Saint André Avellino, fêté le 10 Novembre

10  NOVEMBRE SAINT ANDRÉ  AVELLINO CONFESSEUR (1521-1608)
https://i0.wp.com/catholicharboroffaithandmorals.com/St.%20Andrew%20Avellino%20Popup2.jpg


Lancelot  Avellino  naquit  en  1521  à  Castronuovo,  petite  ville du  diocèse  de  Naples. Ses  parents,  Jean  et  Marguerite,  l’élevèrent  dans  la  piété,  et  l’enfant  acquit  dès lors  une  si  grande dévotion  envers  la  très  sainte  Vierge,  qu’il  ne  passait  pas  un jour  sans  lui  offrir  la  récitation  du  chapelet.  Envoyé  à  Venise pour  y  faire  ses études  d’humanités  et  de  philosophie,  il  se montra  plus  pieux  encore  que  studieux, quelque  succès  qui couronnât  son  travail.  A  plusieurs  reprises,  l’élégance  de  sa stature  et la  beauté  de  ses  traits  furent  cause  que  l’on  tendit des  pièges  à  sa vertu;  mais,  avec  l’aide  de  sa  Mère  du  ciel,  il triompha  de  toutes  les  tentations  ; et  pour  se  mettre  plus  à l’abri  de  pareils  dangers,  il  demanda  d’être  admis  au nombre des clercs  du  diocèse  et  reçut  la  tonsure  des  mains  de  l’évêque  de Naples. Alors il commença d’étudier la jurisprudence, car il voulait suivre  la  carrière  d’avocat  devant  les  tribunaux  ecclésiastiques. Ce dessein  ne  l’écartait  pas  du  sacerdoce  ; il  fut  en  effet  ordonné prêtre  et  proclamé  docteur  dans  les  deux  droits,  civil  et  canonique,  vers  le  même  temps.  Mais  il resta  peu  de  temps  au  barreau  : un  jour,  en  plaidant,  il  lui  échappa  de  faire  un  mensonge. Bientôt  après  vint  à  tomber  sous  ses  yeux  la  phrase  de  l’Écriture  :  «  Os  quod  mentitur  occidit  animam  ;  la  bouche  qui  ment tue  l’âme  » (Sap.  1:11 ),  et  le  regret  de  sa  faute  le  remplit  tellement,  que, renonçant  à  ses  fonctions,  il  ne  voulut  plus  s’occuper que  de  sa  propre  sanctification  et  du  salut  des  âmes.

L’archevêque  de  Naples,  qui  apprécia  vite  son  zèle  et  sa vertu,  ne  tarda  pas  à  lui  montrer  son  estime  en  le  nommant  à un  poste  redoutable  :  il  le  mit  à  la  tête  d’une  communauté de  religieuses  fort  déchue  de  la  régularité.  Lancelot  prit  à  tâche
de  l’y  ramener;  avec  autant  de  fermeté  que  de  douceur,  il réveilla  dans  ces  âmes  tièdes  l’ardeur  de  la  perfection.  Bientôt le  parloir  se  ferma,  le  monde  fut  exclu  du  monastère.  Mais  cet heureux  changement  ne  fut  pas  du  goût  de  certains personnages,  dont  les  instincts  mauvais  se  trouvaient  ainsi  contrariés.  Non  seulement  ils  essayèrent  d’exciter  les  esprits  contre le  saint  supérieur;  ils  en  vinrent  jusqu’à  vouloir  attenter  à sa  vie  :  un  assassin  le  frappa  dans  une  embuscade  nocturne et  lui  fit  trois  graves  blessures  au  visage.  Lancelot  supporta cette  brutalité  -avec  une  patience  telle,  qu’il  alla  jusqu’à mettre  en  œuvre  son  crédit  pour  épargner  le  châtiment  à  son meurtrier.

Mais,  en  1556,  la  vie  pénitente  et  dévote  qu’il  menait  porta de  meilleurs  fruits  encore  : il  se  résolut  à  quitter  le  clergé  séculier  et  demanda  la  faveur  d’être  reçu  dans  la  congrégation  des Théatins  :  saint  Gaétan  de  Tiene,  son  fondateur,  était  mort moins  de  dix  ans  auparavant.  Lancelot  Avellino  fut  admis  le 14  août  ; c’est  alors  que,  dans  son  amour  de  la  croix,  il  changea son  nom  de  baptême  pour  celui  d’André,  sous  lequel  il  devait vivre  dorénavant  et  être  canonisé.

