait  avec  l’assurance  d’une  foi  jamais hésitante,  jamais  timide,  lui  ont  valu  dès  son  temps  le  surnom de  Thaumaturge,  —  faiseur  de  miracle.

Cependant,  Je  milieu  du  siècle  venu,  avec  Dèce  la  persécution  se  ralluma.  Grégoire,  bien  plus  pour  veiller  sur  son  peuple, encore  néophyte,  que  pour  sauver  sa  vie,  crut  devoir  se  retirer au  désert.  La  tourmente  fut  terrible,  mais  courte.  Quand  elle eut  passé,  l’évêque,  —  qui  de  loin  n’avait  cessé  de prodiguer  aux fidèles  ses  encouragements,  d’élever  vers  Dieu  ses  prières, qui  du reste  n’avait  échappé  que  par  miracle  aux  recherches  des satellites,  —  l’évêque  reparut,  tout  prêt  à  reprendre  et  à  mener à  bout  sa  tâche. Elle  était  loin  d’être  finie  alors.  Une  grande  partie  du  peuple était  resté  ou  redevenu  païen;  il  s’empressait  aux  temples,  il se  foulait  aux  combats  du  cirque.  Un  jour  qu’on  n’y  trouvait plus  un  siège  :  « Jupiter,  fais-nous  de  la  place  !  » s’écrièrent  les fanatiques  des  jeux.  Grégoire  l’apprit  :  «  Les  malheureux ! dit-il  en  soupirant  ; ils  n’en  auront  que  trop  bientôt.  » En  effet la  peste,  une  peste  horrible  décima  la  population  ;  mais  elle la  ramena  vers  Dieu  :  on  constata  que  les  prières  du  saint évêque  éloignaient  le  fléau  de  tous  ceux  qui  se  déclaraient  chrétiens.

Aussi,  lorsque  quelques  années  plus  tard,  vers  270.  l’heure  de la  mort  vint  à  sonner  pour  Grégoire,  il  eut  sujet  de  se  réjouir en  faisant  le  dénombrement  de  son  troupeau.  « Combien  reste-t-il  de  païens  à  Néocésarée?  dernanda-t-îl.  —  Dix-sept,  «  lui fut-il  répondu.  Alors  levant  les  mains  au  ciel  :  « Grâces  soient à  Dieu  !  soupira-t-il.  Quand  je  vins  ici,  il  y  avait  exactement ce  petit  nombre  de  fidèles.  » Grégoire  avait  toujours  été  un  fervent  amant  de  la  pauvreté. Il  le  resta  jusque  dans  la  mort  : il  défendit  d’acheter  même  un pouce  de  terrain  pour  sa  sépulture,  car,  ni  vivant  ni mort,  il ne  consentait  à  rien  posséder.  Ainsi  jadis  son  Maître  divin avait voulu,  enseveli  dans  un  suaire  qui  était  une  aumône, reposer  dans  un  tombeau  qu’un  ami  prêtait  à  son  absolu  dénuement.

Source : Saints et saintes de Dieu, Tome II, Père Moreau, p.632-636

Publicités