Saint Josaphat Kuncewicz, fêté le 14 Novembre

14  NOVEMBRE SAINT JOSAPHAT KUNCEWICZ ÉVÊQUE  ET  MARTYR (1580-1623)


Au IXè  siècle  de  l’ère  chrétienne,  des  guerriers  de  la  tribu Scandinave  des  Varègues  descendirent  vers  le  midi  et  fondèrent, le  long  du  Dnieper,  le  vaste  empire  des  Ruthènes.  Convertis sous  Vladimir  le  Grand  (980-1015)  par  des  missionnaires  venus de  Constantinople,  les  Ruthènes  s’attachèrent  au  rite  grec  de façon  si  étroite  et  avec  tant  de  persévérance,  que  rien  jamais ne  put  les en  détacher.  Même  lorsque  leur  union  avec  la  Pologne les  eut  mis  en contact  avec  les  catholiques  latins,  même  lorsque leurs  liens  avec  le  patriarche  d’Orient  eurent  été  relâchés, —  au point  que  celui-ci  ne  garda  plus  sur  eux  qu’une  primauté  d’honneur  et  que,  par  suite  de  son  autonomie,  leur  Église  vint  à languir  dans  une  ignorance  grossière  et  le  plus  lamentable  oubli de  la  morale,  —  leur  haine  pour le  rite latin  ne se ralentit  point.

L’Église  romaine  et  les  rois  Etienne  Bathorv  et  Sigismond  III firent  les  plus  grands  efforts  pour les  ramener  à l’unité.  Dans  ce but  on  leur  promit  de  tolérer  et  même  de  leur  concéder  l’usage d’une  liturgie  ruthène,  on  reconnut  à  leurs  évêques  nationaux les mêmes  privilèges  qu’aux  prélats  latins  de  Pologne.  La  masse du  peuple  néanmoins  demeura  fidèle  à  ses  vieux  préjugés,  ne se détacha  pas  du  schisme,  le  défendit  avec  colère;  et  les  Ruthènes convertis,  les  Unicités, eux-mêmes  frémissaient,  étaient  prêts  à se  révolter  chaque  fois  qu’ils soupçonnaient  qu’on  essayât  de  les amener  à  des  pratiques  cultuelles  qu’ils  abhorraient.

Tel  était  l’état  des  esprits  lorsque  en  1580.  à  Wlodomir,  en Wolhynie,  Marine,  femme  de  Gabriel  Kuncewicz,  donna  le  jour à  un  fils  qui  fut  nommé  Jean.  Le père  était  un  marchand  honoré de  ses  compatriotes,  qui  l’avaient  élu  conseiller  de  la  ville  ;  il appartenait  au  schisme,  mais  avec  sincérité,  avec  piété  ;  et  du reste  les  habitants  de  « Wlodomir  n’éprouvaient  pas  pour  le  rite latin  les  sentiments  diversion  profonde  qui  régnaient  ailleurs. Jean  fut  élevé  dans  l’amour  de  Dieu  et  de  Jésus-Christ  :  on dit  qu’un  jour  où  sa  mère  lui  montrait  dans  l’église  un  grand crucifix  et  lui  en  expliquait  le  mystère,  une  étincelle  jaillit  à ses  yeux  du  flanc  du  Sauveur  et  vint  frapper  au  cœur  l’enfant, qu’elle  embrasa  d’amour.  D’ailleurs  les  parents  du petit  Jean  ne pouvaient  lui  donner  ce  qu’ils  n’avaient  pas  reçu,  une  science même  élémentaire  de la  religion.  Dieu  y  pourvut  en lui  inspirant un  goût  singulier  de  la liturgie  et  de  toutes  les  choses  saintes. Il  savait  par  cœur  l’office  et  aimait  à  s’unir  au  chant  sacré.