Le  nouveau  novice  s’était  déjà  trop  exercé  à  la  vertu  pour être  un  médiocre  religieux.  On  remarqua  bientôt  son  souci  de la  régularité,  sa  haine  de  son  corps,  son  humilité  sincère  et  profonde.  Aussi  n’y  avait-il  pas  longtemps  qu’il  avait  émis  ses vœux,  lorsqu’on le jugea digne de diriger les autres; sa vie presque entière  serait  désormais  consacrée  au  gouvernement  des  religieux  de  l’Ordre. Maître  des  novices  pendant  dix  ans,  puis  successivement  fondateur  et  supérieur  des  maisons  de  Milan  et de  Plaisance,  visiteur  des  couvents  de  Lombardie,  il  montra dans  tous  ces  postes  les  talents  et  les  vertus  qu’on  peut  désirer en  ceux  qui  doivent  être  l’exemple  de  leurs  frères  en  même temps  que  leur  commander.  Le  cardinal  archevêque  de  Milan, saint  Charles  Borromée,  l’honorait  de  sa  plus  confiante  amitié ; le  cardinal  Paul  d’Arezzo,  qui  fut  d’abord  évêque  de  Plaisance, puis  archevêque  de  Naples,  le  consultait  et  ne  faisait  rien  que sur  ses  avis.  Les  fidèles  l’entouraient  d’une  pareille  vénération ; autour  de sa  chaire  ou  de  son  confessionnal  ils  se  pressaient  avec avidité,  et  les  âmes  qui  aspiraient  à  la  perfection  trouvaient particulièrement  en  lui  un  guide  également  sûr  par  sa  science et  son  expérience  personnelle  des  voies  surnaturelles.

Car  Dieu  l’avait  mené  à  la  plus  haute  sainteté.  De  bonne heure  André  s’était  engagé  par  un  double  vœu  qui  suppose autant  de  netteté  dans  l’intelligence  que  de  générosité  et  de constance  dans  le  cœur  :  c’était  d’abord  de  résister  toujours  à
sa  volonté  propre,  puis  de  choisir  toujours  de  deux  actions celle  qui  lui  semblerait  la  plus  parfaite.  A  l’un  et  à  l’autre  il fut  persévéramment  fidèle,  et  l’on  peut  deviner  ce  qu’ils  lui coûtèrent  de  luttes  et  d’efforts.  Il  en  vint  à  ce  point  de  détachement que,  son  neveu  ayant  été  assassiné,  il  employa  tous  ses efforts  auprès  des  parents  du  malheureux  jeune  homme  pour les  empêcher  de  poursuivre  la  vengeance  du  crime.  Mais  Dieu le  récompensa  de  ses  victoires  par  de  merveilleuses  prérogatives  :  il  lui  donna  la  familiarité  avec  son  ange  gardien,  et plus  d’une  fois  celui-ci  s’unit  au Bienheureux  récitant  son  office pour  alterner  avec lui les versets  des  psaumes ; saint  Dominique, saint  Thomas,  saint  Augustin  vinrent  lui  apporter  leur  aide dans  un  danger  et  lui  donner  l’assurance  de  son  salut.  Un  jour, raconta-t-il  à  saint  Charles  Borromée,  Notre-Seigneur  daigna se  montrer  à  lui  dans  sa  gloire,  et  sa  beauté  divine  lui  enleva toute  estime  et  tout  désir  de  ce  que  le  monde  peut  offrir  de plus  séduisant.  Il  eut  le  don  de  prophétie  et  celui  de  lire  dans
les  cœurs.  Il  usa  de  la  puissance  même  de  Dieu  :  on  raconte qu’une  nuit  il  revenait  avec  quelques  compagnons  à  sa  résidence,  lorsqu’un  orage  les  surprit,  éteignit  leur  torche  et  leur fit  perdre  leur  route.  Mais  la  pluie  violente,  en  tombant  autour d’eux,  les  épargna  tous,  et  du  corps  du  saint  une  lumière  miraculeuse  s’échappa,  de  sorte  qu’ils  n’eurent  aucune  peine  à retrouver  et  à  suivre  leur  chemin.

Ainsi  dans  le  travail  de  l’apostolat,  dans  la  pénitence,  dans la  prière,  entouré  de  l’affection  de  Saints  et  du  respect  confiant de  tous,  il  parvint  à  une  extrême  vieillesse.  Deux  ans  avant  sa mort,  il  connut  par  révélation  le  moment  où  elle  arriverait  et le  prédit  à  diverses  personnes.  Une  maladie  qui  l’attaqua  lorsqu’il  avait  atteint  sa  quatre-vingt-huitième  année,  ne  lui  enleva rien  de  sa  patience  sereine  et  même  de  sa  douce  gaieté.  Elle ne  l’empêchait  pas  de  dire  chaque  matin  sa  messe.  Or le  10  novembre,  il  allait  monter  à  l’autel,  lorsque,  après  avoir  répété trois  fois  les  premiers  mots  du  psaume  :  «  Introibo  ad  altare Dei  :  j’irai  à  l’autel  de  Dieu,  » il  fut  frappé  d’apoplexie.  Transporté  sur  sa  pauvre  couche,  il  reçut  les  derniers  secours  de l’Église  et  mourut  doucement  en  jetant  un  regard  d’amour  sur l’image  de  la  très  sainte  Vierge.

Seize  ans après seulement,  les miracles  qui avaient  accompagné sa  vie  et  suivirent  sa  mort  engagèrent  le  pape  Urbain  VIII  à le  déclarer  bienheureux;  c’était  en  1624. Clément  IX,  en  1712, lui  conféra  les  honneurs  de  la  canonisation.

a610-1.jpg
Le corps incorrompu de saint André Avellino est conservé dans l’église Saint-Paul de Naples.

Source : Saints et saintes de Dieu, Tome II, Père Moreau, p.592-595

Publicités