Saint Martin, fêté le 11 Novembre

11 NOVEMBRE SAINT MARTIN ÉVÊQUE (317-397)
Num_riser0067


Dans  l’histoire  de  l’Église  il  y  a  peu  de  noms  qui  soient  aussi populaires  que  celui  de  saint  Martin  : tous  les  pays  de  l’Europe lui  ont  consacre  des  sanctuaires  ;  presque  tous  se  réclrment  de sa  protection.  Mais  dans  l’histoire  de  la  France  chrétienne, aucun  ne  se  révèle  aussi  vénéré,  autant  aimé  ;  nulle  influence ne  s’est  affirmée  avec  la  même  puissance  pour  conquérir  ou conserver  au  Christ  le  royaume  des  Ames.  C’est  le  patriarche de  la  Gaule,  le  père  et  le  protecteur  du  peuple  français  :  on  a compté  trois  mille  six  cent  soixante-douze  paroisses  qui  lui sont  dédiées  ;  quatre  cent  quatre-vingt-cinq  bourgs,  hameaux ou  villages  portent  son  nom.

Cependant  ce  grand  Saint,  s’il  a  donné  son  cœur  et  sa  vie  à la  France,  n’avait  pas  reçu  d’elle  son  sang.  Son  père,  ancien tribun  militaire  et  païen  obstiné,  habitait,  quand  Martin  naquit, le  bourg  de  Sabaria,  en  Pannonîe  (près  de  Szent-Marton,  dans la  Hongrie).  Ayant  sans  doute  reçu  en  bénéfice  quelques  terres aux  environs  de  Pavie,  il  vint  s’y  fixer  avec  sa  famille.  C’est là  que  l’enfant  fit  ses  premières  études,  assez  courtes.  C’est  là surtout  qu’il  reçut  les  premières  notions  de  la  foi  :  à  dix  ans, malgré  son  père,  il  demandait  et  obtenait  d’être  inscrit  parmi les  catéchumènes  ;  à  douze  ans,  il  avait  le  désir  de  la  solitude et  de  la perfection.  Ainsi  dès  l’enfance  s’accusa  ce  goût  de  sainteté  qui,  dans  la  sérénité,  mais  aussi  l’énergie  de  son  âme,  ne diminuera  pas,  ne  se  ralentira  jamais  et  formera  le  trait  caractéristique  de  sa  vie  spirituelle.

Mais  il  fallut  bientôt  renoncer  à  ce  vœu  prématuré  de  vie monastique.  Soit  qu’il  obéît  à  la  loi  militaire,  soit  qu’il  voulût combattre  les  tendances  chrétiennes  de  Martin,  son  père  engagea  le  petit  Mars  de  force  dans  l’armée  impériale.  Il  n’avait que  quinze  ans  alors  :  aussi  fit-il  d’abord  partie  des  scholares, sorte  d’enfants  de  troupe  qu’on  formait  au  métier  militaire avant  de  les  enrôler  définitivement.  A dix-neuf  ans,  il  fut  inscrit  dans  un  escadron  de  cavalerie  et,  en  qualité  de  fils  de  vétéran,  tout  de  suite  pourvu  d’un  gracie,  celui  de  circuitor  (à  peu près  brigadier)  ;  puis  on  le  dirigea  sur  la  Gaule.  Il  vint  en  garnison  à  Amiens  ; et  là,  « plus  moine  que  soldat,  » après  quelques hésitations  de  la  grossière  opinion  des  soldats,  conquit  bientôt l’amitié  de  tous  par  sa  charité  constante,  son  aménité,  la  pureté de  ses  mœurs,  et  aussi  ses  qualités  professionnelles.  Il  avait déjà  le  culte  du  pauvre  et  distribuait  en  aumônes  non  seulement  son  argent,  mais  tout  ce  dont  il  pouvait  disposer.

