Saint Stanislas Kostka, fêté le 13 Novembre

13  NOVEMBRE SAINT  STANISLAS  KOSTKA CONFESSEUR (1550-1568)


« Ce  fut  un  enfant  seulement,  mais  un  grand  saint  déjà,  » dit  de  Stanislas  le  pape  Urbain  VIII  De  l’enfant  il  avait  l’âge, la  candide  pureté,  la  joie  innocente,  la  naïve  simplicité,  l’élan spontané,  la  grâce  émouvante  ;  mais  le  saint  s’avérait  dans  la piété  forte  et  tendre,  dans  l’énergie  divine  qui  ne  s’arrêtait  à aucun  obstacle, dans  la  résolution  constante  de  marcher,  toujours  à  la  perfection,  dans  l’ardeur  à  ne  perdre  aucun  instant d’une  trop  courte  vie.  Merveilleuse  alliance  des  dons  naturels les  plus  séduisants  et  des  grâces  célestes  les  plus  actives  et  les
plus  puissantes.

La  famille  des  Kostka  appartenait  à  la  plus  haute  noblesse de  Pologne  ; elle  eût  pu  aspirer  au  trône.  Jean  Kotska,  en  1550, était  sénateur  du  royaume,  il  avait  rempli  d’importantes  fonctions ;  il  était  fier,  jusqu’à  l’orgueil,  de  son  sang  et  de  sa  caste. Cette  année-là,  le  28  octobre,  sa  femme,  Marguerite  Drobnin-Kritska,  lui donna  un  cinquième  enfant.  Stanislas.  Il  fut  baptisé  dans  l’église  paroissiale  de  Prasniz,  —  le  domaine  de  Roskow,  où  il  naquit,  dépendait  de  cette  ville,  —  et  son  parrain, André  Radzanowski,  le  posa,  au  sortir  des  fonts,  sur  l’autel, au  pied  du  tabernacle,  comme  pour  le  consacrer  à  Dieu  en l’unissant  à  la  Victime  sainte.  La  mère  de  Stanislas,  qu’un songe  avait  avertie  de  la  future  sainteté  de  son  fils,  mit  à former  son  cœur  aux  premières  vertus  tous  les  soins  de  la  plus profonde  piété.  Il  y  répondit  à  merveille  et  dès  les  jours  de l’enfance  faisait  l’admiration  des  serviteurs  mêmes  par  son application  à  répondre  à  toutes  les  prévenances  divines.  A  une tendre  vénération  pour  la  sainte  Eucharistie,  il  joignit  tout  de suite  une  dévotion  spéciale  pour  la  Mère  de  Dieu  ;  il  ne se  lassait  pas  de  la  prier  finalement,  et  elle  lui  inspira  un  goût de  la  pureté  qui  fut  une  des  plus  suaves  caractéristiques  de cette  âme  charmante.  Pureté  charmante,  qui  lui  fut  aussi  chère qu’instinctive,  pourrait-on  dire.  L’innocence  de  Stanislas  ne  fut jamais  effleurée  même  d’un  souffle;  le  soupçon  du  mal  ne  lui vint  pas.  Et  nul  plus  que  lui  n’a  mérité,  à  ce  titre,  d’être désigné  pour  le  patron  de  la  jeunesse  chrétienne.

A  quatorze  ans,  pour  continuer  les  études  commencées  à Roskow  sous  la  direction  de  Jean  Bilinski,  Stanislas  partit  pour Vienne,  avec  son  frère  Paul,  plus  âgé  de  deux  ans.  Leur  précepteur  les  accompagnait  : il  n’était  guère  plus  vieux  et  semble avoir  été  peu  capable  de  diriger  seul  l’éducation  de  deux  jeunes seigneurs.  Vienne  s’honorait  d’un  collège  fondé  par  l’empereur  Ferdinand,  qui  l’avait  confié  aux  Pères  de  la  Compagnie de  Jésus.  Les  études  y  étaient  brillantes  ;  la  ferveur  y régnait. Aussi  la  noblesse  d’Autriche,  de Hongrie,  de  Pologne,  de Bohême  y  affluait.  Stanislas  entra  plein  de  joie  clans  ce  collège,  où  il trouverait  tant  d’aliments  à  sa  piété ;  bientôt  il  fut  regardé comme  le  modèle  des  élèves  les  plus  vertueux,  en  même  temps que  ses  succès  littéraires  l’emportaient  sur  ceux  de  tous  ses condisciples.  On  admirait  ses  talents,  mais  bien  plus  encore  ses longues  stations  à  l’église,  devant  le  saint  Sacrement,  aux  pieds de  l’image  de  Marie,  sa  réserve  si  modeste  qui  n’était  ni  timide ni  triste,  sa  charité  toujours  en  éveil.