Bien  jeune  encore,  son  père  l’envoya  à  Vilna,  chez  un  riche marchand,  pour  y  faire  son  apprentissage.  A  ce  moment  on essayait  à  Brzecs  de  jeter  les  fondements  d’une  union  avec Rome;  Vilna,  la  capitale  du  pays  ruthène,  était  fort  agitée  en sens  divers.  Mais  Jean,  dans  sa  bonne  foi,  recourut  à  Dieu  et lui  demanda  de  lui  inspirer  de  quel  côté  il  trouverait  la  vérité. Dieu  lui  répondit  en  mettant  dans  son  cœur  une  véritable haine  du  schisme  qui,  dit-il,  u était  telle,  que  j’étais  forcé  de répéter  sans  cesse  le  mot  du  prophète  :  Tai  haï  la  synagogue des  méchants.  » S’éloignant  donc  du  temple  magnifique  des  schismatiques,  il fréquenta  la  pauvre  église  uniate  de  la  Sainte-Trinité  ;  il  s’y attacha  du  fond  du  cœur,  il  aimait  à  y  remplir  les  fonctions  de chantre,  de  lecteur  et  même  de  sonneur  de  cloches.  Il  était soutenu  dans  son  zèle  par  quelques  fidèles  amis  : deux  jésuites, les  PP.  Fabricy  et  Gruzowski,  professeurs  à  l’université  de Vilna,  et  un  jeune  noble,  Jean  Rutski,  converti  du  protestantisme  et  qui  hésitait  encore  sur sa  voie. Jean  Kuncewicz  eut  pris  plus  vite  son  parti  :  l’amour  de  la vie  parfaite  s’était  emparé  de  lui.  Il  vint  frapper  à  la  porte du  pauvre  couvent  basilien,  voisin  de  l’église  de  la  Sainte-Trinité,  fut  admis,  et  le  même  jour  le  vit  novice  et  profès  :  en même  temps  qu’il  prenait  l’habit  des  mains  de  l’évêque  uniate Hypace  Pociey,  il  émettait  ses  vœux  et  recevait  le  nom  de Josaphat,  qu’environnerait  un  jour  l’auréole  des  martyrs.

C’était un bien étrange  monastère  où il  entrait. Plus qu’à moitié détruit,  désert,  envahi  par les séculiers,  il ne  comptait  qu’un  seul moine,  si  même  celui-ci,  Varchimandrite  (l’abbé),  n’avait  pas encore  été  destitué  par  l’évêque  à  cause  de  sa  connivence  avec les  schismatiques.  Josaphat  n’y  trouva  pour séjour  qu’une  misérable cellule, près de l’église,  dans  les  ruines.  II s’y  établit  et  n’en sortit  plus  que  pour  chanter  l’office  et,  la nuit,  se  livrer, même sous  la  neige  et  sur  la  glace,  à  une  prière prolongée  et  à  des disciplines  sanglantes.  Son  ardeur de  néophyte  ne lui  permettait d’hésiter  devant  aucune  austérité  : jamais  de viande,  six  carêmes par  an  sans  œufs,  sans  poisson,  sans  lait,  des  privations  totales de  nourriture  qui  duraient  plusieurs  jours,  un  cilice  perpétuel, une chaîne  de fer  armée  de  pointes  qui  serrait  sa  taille  et  remontait  sur  ses  épaules.  Telle  était  la  formation  que  s’imposait, sous  l’inspiration  divine,  le  jeune  moine  sans  expérience  et presque  sans  direction : il n’en  fallait  pas  attendre  de  l’archimandrite  nouveau,  Samuel,  et  le  Père  Fabricy  ne voyait  que de  loin  en  loin  son  généreux  pénitent.

Cependant,  son  intelligence  prompte  et  sagace  lui  faisait  comprendre  la  nécessité  de  l’étude  :  la  Ihéologie,  l’ascétisme,  la morale,  il  étudiait  tout  dans  ses  livres  liturgiques.  Peu  à  peu, il  élargit  le  champ  de  ses  recherches  ;  il  se  mit  en  quête  de manuscrits  antiques,  de  vieux  imprimés  de  langue  slavonne,  et finit  par  acquérir  une  science  à  tout  le  moins  très  suffisante pour  l’apostolat  qu’il  projetait. Car  il avait  le  désir  le  plus  ardent  du  triomphe  de  l’union ; il  était  catholique  jusqu’au  fond  de  l’âme,  tout  en  restant fidèle  aux  vieux  rites  ruthènes,  et  voulait  attirer  tous  ses compatriotes  à  se  rattacher  enfin  au  centre  de  l’unité.  Déjà ses  vertus  éclataient  au  dehors  et  lui  attiraient  des  admirateurs, des  amis,  bientôt  des  disciples.  Le  noviciat  se  reformait.  Le 29  septembre  1607,  son  ami  Rutsky  se  décidait  à  le  rejoindre; déjà  prêtre,  il  le  devançait  bientôt  et  recevait  la  direction  des novices.