Un  jour, par  un  froid  très  vif,  il  rentrait  en  ville,  après  une  ronde ;  près de  la  porte  des  remparts,  un  mendiant  tendait  la  main  presque nu  et  grelottant,  et  nul  ne  faisait  attention  à  lui.  Martin  fut saisi  de  grande  pitié  à  la  vue  de  cette  détresse  ;  mais  quoi ! déjà  il  avait,  sur  sa  route,  donné  sa  bourse  et  même  les  vêtements  intérieurs  qui  le  garantissaient  de  la  froidure  ;  il  ne  lui restait  que  son  manteau  militaire,  sa  chlamyde.  D’un  coup  de sabre,  il  le  partage  en  deux,  présente  au  miséreux  une  moitié et,  sans  souci  des  railleries,  rentre  au  quartier,  s’enveloppant
au  moins  mal  de  l’autre.  La  nuit  suivante,  Jésus  lui  apparaissait  couvert  de  l’étoffe  généreusement  donnée  et  disait  aux anges  :  « Martin,  qui  n’est  encore  que  catéchumène,  m’a  vêtu de  ce  manteau.  » Cette  faveur  et  le  doux  reproche  qui  l’accompagnait  pénétrèrent  profondément  l’âme  du  jeune  soldat;  il  voulut  aussitôt terminer  son  initiation  à  la  religion  chrétienne,  et  peu  après il  recevait  le  baptême.  Ce  fut  le  point  de  départ  d’une  nouvelle ascension.  Il  résolut  de  quitter  l’armée,  où  il  était  exposé  à verser  le  sang,  et,  sentant  plus  vif  son  désir  de sortir du  monde, il  demanda  son  congé.

L’empereur  Constance  était  là,  venu pour  préparer  la  guerre  contre  les  Francs.  Irrité,  il  feignit  de croire  que  la  crainte  de  la  bataille  prochaine,  plus  que  le  souci de  la  perfection,  lui  inspirait  cette  requête  : «Si  vous  me  croyez un  lâche,  répondit  fièrement  le  jeune  soldat,  demain,  quand on  attaquera,  je  veux  aller  le  premier  et  sans  armes  contre l’ennemi  » L’offre  fut  acceptée  ; mais le lendemain,  lorsque Martin  s’apprêtait  à  tenir  sa  parole,  les  Barbares  venaient  au camp  pour  solliciter  la  paix. Libre  de  la  milice  humaine,  le  nouveau  soldat  du  Christ  se rendit  probablement  à  Trêves,  près  de  l’évêque  saint  Maximin.  Il  reçut  de  lui  les  premières  leçons  de  vie  intérieure  ;  mais bientôt,  —  en  347  peut-être,  —  on  le  trouve  près  de  son véritable  maître,  l’évêque  de  Poitiers,  saint  Hilaire.  C’est  à  cette école  de  science, d’indomptable  courage,  de  zèle  tout  apostolique,  qu’il  acheva  de  se  former.  Hilaire  ne  tarda  pas  à  apprécier  son  disciple  et  résolut  de  l’attacher  à  son  église ;  il  voulut donc  l’ordonner  diacre  ;’ mais  l’humilité  de  Martin  lui  opposa une  résistance  absolue  ;  il  ne  put  obtenir  rien,  sinon  qu’elle  se pliât  jusqu’à  ne  pas  refuser  l’humble  degré  d’exorciste.

