Sainte Gertrude, fêté le 15 Novembre

15  NOVEMBRE SAINTE GERTRUDE VIERGE (1256-1302)

Humble,  cachée,  inconnue  demeura  et  reste  encore  pour  nous la  vie  de  sainte  Gertrude.  Elle  naquit  en  1256,  mais  nous  ne savons  rien  de  ses  parents,  rien  du  lien  de  sa  naissance.  Dès l’âge  de  cinq  ans,  «  elle  fut  placée  par  Dieu,  comme  un  lis éclatant  de blancheur,  dans  les parterres  du jardin  de  l’Église, » c’est-à-dire  au  monastère  cistercien  d’Helfta,  près  de  la  ville saxonne  d’Eisleben.  Sa  vie  n’eut  pas  d’autres  péripéties  que celle  de son couvent  ; il ne semble  pas qu’elle y  ait exercé  aucune charge.  Elle  mourut  à  quarante-six  ans  environ.  C’est  tout.

Mais  cette  pauvre  fille,  enfermée  si  jeune  au  cloître  qu’elle ne  soupçonna  même pas  le  monde,  eut  la  vie  intérieure  la  plus intense  ;  elle  entretint  avec  Dieu  et  ses anges  les  rapports  les plus  intimes,  elle  pénétra  les  secrets  de  la  divinité,  elle savoura la  tendresse  du  Verbe  fait  homme,  elle traita  familièrement  avec la  Vierge et  les  Saints.  Et  les  détails  de  cette  perpétuelle  conversation  avec  le  ciel,  nous  les savons  par  ses  récits  mêmes, qu’elle  a  consignés  sur  l’ordre  de  son  Époux  divin, pour  le  bien des âmes  : non pas celles de ses contemporains,  car par la  volonté de Dieu  ses  livres  n’ont  été  connus  que  plus  de  deux  siècles après  sa  mort,  mais pour  ces  âges  refroidis  sur  lesquels  s’épancheraient,  essayant  de les  réchauffer, les  effluves  brûlants  sortis du  Sacré  Cœur.

Grâce  à  ces  souvenirs,  écrits  de  sa  main  ou  dictés  à  une  de ses  sœurs,  nous  pouvons  suivre  ses  ascensions,  assister,  pour ainsi  dire,  à  ses  mystérieux colloques,  apprendre  quelles  faveurs Dieu  réserve  aux  âmes,  prévenues  d’avances toutes  gratuites, mais  fidèles  à  y  répondre  généreusement. Lorsqu’elle  fut  reçue dans  le  cloître  d’Helfta  par  la  grande et  sainte  abbesse  Gertrude  de  Hackeborn,  ce n’était  qu’une fillette,  très  intelligente  et  très  pure.  Selon  l’usage  établi  au monastère,  elle  fut  de  bonne  heure  appliquée  à  l’étude  des lettres  même  profanes  ;  l’abbesse  avait  coutume  de  dire  que, « si  cette  étude,  comme  celle  des  sciences,  venait  à  disparaître parmi  ses  filles,  elles  cesseraient  bientôt  de  comprendre  les saintes  Écritures ;  » celles-ci  du  reste  étaient  au  premier  rang des  connaissances  qu’elle  demandait  à  ses  moniales  d’acquérir.

