La Dédicace de la Basilique du Saint-Sauveur, fêté le 9 novembre

9  NOVEMBRE LA  DÉDICACE  DE  LA  BASILIQUE  DU  SAINT-SAUVEUR (324)

Le  28  octobre  312,  devant  le  pont  Milvius,  Dieu,  en  donnant la  victoire  à  Constantin,  qui  combattait  sous  le  Labarum,  vengeait  enfin  ses  martyrs  et  assurait,  après  deux  siècles  de  lutte, la  paix  à ses  fidèles.  Elle  fut  consacrée  par l’édit  de  Milan,  signé par  Constantin  et  Licinius,  dans  un  des  premiers  mois  de  l’année suivante,  et  tout  de  suite  fit  sentir  ses  bienfaits.  Avant  même que,  de  320  à  324,  eussent  paru  une  série  d’édits  qui  établissaient  les  droits  et  la  personnalité  civile  de  l’Église,  les  chrétiens  étaient  sortis  joyeux  de  leurs  retraites  et  de  leurs  catacombes  ;  à  la  face  du  soleil  ils  affirmaient  leur  culte,  et  tout de  suite aspirèrent  à  le  célébrer  dans  des  sanctuaires  qui  rivaliseraient  de  richesse  et  de beauté avec les temples païens.  L’empereur  ne  ménagea  point  ses  largesses  à  de  si  nobles  projets  ;  il offrit  des  emplacements,  fournit  des  matériaux,  des  marbres,
de  l’or,  des  joyaux  :  il  affranchit  des  charges  publiques  les artistes  qui  travaillaient  à  la  construction  des  églises  nouvelles ; lui-même  voulut  parfois  mettre  la  main  à  l’œuvre.  Alors  s’élevèrent  les  basiliques  de  Saint-Pierre  et  de  Saint-Paul,  de  Saint-
Laurent  et  de  Sainte-Agnès,  des Saints-Pierre-et-Marcellin.  Mais avant  toutes  les  autres  et  plus  célèbre  que  toutes  fut  construite celle  du  Saint-Sauveur  sur  le  mont  Cœlius.  Là  s’élevait  un palais,  jadis  possédé  par  le  très  noble  Publius  Lateranus  et
entouré  de  vastes  jardins.  Ce  domaine  avait  été  confisqué  par Néron  quand  il  en  eut  fait  mourir  le  propriétaire  ;  resté  au nombre  des  biens  impériaux,  il  fut  donné  par  l’impératrice Fausta  au  pape  alors  régnant,  saint  Miltiade,  pour  qu’il  en  fît sa  résidence.

Du  moins  y  tint-il  en  313  un  concile  contre  les donatistes.  A  côté  du  palais,  Constantin  ordonna  d’élever  une magnifique  église  ; elle  fut  entreprise  en  324;  le  pape  saint  Silvestre  en  posa  la  première  pierre.  Quelque  importants  qu’ils fussent,  les  travaux  furent  poussés  si  activement,  qu’ils  étaient achevés  au  mois  de  novembre  de  la  même  année. Le  Liber pontificalis  a  retracé  la  splendeur  de  l’édifice  sacré,  bien  moins remarquable  par  son  extérieur  sobre  et  sévère  que  par  les richesses  qui  y  furent  accumulées. C’était  un  vaste  édifice  à  cinq nefs soutenues  par  une  forêt  de  colonnes,  la plupart  prises  à  des temples  païens.  «  Le  baldaquin  du  maître-autel,  donné  par l’empereur,  ont  écrit  les  auteurs  du  bel  ouvrage  sur  le  Vatican, était  une  pièce  d’orfèvrerie  colossale  où  des  figures  d’argent, hautes  de  cinq  pieds,  avec  des  gemmes  dans  les  yeux,  représentaient  le  Sauveur  entouré  des  apôtres  et  des  anges.  La  voûte intérieure  de  ce  badalquin  d’argent  était  en  or  très  pur.  Un lampadaire  d’or,  pesant  cinquante livres, y  pendait  à  dés  chaînes qui  pesaient  vingt-cinq  livres.  Les  sept  autels  de  la  basilique étaient  également  d’argent  et  l’on  comptait  un  nombre  prodigieux  de vases liturgiques, dont plusieurs incrustés de gemmes.