Vers  355,  un  songe  envoyé  de  Dieu  les  sépara  : Martin  devait retourner  en  Pannonie  pour  travailler  à  la  conversion  de  ses parents,  qui  y  étaient  revenus.  Il  partit  ; il  gagna  l’âme  de  sa mère,  mais  échoua  devant  l’obstination  du  vieux  tribun.  Bien plus,  ses  efforts,  ses  exhortations,  ses  succès  d’apôtre  auprès  de ses  compatriotes,  excitèrent  la  haine  des  ariens,  fort  puissants de  la  protection  de  l’empereur  Constance.  Ils  se  saisirent  du trop  zélé  prédicateur,  le  battirent  de  verges  et  le  chassèrent de  Sabaria.  Flagellé,  banni,  mais  non  vaincu,  Martin  reprit  le chemin  de Poitiers.  Mais à Milan il  apprit  que  Hilaire  son  maître, lui  aussi  victime  de  la  persécution  arienne,  avait  quitté  son diocèse  pour  se  rendre,  exilé,  en  Phrygie.  Il  s’arrêta  donc,  se choisit  une  solitude  aux  environs  de la  ville,  vécut  dans la prière, mais  sans  doute  aussi,  hardiment,  prêcha  la  vérité.  L’évêque était Auxence,  un  des  principaux  chefs  de  l’hérésie  arienne  : il  ne  tarda  pas  à  s’émouvoir  de  la  contradiction  du  moine; celui-ci,  outragé,  jeté  hors  de  Milan,  dut  se  réfugier  sur  un îlot  sauvage  et  désert,  habité  des  seuls  oiseaux  de  mer,  rocher plutôt  qu’île,  situé  dans  la  rivière  de  Gênes.  Il  y  faillit  mourir de  misère,  empoisonné  par  des  herbes  malsaines.

Enfin  il  apprit qu’Hilaire  revenait  d’exil,  soulevant  sur  son  passage  des  acclamations  enthousiastes,  et  il  accourut  en  hâte  reprendre  près de lui  sa  place. Et  bientôt,  son  amour  de  la  prière  et  de  l’austérité  aidant son  zèle,  il  conçut  et  exécuta  le  projet  d’un  monastère  dont les  moines  uniraient  à la contemplation l’apostolat  : saint Hilaire, l’encourageant,  lui  abandonna  sur  les  bords  du  Clain,  à  sept kilomètres  de  Poitiers,  un  domaine  fertile  et  charmant,  Locoteiacus  :  ce  fut  Ligugé.  Là,  dans  des  cellules  isolées  ou  dans  les creux  des  rochers  abrupts,  les  moines  vivaient  solitaires,  sauf
aux  heures  de  l’office  ;  mais  ils  savaient  sortir  de  leur  solitude pour  donner  aux  populations  voisines  leurs  soins  spirituels. Alors  Hilaire  contraignit  le  nouvel  abbé  à  recevoir  le  sacerdoce  :  pouvait-il  autrement  assumer  le  gouvernement  de  ses frères?  Martin  établit  parmi  ses  disciples  une  règle  austère  qui s’inspirait  de  celle  de  saint  Hilarion  :  la  pauvreté,  l’obéissance étaient  strictes,  les  jeûnes  et  les  abstinences  fréquents  ; la  prière alternait  avec  le  travail  ;  mais,  innovation  heureuse,  celui-ci consistait,  pour  une  bonne  part,  dans  la  transcription  des manuscrits  anciens.  Ainsi  Ligugé  inaugurait  les  services  dont les  âges  suivants  devaient  être  redevables  à  la  science  des moines.

Martin  lui-même  donnait  l’exemple  de  l’apostolat.  Si  désireux  qu’il  fût  de  retraite  et  de  silence,  il  savait  les  rompre  pour courir  au  salut  des  âmes.  Il  allait  de  village  en  village,  il  prêchait,  il  convertissait  les  populations  de  la  campagne  encore attachées,  en  grande  majorité,  aux  superstitions  païennes  ;  il renversait  les  sanctuaires  des  idoles,  fondait  des  centres  catholiques  où  il  établissait  une  église  et  un  de  ses  moines  pour  la desservir,  et  commençait  cette  série  ininterrompue,  innombrable  de  miracles  qui  affirmèrent  son  autorité  et  lui  ont  valu la  renommée  d’un  des  plus  extraordinaires  thaumaturges  qui furent  jamais. Parmi  ces  prodiges,  on  compte  jusqu’à  trois  résurrections  de morts  :  la  première  fut  celle  d’un  catéchumène  de  Ligugé. Revenant  d’un  de  ses  voyages  apostoliques,  Martin  apprit
que  ce  malheureux,  frappé  d’une  maladie  rapide,  avait  expiré sans  qu’on  eût  le  temps  de  lui  administrer  le  baptême.  Grande était  la  douleur  de  tous,  grande  fut  la  désolation  de  Martin. Mais  il  se  rappela  la  promesse  du  Christ  à  ses  apôtres  et l’exemple  d’Elisée.  Il  fait  sortir  les  moines  de  la  cellule  funéraire,  s’y  enferme,  s’étend  sur  le  corps  inanimé  et  se  met  en prière.  Au  bout  de  deux  heures,  son  instance  avait  vaincu  la mort  ;  et  sous  les  yeux  de  la  foule  accourue  à  l’explosion  de  la joie  de  Martin,  le  catéchumène,  de  nouveau  vivant,  marchait, parlait, demandait  le  baptême.  Quelque  temps  après,  le  Saint répétait  le  même  miracle  en  faveur  d’un  pauvre  esclave  du riche  Lupicinus.