Mais  la  jeune  Gertrude  se  livra  peut-être  avec  trop  de  passion au  charme  de la  littérature  humaine  ; elle  s’en  accuse  du  moins, comme  font  les  saintes,  en  des  termes  évidemment  exagérés qu’atténuent  les  témoignages  de  ses  contemporaines.  «  Lorsqu’elle  fut  admise  à  l’école,  disent-elles,  la  vivacité  de  son esprit  et  la finesse  de  son  intelligence  lui  firent  dépasser  promptement  les  enfants  de  son  âge  en  toutes  sortes  de sciences.  C’est ainsi  que,  gardant  la  pureté  de  son  cœur  pendant  les  années de  l’enfance  et  de  l’adolescence,  se  livrant  avec  ardeur  à  l’étude des  arts  libéraux,  elle  fut  préservée  par  le  Père  des  miséricordes de  toutes  les  frivolités  qui  entraînent  si  souvent  la  jeunesse.  » « La  pureté  de  son  cœur,  » telle  fut  en  effet  une  des  caractéristiques  clé  cette  âme  ;  elle  lui  concilia  la  tendresse  divine, qui  voulut  l’attirer  plus  complètement  à  elle.  Et  tout  d’abord Dieu  jeta  Gertrude  dans  un  trouble  profond,  « destiné,  je  crois, dit-elle,  à  renverser  la  tour  de  vaine  gloire  et  de  curiosité  élevée par  mon  orgueil.  » Il  dura  un  mois ; et  elle  apprécia  par lui  toute la  futilité  de  ces  connaissances  terrestres  où  elle  avait  placé son  plaisir  et  sa  gloriole.  Enfin,  quand  elle  eut  bien  compris le  vide  qu’elles  avaient  laissé  en  elle.  Notre-Seigneur  lui  fit entendre  son  appel  victorieux.  Elle  avait  atteint  sa  vingt-sixième année;  on  était  au  27  janvier  1281.  Gertrude,  après  complies, se  trouvait  au  milieu  du  dortoir.  « Je  venais,  dit-elle,  de  m’incliner  devant  une  ancienne,  lorsque,  relevant  la  tête,  je  vis devant  moi  un  jeune  homme  plein  de  grâce  et  de  beauté.  Il paraissait  âgé  de  seize  ans,  et  tel  enfin  que  mes  yeux  n’auraient pu  souhaiter  voir  rien  de  plus  attrayant.  Ce  fut  avec  un  visage rempli  de  bonté  qu’il  m’adressa  ces  douces  paroles  (empruntées au  1er répons  du  2e  dimanche  d’Avent)  :  Ton  salut  viendra bientôt;  pourquoi  es-tu  consumée  par  le  chagrin?  N’as-tu  pas de  conseiller,  pour  te  laisser  abattre  par  la  douleur?  Et  aussitôt il  lui  sembla  qu’elle  était  au  chœur,  et  là  son  consolateur  divin lui dit  encore  : « Je te  sauverai,  je  te  délivrerai  ; ne  crains  rien. » Alors  «  sa  main  fine  et  délicate  prit  ma  main  droite  comme pour  ratifier  solennellement  cette  promesse  ».  Cependant  Gertrude  voyait,  dressée  entre  eux,  une  haie  d’épines  si  haute  et si  hérissée,  qu’elle  n’apercevait  nul  moyen  de  la  franchir  pour aller  vers le  bel  adolescent  ».  Mais  lui,  la  saisit  tout  à  coup  et, la  soulevant  sans  difficulté,  la  plaça  à  côté  de  lui.  « Je  reconnus alors,  sur  cette  main  qui  venait  de  m’être  donnée  en  gage,  les joyaux  précieux  des  plaies  sacrées…  Dès  cette  heure,  continue-t-elle,  je retrouvai  le  calme  et  la  sérénité  ; je  commençai  à  marcher  à  l’odeur  de  vos parfums  et  bientôt  je  goûtai  la  douceur et  la  suavité  du  joug  de  votre  amour,  que  j’avais  estimé  auparavant  dur  et  insupportable.  »