Dès  lors,  et  malgré  des  orages  auxquels  l’archimandrite  Samuel  n’est  pas  étranger,  la  prospérité  s’affirme  :  dans le  monastère  reconstruit,  les  religieux  se  multiplient,  les  ministères  extérieurs  portent  leurs  fruits.  Josaphat,  prêtre  en  1609, répand,  avec  la  chaleur  féconde  de  sa  sainteté,  la  lumière  d’une science  qu’on  s’accorde  à  reconnaître  divinement  inspirée.  Les nombreuses  conversions  qu’il  opère  lui  valent  auprès  des  catholiques le surnom  de  fléau  du  schisme;  les  schismatiques l’appellent avec  colère  le  ravisseur  des  âmes.  Il  est,  presque  de  force,  nommé higoumme  (prieur)  du  couvent  nouveau  de  Byten,  et  use de  son pouvoir  pour rétablir,  au  profit  de  son  tendre  amour  pour Marie, l’antique  pèlerinage  de  Notre-Dame  de  Zycowicz.  Puis il  devient en  1614 archimandrite  de  la  Sainte-Trinité,  lorsque  Jean  Rutski, —  qui  occupait  ce poste  depuis que  Samuel,  définitivement  passé au  schisme,  avait  été  destitué,  —  devient  métropolite  de  Kiew.
Il  trouve  près  de  soixante  moines  dans  cette  abbaye  où  il  était seul  vingt  ans  auparavant  ;  il  les  gouverne  avec  une  science de  la  direction,  une  charité,  une  abnégation  merveilleuses.  En même  temps  il  épuiserait  en  aumônes  toutes  les  ressources  du monastère,  si  Dieu  ne  venait  miraculeusement  à  son  aide.

Enfin,  en  1618, le métropolite  Rutski le força,  malgré ses résistances  désespérées  renouvelées  jusqu’au  pied  de  l’autel,  à recevoir  la  consécration  épiscopale.  Il  était  nommé  évêque  de Vitebsk  et  coadjuteur  de  Polock  ;  mais  l’archevêque  de  cette ville  étant  venu  à  mourir  peu  de  mois  après,  Josaphat  lui  succéda  immédiatement.  Son  diocèse  comprenait  toute  la  Ruthénie (Russie Blanche  ;  il  était  donc  extrêmement  étendu  et,  aussi, très  travaillé  par  le  schisme.  Les  habitants  de  Polock  n’étaient uniates  qu’en minorité  ; mais les schismatiques  ne s’y  montraient pas  hostiles  ;  au  contraire  • Vitebsk,  Mohilew,  Orsza  étaient animées  de  la  haine  la  plus  ardente  contre  Rome  et  tous  ceux qui  voulaient  se  rattacher  au  siège  de saint  Pierre. La  position  serait  difficile  à  conquérir.  Josaphat  l’aborda franchement,  sans  crainte,  —  parce  que,  aussi  bien,  le  martyre était dans ses vœux,  — mais sans imprudence.  Il fut père  d’abord, presque  exclusivement  et  envers  tous  ; il  alla  de  préférence  aux petits,  aux  malades,  aux  enfants.  Son  confessionnal  était  toujours ouvert  pour  les  recevoir.  Un  jésuite,  missionnaire  en  ce pays,  a  raconté  que lorsqu’on  demandait  à  un  pauvre  à  qui il  s’était  confessé,  il  répondait  d’ordinaire : « A  l’archevêque, car  lui,  il  ne  nous  méprise  pas.  »  Il  faisait  le  catéchisme, enseignait  aux  petits  enfants  à  recevoir  le  sacrement  de  pénitence, les  exhortait  à  s’approcher  de  la  sainte  table,  dont  trop  fréquemment  on  les  tenait  éloignés,  sous  prétexte  d’une  ignorance  que  nul  ne  cherchait  à  dissiper.  Mais  aussi  s’efforçait-il de  promouvoir  le  culte  divin  : il  réclama  de  ses  prêtres  la  célébration  quotidienne  de  la  messe,  la  confession  au  moins  mensuelle,  choses  inconnues  avant  lui.  Dans  ses  voyages,  il  avait soin  d’organiser  ses  itinéraires  de  manière  à  pouvoir  toujours chanter  l’office  dans  une  église.