Le  13  janvier  368,  saint  Hilaire  alla  recevoir  du  Christ,  dont il  avait  si  bien  vengé  la  divinité,  l’éternelle  récompense.  Bien qu’universelle  fût  la  renommée  de  Martin,  ce  n’est  pas  à  lui qu’on  songea  pour  succéder  à  l’illustre  docteur,  mais  à  un  de ses  disciples,  Pascentius,  saint  Paixent.  Dieu  réservait  l’abbé de  Ligugé  à  l’église  de  Tours.  Saint  Lidoire,  son  évêque,  vint à  mourir  trois  ans  après.  Les  suffrages  se  portèrent  aussitôt  sur Martin  ;  mais  on  savait  « qu’il  ne  serait  pas  facile  de  l’arracher à  son  monastère  ».  On  employa  la  ruse.  Un  certain  Rucinius vint  tout  en  larmes  supplier  le  Saint  de  visiter  sa  femme  malade. Mais  quand  celui-ci,  ému  de  pitié,  l’eût  suivi,  il  se  trouva  environné  d’une  troupe  de  cavaliers  qui  l’emmenèrent  à  Tours, comme  une  proie,  et  l’immense  multitude  réunie  pour  l’acclamer  au  lieu  de  l’élection,  le  contraignit  à  accepter  le  bâton pastoral.

Évêque,  Martin  n’aurait  su  oublier  qu’il  avait  été  moine ; s’il  devait  demeurer  parmi  son  peuple,  du  moins  il  voulut  avoir aussi  sa  cellule.  Il  la  bâtit  dans  un  monastère  proche  de  Tours et  appelé  à une  renommée  mondiale  : Marmoutier  (Majus  monasterium).  Là,  tant  qu’il  pouvait,  il  vivait  comme  autrefois.  « Il resta,  —  dit  son  biographe  Sulpice-Sévère,  son  ami  et  son  disciple  préféré,  —  invariablement  ce  qu’il  avait  été.  Même  humilité  dans  le  cœur,  même  pauvreté  dans  le  vêtement.  Plein  d’autorité  et  de  grâce,  il  sut  avoir  la  dignité  de  l’évêque,  tout  en conservant  l’esprit  et  les  vertus  du  moine.  »  Il  alliait  la  plus profonde  piété  à  une  gaieté  douce  et  familière  ;  Il se  mêlait volontiers  aux  petits  événements  de  la  vie  des  siens  :pour consoler  un  de  ses  moines  dont  la  pêche  avait  été  infructueuse, il  lui  disait  de  jeter  une  fois  encore  son  filet,  où  aussitôt  se prenait  un  énorme  saumon.  La  fermeté  nécessaire  se  tempérait en  lui  de  patience  et  de  paternelle  charité  :  un  jour  il  reçut sans  s’émouvoir,  mais  aussi  sans  modifier  son  arrêt,  les  outrages  d’un  de  ses  moines  fou  de  colère.  Doué  d’un  sens pratique  tout  divin,  il  établissait  des  institutions  de  bienfaisance  qui  rendaient  aux  petits  les  plus  intéressants  services.  Sa popularité,  gagnée  par  des  bienfaits  qui  souvent  allaient  jusqu’aux  miracles,  se  joignait  à  ses  vertus  pour  lui  conférer  une autorité  avec  laquelle  les  pouvoirs  publics  devaient  compter, mais  qu’il  n’employait  que  pour  la  justice  et  le  bien  :  telles furent  ses  interventions  auprès  du  gouverneur  de  la  troisième Lyonnaise,  —  dont  Tours  était  la  capitale,  —  Avitianus, homme  cruel  et sanguinaire,  à  qui il  arracha  la  grâce  de  malheureux  destinés à  périr ; —  auprès de Valentinien  Ier ,  qu’un  miracle persuada  de  rendre  au saint  évêque  l’honneur  qui lui  était dû ; — surtout  auprès  de  Maxime,  l’usurpateur  assassin  de  Gratien, qu’il  força  de  renoncer  aux  mesures  rigoureuses  projetées contre  les  priscillianistes, hérétiques  dont  Martin  avait  condamné  l’erreur,  mais  protégea  la  vie.