Telle  fut  la  première  vision  dont  fut  béatifiée  Gertrude,  prélude  bien  faible  des  faveurs  indicibles  qui  ne  cessèrent  plus de  la  combler.  Elle  y  répondait  du  reste  avec  une  générosité telle,  qu’elle  courait  sans  arrêt,  sans  fatigue  vers  la  perfection des  vertus.  Qu’elle  les  pratiquât  excellemment,  ses  sœurs  en sont  garantes  ; elles  en  donnent  de  beaux  exemples  et  la  louent avec  de  touchantes  effusions.  Mais  quel  témoin  meilleur  peut-on  invoquer  que  Notre-Seigneur  lui-même?  A  l’une  de  ses  servantes  privilégiées,  il  faisait  ces  éloges  de  Gertrude  : « Un amour  tout gratuit  m’attire  vers  elle,  et  c’est  ce  même  amour qui,  par  un  don  spécial,  a  disposé  et  conserve  maintenant  en son  âme  cinq  vertus,  dans  lesquelles  je  trouve  mes  délices  : une  vraie  pureté  par  l’influence  continue  de  ma  grâce,  —  une vraie  humilité  par  l’abondance  de  mes  dons,  car  plus  j’opère de  grandes  choses  en  elle,  plus  elle  s’abîme  dans  les  profondeurs de  sa  bassesse  par  la  connaissance  de  sa  propre  fragilité,  — une  vraie  bonté  qui  l’excite  à désirer  le salut  de  tous  les  hommes, —  une  vraie  fidélité  par  laquelle  tous  ses  biens  nie  sont  offerts pour  le salut  du  monde,  —  enfin  une  vraie  charité  qui  la  porte â  m’aimer  avec  ferveur  de  tout  son  cœur,  de  toute  son  âme, de  toutes  ses  forces,  et  le  prochain  comme  elle-même,  à  cause de  moi.  » Et  à  une  autre  il  disait  encore  :  « Elle  est  pour  moi une colombe  sans  fiel,  parce qu’elle  chasse  de son âme  tout  péché. Elle  est  ce  lis  que  je  me  plais  à  porter  dans  ma  main,  parce  que mon  bonheur  suprême consiste  à  prendre  mes  délices  dans  une âme  chaste  et  pure.  Elle  est  une  rose  parfumée  par  sa  patience et  son  assiduité  à  me  rendre  grâces  dans  les adversités  Elle est  la  fleur  printanière  sur  laquelle  mon  regard  se  pose  avec complaisance,  parce  que  je  vois  dans  son  âme  le  zèle  et  l’ardeur nécessaires  pour  acquérir  les  vertus  et  arriver  à  une  complète perfection. »

Est-ce  à  dire  que  Gertrude,  ainsi  prévenue  de  la  grâce,  n’eut aucun  défaut,  ne livra  aucun  combat  nécessaire,  fut  couronnée sans  avoir  lutté?  Non  pas.  Elle  s’est  accusée  elle-même  de  cette tiédeur  spirituelle  venue  de  sa  trop  grande  application  aux sciences  humaines.  A  plusieurs  reprises  on  la  voit,  dans  son livre,  se  plaindre  douloureusement  de  ses  impatiences,  de  sa vivacité  à  reprendre  ce  qu’elle  estimait  des  fautes  dans  ses sœurs,  et  même  de  son  amour-propre.  Et  pour  qu’on  ne  pense pas  que  c’est  là  le  fait  d’une  humilité  qui  s’analyse  subtilement pour  se  condamner  avec  plus  de  sévérité,  d’autres  religieuses ont  aussi  constaté  en  elle  ces  premiers  mouvements  dont  elle gémissait.  Elles  s’en  étonnaient.  Un  jour  sainte  Mechtilde, autrefois  sa  maîtresse,  devenue  son  intime  amie,  disait  à  Notre-Seigneur  qui  lui  vantait  la  fidélité  de  Gertrude  :  « Si  sa  vie  est admirable,  d’où  vient  qu’elle  juge  parfois  avec  tant  de  sévérité les  fautes  et  les  négligences  d’autrui?  » Jésus  répondit,  en  l’excusant  :  « Comme  elle  ne  souffre  jamais  la moindre  tache  sur  son
âme,  elle  ne  peut  tolérer  avec  indifférence  les  défauts  du  prochain. »  Et  en  une  autre  circonstance  : « Ce  que  mon  élue  prend pour  des  défauts  sont  plutôt  des  occasions  de  grand  progrès pour  son  âme  :  car  par  suite  de  la  fragilité  humaine  elle  pourrait  à  peine  se  garantir  du  souffle  pernicieux  de  la  vaine  gloire, si  ma  grâce,  qui  opère  en  elle  avec  tant  d’abondance,  n’était dérobée  sous  ces  apparences  défectueuses.  De  même  qu’un champ  recouvert  d’engrais  n’en  devient  que  plus  fertile,  ainsi elle  retirera  de  la  connaissance  de  ses  misères  des  fruits  de grâce  beaucoup  plus  savoureux. »  Le  divin  Maître  n’aurait-il pas  pu  ajouter  qu’en  laissant  à sa  bien-aimée  ces  occasions  d’humiliation  et  de  lutte,  il  voulait  consoler  la  faiblesse  de  ses  serviteurs  et  leur  apprendre  que  l’âme  des  Saints  ressemble  à toutes les  autres,  en  diffère  seulement  par  leur  vaillance  à  se  dompter et  n’arrive  que  par  l’effort  à  la  perfection?  «  Avec  le  temps, disait  Jésus,  je  changerai  complètement  ses  défauts  en  vertus. » Mais  qu’on  ne  croie  pas  au  reste  que  la  sainteté  de  Gertrude fut  sèche,  roche  et  mal  plaisante.  Certes  elle  se  gardait  avec  un soin  jaloux  de  toute  affection  seulement  humaine,  quelque  pur qu’en  eût  été l’objet  ;  mais  elle  avait  pour  le  prochain  une  charité  compatissante  qui  s’affligeait,  s’effrayait  même  de  ses moindres  maux  et  s’empressait  d’y  remédier.  «  Si  elle  voyait quelqu’un  accablé  par  un  réel  chagrin  ou  si  elle  entendait  dire qu’une personne  éloignée  était  dans  la  peine,  aussitôt  elle s’efforçait  de  la  consoler  ou  lui  envoyait  ses  consolations…