Le  plus  beau  trésor de  la basilique  était  pourtant l’autel  majeur, simple  table  de  bois,  il  est  vrai,  mais  sur  laquelle,  dit-on,  saint Pierre  lui-même  avait  consacré  la  Victime  divine ;  ainsi  en avaient  usé  ses  successeurs  aux  temps  où  les  pontifes,  « à cause  des  persécutions,  ne  pouvaient  se  fixer  nulle  part;  ils célébraient  les  saints  mystères  là  où  les  y  forçait  la  nécessité,  dans  les  cryptes,  dans  les  cimetières,  dans  les  maisons des  fidèles,  sur ce même  autel  de  bois  creusé  en  forme  d’arche».

Silvestre,  par  honneur  pour  cette  vénérable  relique,  défendit que  dorénavant  nul  n’y  dît  la  messe,  sinon  le  souverain  pontife. La  consécration  de  la  nouvelle  basilique,—  la  dédicace,  — fut  faite  par  saint  Silvestre  le  8  novembre  324,  d’après  un  rite que  lui-même  fixa  :  car  c’était  la  première  fois  qu’une  telle cérémonie s’accomplissait  ;  et  dès  lors  on  commença  à  consacrer  aussi  les  autels  par  l’onction  du  chrême,  « pour  exprimer la  figure  de  Notre-Seigneur  Jésus-Christ,  qui  est  notre  autel, notre  hostie  et  notre  prêtre.  »

Pendant  la  fête,  le  visage  du  Rédempteur,  doux  et  majestueux,  nimbé  de  rayons  lumineux,  apparut,  dit-on,  dans  un nuage,  au-dessus  du  maître-autel,  se  faisant  voir  aux  assistants; ils en conçurent,  comme  de juste,  une  immense  joie  et  voulurent conserver,  par  une  mosaïque  artistique,  les  traits  du  Sauveur, qui  s’étaient  ainsi  révélés  Aussi  bien  est-ce  sous  le  titre  du Saint-Sauveur  que la basilique  fut  consacrée.  Dès  lors elle  devint l’église  proprement  papale,  la  cathédrale  du  pape.  C’est  là  qu’il célébrait  chaque  dimanche  la liturgie,  durant  laquelle il  envoyait aux  prêtres  des  églises  paroissiales  une  partie  du  pain  consacré,  en  témoignage  de  communion  avec  lui  C’est  là  que  se  faisaient  les  ordinations  et  la  réconciliation  des  pénitents  publics.

C’est  encore  dans  le  baptistère  voisin,  qui  portait  le  titre  de Saint-Jean-Baptiste,  que,  dans  la  nuit  du  samedi  saint,  on administrait  solennellement  le  baptême  aux  catéchumènes. Enfin  l’usage  s’établit,  —  respecté  comme  une  loi,  —  que  le souverain  pontife,  après  son  élection,  devait  se  rendre  processionnellement  à  la  basilique  du  Saint-Sauveur  pour  y  être intronisé.  A  ce titre  de  première  église  chrétienne  et  de  cathédrale  du  pape,  elle  est  justement  considérée  comme  la  mère  de toutes  les  églises  particulières.  Ainsi  porte  l’inscription  gravée sur  la  frise  du  portique  et  qui  impute  à  un  double  décret impérial  et  papal  de  lui  avoir  conféré  cette  dignité :

Dogmate  papali  datur  et  simul  imperiali
Quod  sim  cunctarum  mater  et  caput  Ecclesiarum