Ces  soins  l’entraînaient  au  loin  sans  doute ;  mais  Martin  ne redoutait  pas  les  voyages.  Depuis  qu’il  était  évêque,  il  avait le  sentiment,  plus  puissant  que  jamais,  qu’il  se  devait  tout  à tous.  Aussi  se  portait-il  jusqu’aux  extrémités  de  la  Gaule,  de Trêves  à  Bordeaux.  Dans  son  diocèse  d’abord,  où,  comme jadis  dans  le  Poitou,  il  travaillait  de  toute  son  âme  à  la  conversion  des infidèles,  ne  ménageant  ni sa  parole,  ni son  influence, ni ses  miracles,  ni  sa  vie  même  : un jour,  pour obtenir  des  païens qu’ils  jetassent  bas  un  pin  énorme,  objet  de  leurs  superstitions, il  consentit  à  se  placer  sous  la  chute  de  l’arbre  ;  mais  celui-ci, au  moment  où  il  s’écroulait  avec  fracas,  menaçant  l’évêque,  se releva  soudain  et  s’abattit  en  sens  inverse.  Son  œuvre  préférée, en  effet,  —  semble-t-il,  tant  il  y  mettait  d’ardeur.  —  était  de renverser  les  objets  de  culte  idolâtrique  pour  les  remplacer  par des  sanctuaires  chrétiens  ou  par  des  abbayes ;  outre  Marmoutier,  Grégoire  de  Tours  compte  six  églises,  —  et  sans  aucun doute  il  y  en  eut  d’autres,  —  qu’il  éleva  aux  environs  de  sa ville  épiscopale.  Mais il  ne  se  bornait  pas  à sillonner  la  troisième Lyonnaise,  sur  laquelle  s’étendait  son  autorité  de  métropolitain.  Dans  son  modeste  appareil,  grossièrement  vêtu,  porté par  un  âne,  accompagné  seulement  de  quelques  clercs,  on  le vit  en  Picardie,  en  Flandre,  en  Berry,  en  Bourgogne,  dans  le Morvan,  en  Auvergne,  en  Dauphiné…  Partout,  avec  la  bonne parole,  il  portait  ses  bienfaits  ;  partout  on  a  conservé  le  souvenir  de  ses  miracles  et,  par  reconnaissance,  élevé  des  églises en  son  honneur.