Elle  demandait  à  chaque  instant  au  Seigneur  qu’il  voulut  bien consoler  ceux  dont  elle  connaissait  l’affliction…  Elle  avait  une parole  douce  et  pénétrante,  un  langage  si  éloquent,  si  persuasif, si  efficace  et  si  rempli  de  grâce,  que  plusieurs  affirmèrent  entendre  l’Esprit  de  Dieu  par  sa  bouche,  tant  leurs  cœurs  avaient été  attendris  et  leurs  volontés  transformées. Dans  cette  âme  exquise  Notre-Seigneur  se  plaisait  ; il  aimait à  le  lui  dire  en  des  termes  singulièrement  tendres.  Un  jour  elle s’écriait  :  « Rien  ne  peut  me  plaire  ici-bas,  si  ce  n’est  vous,  ô mon  très  doux  Seigneur  ! —  Et  moi,  lui  répondit-il,  je  ne  vois rien  au  ciel  et  sur  la  terre  qui  puisse  me  plaire  sans  toi,  car mon  amour  s’unit  à  toutes  mes  joies.  Si  je  prends  mes  délices dans  des  choses  diverses,  c’est  avec  toi  que  je  les  trouve,  et plus  elles  sont abondantes,  plus  grande  est  la  part  que  tu  en reçois.  »

Cet  amour,  Jésus  ne  l’exprimait  pas  seulement  par des  paroles. Il prodiguait  à  son  élue  les  faveurs  les  plus  extraordinaires  qu’il ait  jamais  accordées  aux  Saints  les  plus  privilégiés.  Dès  1283, il  gravait  au  cœur  de  Gertrude  les stigmates  sacrés  de ses  plaies ; en  1290, il la frappait  d’une  flèche  de feu  qui la  navrait  d’amour ; puis  l’âme  de  sa  servante,  «  semblable  à  une  cire  doucement amollie  sous  l’action  du  feu,  »  recevait,  comme  d’un  sceau, l’empreinte  «  de  la  resplendissante  et  toujours  tranquille  Trinité. » Déjà  son  divin  Époux,  la veille  de l’Annonciation  de  1281, lui  avait  accordé  ce  don  de  le  sentir  sans  cesse  présent  ; et  huit ans  après  elle  avouait  : «  Depuis  ce  jour,  mon  âme  n’a  pas cessé  de  jouir  de  votre  douce  présence  ;  quand  je  descends  en moi,  toujours  je  vous  y  trouve…  »  En  d’autres circonstances, à  trois  reprises  au  moins,  elle  fut  « ravie  dans  une  telle  union (avec  Notre-Seigneur),  qu'(elle)  estimait  comme  un  miracle d’avoir  pu  vivre  ensuite  ici-bas  comme  une  simple  mortelle  ».