Du  reste,  exactement  fidèle aux  vertus  religieuses,  à  la  pauvreté,  à  l’obéissance,  il  ne l’était  pas  moins  à  ses  habitudes  de  mortification  :  comme  le moine,  l’évêque portait  toujours  son  cilice,  sa  chaîne  de  fer ; il  continuait  ses  sanglantes  disciplines.  Ainsi  s’était-ii  acquis l’admiration  universelle  ;  les  uniates  le  vénéraient,  les  schismatiques,  sans  renoncer  à  leur  haine  contre  l’évêque  uni  à  Rome, ne refusaient  pas  l’estime  et  la  révérence  à  l’homme  juste  et charitable.  Ils  allaient  plus  loin  :  « Si  Josaphat  était  de  notre parti,  disaient-ils,  nous  boirions  l’eau  où  il  se  lave  les  pieds. » Pendant  trois  ans  il  travailla  avec  bonheur  à  la  pacification générale  ; s’il  gagnait  beaucoup  d’âmes,  il  imposait  à  beaucoup plus  encore  le  respect  des  droits  de  son  église  et  des  lois  qui les  consacraient.  Mais  bientôt  de  graves  événements,  la  politique  sournoise  des  Grecs,  la  révolte  des  Cosaques  Zaporogues, l’audace  des  partisans  du  schisme,  la  froideur  et  l’indifférence des  Polonais  envers  les  Ruthènés  unis,  la  mollesse  du  gouvernement  entravèrent  les  succès  du  saint  archevêque.  La  foi n’avait  pas  eu  le  temps  de  s’implanter  dans  les  âmes  mobiles des  Slaves.  Il  suffit  de  quelques  secousses  pour  l’ébranler  ;  la calomnie s’attacha  à représenter  Josaphat  comme  vendu à  Rome et  prêt  à  trahir  la  cause  ruthène.  Les  esprits  se  retournèrent : les  foules  se  rejetèrent  vers Constantinople,  d’où  leur  venaient des  artisans  de  troubles.  Et  malgré  son  labeur,  l’archevêque  de Polock  sentit  le  terrain  se  dérober  sous  ses  pas.

Il  ne  s’abandonna  pas  cependant.  Il  multiplia  au  contraire ses  efforts,  non  plus  dans  les  églises,  où  le  peuple  ne  venait plus,  mais  auprès  des  individus;  il  visitait  les  familles,  invitait les  dissidents  ou  les  hésitants  à  sa  table,  saisissait  toutes  les occasions  d’exhorter  et  d’instruire.  Ainsi  put-il  reconquérir quelque  partie  de  son  troupeau  ;  mais  l’irritation,  la  colère  de ses  adversaires  s’en  accrut.  Ils  résolurent  de  le  tuer. Josaphat  le  sut.  Non  seulement  il  n’essaya  pas  de  se  soustraire  aux  coups  ; il  sembla  aller  au-devant.  A  Polock,  à  Vitebsk surtout,  il  affronta  des  émeutes  et  n’échappa  que  miraculeusement  à la  mort.  Mais  enfin  l’heure  prévue,  l’heure  désirée  arriva. Il  devait  se  rendre  à  Vitebsk  vers  la  fin  d’octobre  1623 ;  on l’avertit  qu’un  complot  était  formé  contre  lui  ;  cette  révélation ne  l’arrêta  pas.  Il  partit,  et  pendant  quinze  jours  environ  il tint  tête  avec  une  belle  sérénité  aux  outrages,  aux  menaces, aux  agressions  même.  Du  haut  de  la  chaire,  il  expliquait  qu’il n’ignorait  rien  des  coupables  projets.  «  Vous  cherchez  à  me donner  la  mort,  disait-il,  vous  me  tendez  des  pièges  sur  les fleuves,  sur  les  chemins,  sur  les  ponts  et  dans  la  ville.  Eh  bien ! me  voici.  J’arrive  de  moi-même  chez  vous.  Sachez  que  je  suis votre  pasteur  et  que  mon  plus  grand  bonheur  sera  de  mourir pour  vous.  Plaise  à  Dieu  de  m’accorder  la  grâce  de  donner  ma vie  pour  la  sainte  union,  pour  la  primauté  de  saint  Pierre  et du  pape  son  successeur  ! »