Mais  l’admiration  universelle  n’était  point  partagée  par  Paul  Kotska  ni  par  Jean Biiinski.  Tous  les  deux,  avides  de  plaisir,  auraient  voulu  entraîner  Stanislas  dans  leurs  divertissements.  L’enfant  se  pliait  de son  mieux  à l’humeur  de son  frère  ; mais  il  ne  voulait  ni  ne  pouvait  le  suivre  dans  sa  vie  de  dissipation,  et  sa  fermeté  était inébranlable.  En  vain  Paul  en  arriva  à  une  vraie  persécution ; en  vain  le  frappait-il,  le  foulait-il  aux  pieds  même.  Stanislas supportait  tout,  ne  se  plaignait  pas,  gardait  son  air  souriant, ne  cessait  d’être  prévenant  et  aimable  ;  mais  il  ne  cédait  rien. Cependant  ces  traitements  barbares,  les  pénitences  sévères que  lui-même  y ajoutait,  le  travail  soutenu,  avaient  raison  des forces  de  l’enfant;  il  tomba  gravement  malade,  et  dans  sa fièvre  souhaitait  ardemment  de  recevoir  le  secours  divin  de l’Eucharistie.  Or  Paul  Kostka  avait  choisi  pour  y  habiter  la maison  d’un  luthérien déclaré ;  celui-ci  aurait  chassé  ses  hôtes plutôt  que  de  laisser  pénétrer  chez  lui  le  saint  Sacrement,  et ni  Paul  ni  Bilinski  ne  voulaient  changer  de  logis.  Embarrassés cependant  d’une  telle  situation,  souffrant  dans  leur  foi  et  dans leur  affection  pour  le  petit  malade  de  la  privation  qui  lui  était imposée,  ils  ne  savaient  que  lui  conseiller  la  patience  et  essayer de le tromper sur son  état.  Stanislas  n’avait  de secours à  attendre que  de  Dieu  :  mais  de  ce  côté  l’espoir  était  assuré.  Une  nuit, Bilinski  le  veillait,  redoutant  une  issue  fatale  ;  tout  à  coup  le visage  défait  par  la  souffrance  s’illumine,  les  lèvres  décolorées s’agitent,  murmurant  :  « Adorez  la  sainte  Eucharistie  que  l’on m’apporte  !  » L’enfant  se  met  à  genoux,  se  frappe  la  poitrine, ouvre  la  bouche  et  son  cœur  à  la  sainte  Hostie,  tandis  que  les larmes  inondent  ses  yeux. Puis  un  second  miracle  lui  rendit  la  vie.  Alors  qu’on  attendait  son  dernier  soupir,  Marie  à  son  tour  vint  à  lui,  souriante, portant  son  Jésus  ;  elle  le  remit  aux  mains  de  Stanislas,  qui  le serra  sur  son  cœur,  baisa  le doux  visage,  avec  quels transports ! La  sainte  Mère,  avant  de  s’éloigner,  daigna  de  ses  lèvres  bénies donner  au  petit  malade,  en  le  guérissant  soudain,  l’ordre  d’entrer  dans  la  Compagnie  de  Jésus.