Ainsi  poursuivit-il  infatigablement  sa  carrière  jusqu’à  l’âge de  quatre-vingts  ans.  Alors  il  eut  l’annonce  de  sa  mort  prochaine  ;  mais  il  comprit  que  la  meilleure  manière  de  s’y  préparer  était  de  continuer  à  marcher  dans  les  mêmes  chemins. En  octobre  397,  il  partit  pour  Candes,  situé  au  confluent  de  la Vienne  et  de  la Loire,  à  cinquante  kilomètres  de  Tours  ;  il  y était  appelé  par  une  dissension  douloureuse  qui  s’était  élevée entre  les  clercs.  Le  voyage  était  pénible  pour  un  vieillard  ;  il le  fit  cependant  avec  sa  bonne  grâce  accoutumée,  profitant  des incidents  menus  de  la  route  pour  élever  vers  Dieu  son  cœur, et  celui  de  ses  compagnons  dans  des  conversations  familières et  doucement  gaies.  Quand  il  eut  rétabli  la  concorde,  il  fut pris  d’une  grande  faiblesse  et  il  sut  que  l’heure  était  venue.  Il l’annonça  à  ses  disciples,  et  aussitôt  leur  douleur  s’exhala  en plaintes  et  en  prières  :  « Pourquoi  nous  abandonnes-tu,  ô  père? Pourquoi  nous  laisses-tu  dans  la  désolation?  Les  loups  cruels vont  fondre  sur  ton  troupeau…  Nous  le  savons  bien,  tu  désires le  Christ ;  mais  ta  récompense  est  assurée  ;  ne  veux-tu  pas consentir  à  la  retarder  pour  avoir  pitié  de  nous?  » Ces  larmes, ces  supplications  touchaient  le  cœur  paternel  de  Martin.  Partagé  entre  son  désir  du  repos  éternel  en  Dieu  et  son  amour pour  les  âmes  qui  le  réclamaient,  il  ne  pouvait  se  résoudre  et laissait  le  choix  au  Maître  de  la  vie  :  « Seigneur,  disait-il,  si  je suis  encore  nécessaire  à  votre  peuple,  je  ne  refuse  pas  le  travail  ;  que  votre  volonté  soit  faite  I…  Mais  si  vous  épargnez cette  épreuve  à  ma  vieillesse,  votre  volonté,  ô  Seigneur,  est mon  bien  ;  et  ceux  dont  le  sort  m’est  cher,  vous  les  garderez vous-même.  »

La  fièvre  le  prit ;  mais  il  ne  consentit  point  à  ce  qu’on  le couchât  dans  un  lit ;  étendu  sur  la  cendre,  il  y  voulait  mourir. On le  pria  de  se  laisser  tourner  un  peu  sur  le  côté,  pour  goûter plus  de  repos  :  « Non,  dit-il,  laissez-moi  regarder  le  ciel  plutôt  que  la  terre  et  voir  le  chemin  que  mon  âme  bientôt  va suivre  en  montant  vers  Dieu.  » A  ce  moment,  le  démon,  qu’il avait  si  souvent  mis  en  fuite,  eut  l’audace  de  se  montrer  à  lui : croyait-il  l’effrayer?  «  Que  fais-tu  ici,  bête  cruelle?  lui  dit  le saint;  tu  ne  trouveras  en  moi  rien  qui  soit  de  toi.  »  Et  sur ces  mots  il expira.  On  était  vraisemblablement  au  dimanche 8  novembre  397. Au  même  moment,  saint  Sévérin,  évêque  de  Cologne,  entendit les  anges  qui  chantaient  en  emportant  l’âme  du  grand  thaumaturge  « au  sein  d’Abraham  ».  Et  Martin,  rayonnant  de  gloire, apparaissait  en  songe  à  son  cher  disciple  Sulpice-Sévère. Cependant  une contention  s’élevait  autour  de  sa  dépouille  : Poitevins  et  Tourangeaux  prétendaient  à  sa  possession  par  des arguments  d’égale  valeur.  Mais  ceux-ci,  pendant  la  nuit,  profitant  du  sommeil  de  leurs  adversaires,  où  ils  voulurent  voir une  protection  divine,  descendirent  secrètement  le  saint  corps par  une  fenêtre  de  la  chambre  où  il  était  gardé  par  les  deux partis  et,  le  déposant  dans  une  barque, l’emportèrent  dans leur ville  au  milieu  d’une  pompe  solennelle  et  d’un  rassemblement prodigieux  de  peuple.  Les  funérailles  furent  faites  le  11  novembre,  et  c’est  à  cette  date  que  fut  fixée  la  fête  du  grand  et saint  patriarche  des  Gaules.

Source : Saints et saintes de Dieu, Tome II, Père Moreau, p.596-603

Publicités