La basilique  Constantinienne  ne devait  pas durer jusqu’à  nous. Un  tremblement  de  terre  la  renversa  à  la  fin  du  ix°  siècle ; Lucius  II  la  reconstruisit  en  1144  et  la  plaça  sous  le  patronage de  saint  Jean-Baptiste  ;  c’est  pourquoi  elle  fut  depuis  désignée ordinairement  sous  le  titre  de  Saint-Jean  de  Latran.  Elle  fut encore  plusieurs  fois ravagée  par  des incendies  : toujours,  avec  le plus grand soin, les souverains  pontifes la l’établirent. Benoît  XIII, en  1726,  la  restaura  entièrement  et  la  consacra  de  nouveau. Clément  XII  l’orna  d’un  portique  dû  à  l’architecte.  Galilei,  qui
le  dressa  de  1730  à  1740.  Pie  IX,  à  son  tour,  entreprit  de  la réparer  et  de  l’embellir.  Mais  c’est  à Léon  XIII  qu’était  réservée la  gloire  d’achever  ce  grand  ouvrage  : le Bréviaire  romain  décrit le  magnifique  résultat  de  ses  importants  travaux  :  « La  grande nef  succombait  sous  la  vétusté  ;  Léon  XIII  la  fit  prolonger  et consolider  par une  vaste  abside ; on restaura la célèbre  mosaïque, —  qui  représentait  le  Sauveur,  —  d’après  les  plus  authentiques documents  et  on  la  plaça  dans  la  nouvelle  abside,  ornée  avec une  richesse  et  un  art  merveilleux  ;  le  transept  vit  renouveler les  lambris  de  son  plafond;  on  ajouta  à  l’église  une  sacristie, une  demeure  pour  les  chanoines  et  un  portique  qui  la  rejoignit au  baptistère  de  Constantin.  »

« Une  demeure  pour  les  chanoines… ».  C’est  que  depuis  des siècles,  en  effet,  comme  à  toutes  les  églises  cathédrales,  à  la basilique  du  Saint-Sauveur  fut  attaché  un  chapitre  de  chanoines,  tantôt  séculiers,  tantôt  réguliers,  chargé  de.  chanter l’office  divin  ;  chapitre  célèbre  et  vénérable  entre  tous,  auquel se  faisait  gloire  d’appartenir  le  roi  de  France  lui-môme.  Sa stalle,  à  gauche  du  chœur,  se  dressait  vis-à-vis  de  celle  du  pape, surmontée  d’une  statuette,  de  la  sainte  Vierge.  Henri  IV  converti  se  montra  particulièrement  généreux  envers  ses  collègues romains ; il  leur  conféra  un bénéfice  important,  celui  de  l’abbaye de  Clarac,  en  Agénois.  En  reconnaissance,  chaque  année  ceux-ci célèbrent,  par  une  grand’messe  solennelle,  l’anniversaire  de  la naissance  du  Béarnais. La  liturgie  sacrée  veut  que  les  églises  qui  ont  reçu  l’honneur de  la  consécration  commémorent  Jmis  les  ans  leur  dédicace
avec  grande  pompe  :  c’est  pour  elles,  en  effet,  comme  le  baptême  :  de  même  que  l’effusion  de  l’eau  sur  la  tête  du  néophyte fait  de  lui  le  temple  du  Saint-Esprit,  de  même  l’onction  du chrême  transforme  les  murailles  de  pierre  en  l’habitation  de
Dieu.  L’église  est  aussi  l’image  de  ce temple  céleste  que  l’Esprit Saint  se  construit  chaque  jour  du  temps,  de  ces  pierres  spirituelles  qui  sont  les  âmes  élues,  pour  s’y  reposer  pendant  l’éternité.  Mais  si  chacune  de  ces  églises  est,  pour  les  fidèles  qui  la fréquentent,  si  vénérable  par  sa  consécration  et  par  son  symbolisme,  la  basilique  du  Latran  l’est  aussi  pour  tous  les  chrétiens  qui  partagent  la  communion  du  pape.  Et  c’est  pourquoi Benoît  XIII  a  voulu  que  l’anniversaire  de  sa  dédicace  fût  célébré  dans  tout  l’univers  à  la  date  du  9 novembre,  jour  auquel saint  Silvestre  l’offrit  à  Dieu  par  les  cérémonies  saintes  qu’il créa  dans  cette  intention.

Source : Saints et saintes de Dieu, Tome 2, p. 588, Père Moreau.

Publicités