Cet  ordre,  il  l’avait  entendu  déjà  au  fond  du  cœur.  Mais il se  jugeait  si  indigne  d’une  telle  vocation  !  mais  il  savait  si  bien que  jamais  son  père  n’inclinerait  son  orgueil  jusqu’à  tolérer sur  les  épaules  de  son  fils  l’humble  habit  religieux  ! Marie  avait parlé  enfin ; Stanislas  n’hésita  plus.  Et  comme  les  supérieurs  des jésuites  refusaient  de  l’admettre  en  Autriche,  de  crainte  d’attirer  sur  tout  l’Ordre  la  colère  du  puissant  sénateur  Kostka,  il résolut,  il  fit  vœu  d’aller  au  bout  du  monde,  s’il  le  fallait, trouver  un  noviciat  qui  lui  ouvrît  ses  portes. Et  il  partit,  l’enfant  de  dix-sept  ans,  secrètement,  à  pied; pour  éviter  la  poursuite  de  son  frère  Paul,  il  échangea  ses vêtements  de  jeune  paladin  contre  la  dépouille  grossière  d’un vagabond.  Il  fit,  en  mendiant,  les  six  cents  kilomètres  qui  le séparaient  d’Augsbourg  et  n’arriva  en  cette  ville  que  pour apprendre  l’absence  du  Père  provincial,  le  bienheureux  Pierre Canisius.  Nullement  découragé,  il reprit sa marche vers  Dillingen, où,  lui  dit-on,  il  le  trouverait.  Et  c’est  alors  qu’une  seconde fois,  -— dans  une  église  profanée  par  l’hérésie,  où  il  était  entré par  erreur,  —  les  anges  apportèrent  au  vaillant  pèlerin  la  consolation  suprême  de  la  communion. Réconforté,  Stanislas  parvint  à  Dillingen.  Canisius  le  reçut avec  bonté  ;  mais  il  l’éprouva  : le  jeune  noble,  le  fils  du  sénateur  devrait  remplir  auprès  des  élèves  du  collège  les  humiliantes  fonctions  de domestique  :  il  ferait  leurs  chambres,  les servirait  au  réfectoire…  Il  accepta  sans  hésitation;  trois  semaines,  —  plus,  si  on  eût  voulu,  —  souriant,  empressé,  serviable, il  obéit  à un  ordre,  à un signe. Mais si simplement  humble qu’il  fût,  il  ne  put  empêcher  que  sa  modestie  ne  révélât  en  lui le  saint,  comme  la  distinction  de  ses  manières  et  de  sa  parole dénonçaient  le  palatin.

Puis  Canisius  le  fit  partir  pour  Rome,  cette  fois  avec  deux compagnons.  Le  voyage  dura  un  mois.  Quand  il  entra  dans  la ville,  il  avait  fait  à  pied,  depuis  Vienne,  plus  de  douze  cents kilomètres  pour  suivre  sa  vocation.  Tout  d’abord,  il  vint  se jeter  aux  pieds  du  Père  général,  qui  était  saint  François  de Borgia.  Celui-ci  connaissait  par  des  lettres  de  Vienne  et  d’Augsbourg  le  jeune  pèlerin  qui  le  sollicitait  ;  sans  tarder  il  l’admit au  noviciat  de  Saint-André-du-Quirinal.  Stanislas  y  entra  le 28  octobre  1567.  Avant  un  an  il  le  quitterait  pour  le  ciel.

Le  noviciat  abritait  alors  des  jeunes  gens  de  grande  espérance  ; il  suffit  de nommer  Claude  Aquaviva,  qui  gouvernerait un  jour  la  Compagnie,  son  cousin  Rodolphe,  le futur  martyr  des Indes,  Valignani,  qui  serait  visiteur  du  Japon…  Parmi  eux, on  ne  tarda  pas  à  remarquer  Stanislas  : c’était  vraiment  un ange  incarné, le sourire  aux  lèvres,  —  ainsi  le  dépeint  un de  ses  biographes,  —  le  regard  limpide,  et  sur  le  front  une sérénité  que  ne  troublait  jamais  aucun  nuage,  cet  enfant  qui avait  tant  souffert  pour conquérir la grâce  de sa vocation,  s’avançait  dans  la  vie  comme  s’il  eut  été  étranger  aux  faiblesses  et aux  souffrances  de  la  nature  humaine.  » La  pureté  transpirait  à travers  ses  traits  charmants  ; l’humilité  lui  semblait  toute  naturelle  : il  n’hésitait  pas  à  se présenter  devant  le  cardinal  Commendon,  venu  pour  visiter  le  fils  des  Kostka,  sans  retirer même  le  grossier  tablier  revêtu  pour  le  service  de  la  cuisine.

Sa  charité  joyeuse,  simple,  vraiment  fraternelle,  guettait  l’occasion  de  se  faire  toute  à  tous.  Mais  on  enviait  surtout  son amour  de  Marie  :  « Marie  !  elle  est  ma  mère ! »  disait-il.  Elle l’était  en  effet  et  ne  devait  rien  lui  refuser,  pas  même  de  l’enlever  à  la  terre.  Sur  elle,  l’enfant  ne  tarissait  pas,  et  l’on  aimait à  provoquer  sa  parole  où  vibrait  sa  tendresse.  lit  toutes  ces vertus  trouvaient  leur  source  et  leur épanouissement  dans  son amour  pour  Dieu.  Il  en  était,  à  la  lettre,  consumé,  et  son  cœur brûlant  devait  être rafraîchi  par des linges  mouillés,  et sa  pensée, toujours  fixée  en  Dieu,  n’était  point  distraite  par  les  occupations  minutieuses  de  la  vie  du  novice,  des  entretiens  célestes  où il  était  ravi.