Ainsi  au  milieu  de  ce  peuple  fanatisé  il  demeura,  ne se  cachant pas,  ne  cherchant aucune  défense,  n’opposant  aux  sinistres projets  que  sa  patience  et  sa  charité. Enfin  ses  ennemis  exaspérés  se  décidèrent.  Le  dimanche  12  novembre,  sous  un  prétexte  grossier,  ils  jettent  sur  l’évêché  la  populace  enivrée  par leurs  fureurs.  Elle  bat  les  clôtures,  les  enfonce.  Arrivée  dans  le palais  que  les  serviteurs  ont  ordre  de  ne  pas  défendre,  elle assaille  trois  des  plus  fidèles  membres  de  la  famille  épiscopale, les  frappe,  les  couche  dans  leur  sang.  Au  bruit,  l’archevêque  se présente  :  « Mes  enfants,  dit-il,  Dieu  soit  avec  vous  !  Pourquoi frappez-vous  mes gens?  Si  vous  avez  quelque  chose  contre  moi, me  voici.  Laissez  les  autres  en paix.  » Et  il  les  bénit. Un  instant,  saisis,  les  envahisseurs  reculent.  Mais  bientôt deux  hommes  se  précipitent  :  « Tuez,  crient-ils,  tuez  ce  latin, ce  papiste  !  »  L’un frappe  Josaphat  à  la  tête  avec  un  bâton, l’autre  lui  ouvre  le  front  d’un  coup  de  hache.  Aussitôt  tous s’élancent,  enragés,  et  bientôt  le  pauvre  corps  n’a  plus  forme humaine  ; on  allait  l’abandonner  sur la  place,  quand  une  plainte sort  de  ses  lèvres  : « Mon  Dieu  !  » Les  assassins  reviennent,  le traînent  dans  la  cour ;  un  coup  de  mousquet  achève  la  victime  en  lui  traversant  le  crâne. La  folie  sanguinaire  des  meurtriers  s’exerça  encore  sur  le cadavre.  Après  avoir  pillé  le  palais,  gorgés  de  vin  et  de  viandes, ils  revinrent  pour  l’insulter.  Ils  le foulèrent  sous leurs bottes,  lui arrachèrent  la  barbe  et  les  cheveux,  le  couvrirent  de  crachats et  d’ordures,  s’en  servirent  comme  d’un  siège  pour  manger  et boire. Enfin, lui attachant aux  cheville?  une corde, ils le traînèrent en  hurlant  à  travers  les  rues  de  la  ville.  Du  haut  du  monticule qui  domine  la  cathédrale,  ils  le  jetèrent  dans  la  Dwina  ;  le saint  corps  roula  sur  les  rochers  et  s’arrêta  sur  les  bords  du fleuve.  On  le  reprit,  on  lui  attacha  au  cou  son  cilice  rempli  de cailloux,  aux  pieds  une  énorme  pierre,  et,  d’une  barque,  on  le précipita  dans  un  gouffre  qui  portait  le  nom  prédestiné  de puits  sacré.

Alors une  colonne  de lumière  descendit  du ciel, et  au milieu  un homme  de  figure  vénérable  : le  corps  de l’évêque  martyr,  malgré le  poids  qui  le  chargeait,  reparut  sur  l’eau,  descendant  le  courant  derrière  les  assassins.  Ils  revinrent  et  à  grand effort  le précipitèrent  de  nouveau  dans  le  gouffre. Le  jeudi  suivant,  un  conseiller  de  Vitebsk,  qui  était  absent lors  de  l’assassinat,  revint  à  la  ville.  Il était  schismatique  et  fort opposé  à  l’archevêque.  Mais  un  si  horrible  attentat  le  remplit d’indignation.  Sur ses  objurgations  pressantes,  les  magistrats résolurent  de  faire  retirer  du  fleuve  le  corps  du  martyr.  Les recherches  étaient  difficiles  ;  elles  auraient  échoué  ;  mais  le vendredi  matin  une  lumière  miraculeuse  apparut  sortant  de l’eau  et  l’éclairant comme  un  flambeau  brillant.  On  se  porta vers  ce  signal,  et  c’est  là  qu’on  trouva  la  sainte  victime  ;  on la  retira  du  fleuve  et  on  la  porta  respectueusement  à  l’église de  Saint-Michel. Mobilité  des  foules  !  la  ville  entière,  durant  près  de  quinze jours,  défila  devant  le  cadavre,  admirant  la  beauté  céleste  qui le  revêtait  et  que  relevaient  encore  ses  blessures,  comme  autant de  joyaux.  Les  larmes  coulaient  des  yeux’de  ces  assassins,  ils poussaient  des cris de douleur.  Et  quand  les habitants  de  Polock, dans  le  deuil,  eux  aussi,  vinrent  réclamer  leur  saint  archevêque pour  l’ensevelir  glorieusement,  ceux  de  Vitebsk  leur  enlevèrent de  force  le  cercueil,  pour  se charger eux-mêmes  de  ce  précieux fardeau.

Le  12  novembre  1643,  le  pape  Urbain  VIII  décernait  au martyr  de  Vitebsk  les  honneurs  de  la  béatification.  Mais  c’est Pie  IX  seulement  qui,  malgré  les  efforts  de  la  Russie,  le  mit au  nombre  des  Saints  le  29  juin  1857.

Source : Saints et saintes de Dieu, Tome II, Père Moreau, p.613-620

Publicités