Encore,  « le  Seigneur  (lui)  fit  entrevoir  les  grâces  innombrables dont  (il)  comblerait  les  derniers  jours  de  (son)  exil  et  les  ineffables  douceurs  qui  (lui  étaient)  réservées  dans  la  céleste  patrie  ». —  «  O  créateur  des  astres,  s’écriait-elle  à  de  tels  souvenirs, j’ai  reçu  vos  immenses  bienfaits,  les  douces  joies  de  l’âme,  la marque  de vos  très  saintes  plaies,  la  révélation  de vos  secrets, ‘les familières  caresses  de  votre  amour.  En  tout  cela  j’ai  goûté  plus de  joies  spirituelles  que  le  monde  n’eût  procuré  de  satisfaction à  mes  sens,  si  ;je  l’avais  parcouru  de  l’Orient  à  l’Occident.  » Mais  il  est  une  faveur  précieuse  entre  toutes,  qui  doit  rendre à  nos  temps  Gertrude  particulièrement  vénérable  et  chère. Entre  tous  les  Saints,  elle  a  été  spécialement  initiée  au  culte du  Sacré  Cœur ;  elle  en  a  reçu  la  révélation  et,  si  elle,  n’a  pas été  chargée  de  la  faire  passer  au  monde,  —  cette  mission  était réservée  à  sainte  Marguerite-Marie,  —  elle  a  connu  la  tendresse brûlante  et  les  exquises  délicatesses  du  Cœur  de  Jésus.  Elle en  a  joui,  elle  les  a  savourées  ; il  ne  semble  pas  que  lui  ait  été révélée  l’autre  face  de  cette  dévotion,  l’austère  réparation  dont la  visitandine  du  XVè   siècle  serait  la  victime  et  l’apôtre.  Mais avec  saint  Jean  elle  reposa  longuement  sur  la  poitrine  du  Seigneur,  et  tandis  qu’elle  frémissait  de  délices  en  entendant battre  «  ce  très  doux  Cœur  »,  le  disciple  bien-aimé  lui  apprit que  « la  douce  éloquence  des  battements  du  Cœur  sacré  (était) réservée  pour  les  derniers  temps,  afin  que  le  monde  vieilli  et engourdi  se réchauffe  dans  l’amour  de  son  Dieu  ».  Elle  n’y reposa  pas  seulement  :  un  jour,  tandis  que  Jésus  lui  expliquait «  d’une  voix  harmonieuse,  qui  résonnait  comme  la  suave  harmonie  d’une  harpe  touchée  par  un  maître  habile  »,  ces  mots qu’il  lui  adressait  :  Veni,  mea,  ad  me;  inlra,  meum,  in  me,… elle  « fut  attirée  vers  le  Cœur  du  Seigneur  d’une  façon  merveilleuse…  et  se  trouva  bientôt  introduite  dans  le  sein  de  son Époux  et  de  son  Dieu.  En  cet  asile  sacré,  ce  qu’elle  a  senti, ce  qu’elle  a  vu,  ce  qu’elle  a  entendu,  goûté  et  touché  du  Verbe de  vie,  elle  seule  le  sait,  et  Celui  qui  daigna  l’admettre  à  une union  si  sublime,  Jésus,  l’Époux  des  âmes  aimantes,  qui  est le  Dieu  béni  en  tous  les  siècles  et  par-dessus  tout.  » Amen ! A  peine  est-il  possible  de  donner  ici  une l’incomplète  et  froide idée  de  la  vie intérieure  de  Gertrude.  C’est  dans  son  livre  qu’il faut  en  chercher  l’entière  connaissance,  ce  livre  écrit  ou  dicté sur l’ordre  instant  et  répété  de  Jésus  lui-même,  et  dont  le  Maître divin  disait,  lorsqu’il  fut  achevé,  en  le  serrant  contre  lui  : « Je presse  mon  livre contre  ma  poitrine  sacrée,  afin  que  tous  les mots  qu’il  contient  soient  pénétrés  jusqu’aux  moelles  par  la douceur de  ma  Divinité..  Celui qui lira  ce livre  avec  une  humble dévotion  y  trouvera  le  fruit  du  salut  éternel.  »

Source : Saints et saintes de Dieu, Tome II, Père Moreau, p.620-627

Publicités