Dans  un  des  premiers  jours  d’août  1568,  le  Père  Canisius, qui  se  trouvait  à  Rome,  vint  faire  aux  novices  une  conférence spirituelle  :  il  leur  parla  de  la  nécessité  d’être  toujours  prêt  à la  mort.  « Ces  paroles,  dit  Stanislas,  sont  un  avertissement  pour tous,  mais  surtout  pour  moi,  car  je  mourrai  dans  ce  mois-ci.  »
Il  avait  écrit  une  lettre  à  sa  Mère,  lui  demandant  de  l’appeler au  ciel  pour  y  célébrer  son  Assomption,  et  il  savait  qu’il  était exaucé.  Le  10  août,  fête  de  saint Laurent,  que  le  sort  lui  avait assigné  comme  patron  pour  le  mois,  il  demanda d’être  mis  aux ordres  du  cuisinier  ;  après  la  journée  employée  à  cet  humble office, il  se  trouva  mal.  Le  lendemain,  la  fièvre  augmentant,  on le  porta  à  l’infirmerie  : il  fît un  grand  signe  de  croix  sur  le  lit avant  de  s’y  étendre  :  « Je  ne  me  lèverai  plus  de  là,  » dit-il.  Et pour  dissimuler  qu’il  le  savait  de  source  divine,  il  ajouta  après un  instant  :  «  S’il  plaît  à  Notre-Seigneur.  »  Mais  nul  n’attachait  d’importance  à cette  parole,  car  son  malaise  semblait n’avoir  aucune  gravité.

Cependant  le  14,  vers  midi,  il  eut  une  grande  défaillance, puis  une  dépression  si  profonde,  que  l’on  se  prit  à  craindre. On  résolut  de  lui  donner  les  derniers  sacrements.  Il  demanda la  grâce  de  les  recevoir  couché  à  terre,  pour  rendre  en  pénitent son  dernier  soupir.  Quand  le  prêtre  entra,  portant  ce  Jésus qui  deux  fois s’était  miraculeusement  donné  à  lui  par  amour, Stanislas  se  souleva,  son  visage  se  colora,  ses  yeux  brillèrent  : on  le  voyait,  son  cœur  se  portait  avec  ardeur  vers  l’ami  qui venait  lui  donner  son  dernier  baiser  sur  la  terre. Peu  à  peu  la  vie s’échappait  de  la  frêle  poitrine.  Attentif aux  moindres  mouvements  de  son  âme, désireux  d’augmenter toujours  sa  pureté  par  un  afflux  nouveau  de  grâces,  le  jeune Saint  voulut,  en  cette  dernière  journée,  se  confesser  deux  fois encore.  Du  reste, comme  il  le  disait  lui-même,  son  cœur  était prêt  :  « paratum  cor  meum,  Domine ! » et  s’unissait  de toutes  ses forces  à  sa  Mère  immaculée.  Autour  de  son  bras  il  avait  enroulé son chapelet  ; dans sa main il tenait une petite image  de la Vierge, qu’il  baisait  avec  tendresse  et  serrait  contre  son  sein. Vers  minuit,  il  dit  adieu  à  ses  amis  les  plus  chers,  il  remercia la  Compagnie  de  Jésus  de  ses  bontés  maternelles,  il  demanda pardon  de  ses  fautes,  et  puis  :  « Le  temps  est  court,  dit-il,  il ne  faut  plus  rien  que  se  bien  préparer..  Alors  le  Père  recteur commença  les  prières  des  agonisants.  Stanislas  les  suivit  avec attention,  répondant  aux  invocations  qui  se  succédaient.  Vers 3  heures,  il  se  tut  :  ses  traits  exprimaient une  joie  céleste,  ses lèvres  s’agitaient  comme  s’il  s’entretenait  avec  quelqu’un : environnée  d’une  troupe  d’anges  et  de  bienheureux,  Marie  venait à  son  enfant  et  recueillait  l’âme  angélique.  Dans  cet  ineffable épanchement,  elle  la  détacha  du  corps  virginal  qui  avait  été sa  châsse  mortelle  et  elle  l’emporta.  La  première  aube  du 15  août  se  levait.

Source : Saints et saintes de Dieu, Tome II, Père Moreau, p.607-613

Publicités