Saint Willibrord, fêté le 7 Novembre

7  NOVEMBRE SAINT  WILLIBRORD ÉVÊQUE (658-739)

https://i2.wp.com/www.spookyisles.com/wp-content/uploads/2012/08/St-Willibrord.jpg Au  VIIè   siècle  vivait  dans  le  royaume  de  Northumberland un  Saxon  qui  se  nommait  Wilgis.  C’était  un  homme  d’une  si grande  piété,  qu’elle  le  poussa  à  quitter  le  monde  et  à  se  retirer dans  une  solitude,  bientôt,  grâce  à  ses  exemples,  transformée en  un  monastère  florissant.  Or  il  avait  eu  un  fils  qu’il  nomma Wilbrord  ou  Willibrord  (c’est  cette  dernière  forme  qu’employa le  Saint).  L’enfant  n’avait  que  sept  ans  lorsqu’il  fut  confié  par son  père  aux  moines  de  l’abbaye  de  Ripon,  pour  l’élever  et, si  Dieu  le  voulait,  lui  inspirer  l’amour  de  la  vie  monastique. C’était  le temps  où le prince Alchfrith  venait  de  donner  Ripon  à saint  Wilfrid  ; et  celui-ci  y  avait  inauguré les pratiques  romaines, rempli  qu’il  était  de  vénération  pour  le  siège  de  saint  Pierre. Willibrord fut  donc  élevé  dans  le  culte  de  l’Église  de  Rome, et  si  bien,  qu’il  demeura  toujours  finalement  attaché  au  pape.

Du  reste  il  ne  tarda  pas  à  concevoir  un  grand  attrait  pour  la perfection  ;  il  se faisait  remarquer  entre  tous  ceux  de  son  âge par  sa  promptitude  d’obéissance, son  entrain  joyeux  et  sa  sincère  humilité.  A  vingt  ans,  désireux  de  science,  il  sollicita  la permission  de  passer  eu  Irlande ;  aussi  bien  son  père  Wilfrid venait  d’être chassé  de  Ripon  et  commençait  sa  vie  errante C’était  le  temps  où,  dit Montalembert,  les  Anglais  « s’abattaient  sur  l’Irlande  comme  des  essaims  d’abeilles  pour  aller goûter  l’hospitalité  intellectuelle  et  matérielle  des  monastères irlandais  ».  Willibrord  donc  passa  la  mer  et  vint  au  monastère  de  Rathmelsige,  où  la renommée  de  saint  Egbert  l’attirait.

Celui-ci  avait  conçu  « la  généreuse,  la  divine  pensée  d’envoyer au  secours  de  la  mère  patrie,  de  la  terre  de  Germanie  encore toute  livrée  à  Satan,  des  fils  de  sa  colonie  britannique  pour  lui montrer  le  chemin  de  la  vertu  et  de  la  vie  Lui-même,  le  premier,  il  eût  voulu  être  ce  guide.  Empêché  par la  volonté  de  Dieu qui  l’arrêta  dans  son  chemin,  il  allumait  du  moins  dans  ses  disciples  la  flamme  qui  le dévorait.  Sur  ses  exhortations,  Wigbert était  parti  pour  la  Germanie ; il  y  fit  peu  de  fruit  et,  découragé, revint  vers  son  maître.  Alors  Willibrord  se  présenta  ;  Egbert savait  sa  vertu,  il  avait  apprécié  la  patience,  la  douceur  qui, avec  la  foi  la  plus  vive,  remplissaient  son  âme.  11 lui  adjoignit douze  compagnons,  parmi  lesquels  on  nomme  Suidbert,  Adalbert,  Egmond,  Ewald,  et,  les  bénissant,  les  envoya  à  la  conquête  du  pays  d’où  étaient  venus  leurs  ancêtres.

Les  apôtres  partirent  en  690  et,  la  mer franchie,  remontèrent le  Rhin  et  débarquèrent  en  Frise.  A  cette  date,  le  pays  était en  partie  devenu  la  possession  de  Pépin  d’Héristal,  duc  d’Austrasie ;  le  reste  demeurait  au  pouvoir  du  roi  des  Frisons,  Radbod,  païen  entêté  et  d’autant  plus  hostile  au  christianisme qu’il  était  la  religion  de  ses  vainqueurs.  Willibrord  vit  tout  de suite  qu’il  n’aurait  près  de  lui  aucun  succès.  Il  vint  trouver Pépin,  et  celui-ci  le  reçut  comme  le  plus  précieux  auxiliaire  de sa  politique  de  pacification.  Il  lui  demanda  de  rester  avec  ses collaborateurs  parmi  ces  peuples  à  peine  soumis  et  d’y  semer à  pleines  mains  la  sainte  semence  de  la  foi.  Pout  l’y  aider,  il lui  promit  de  favoriser  de  tout  son  pouvoir  les  établissements qu’il  voudrait  fonder.

Avant  de  mettre  à  profit  ces  bonnes  dispositions,  Willibrord voulut  aller  offrir  au  pape  et  lui  faire  bénir  l’œuvre  qu’il  entreprenait  pour  le  bien  des  âmes  et  la  gloire  de  l’Église.  Saint  Sergius  Ier   occupait  alors  le  trône  pontifical.  Averti,  dit  l’histoire, par  le  ciel  même  de  l’arrivée  et  des  mérites  du  saint  apôtre, il  l’accueillit  avec  la  plus  grande  bienveillance,  l’encouragea, le  bénit  et  ne  le  laissa  repartir  que  comblé  de  faveurs,  armé  de tous  les  pouvoirs  et  enrichi  de  nombreuses  reliques.

De  retour  de  son  pèlerinage,  Willibrord  communiqua  à  ses compagnons  un  élan  nouveau,  et  leur  zèle  eut  bientôt  produit de  si  beaux  fruits,  qu’il  devint  nécessaire  de  donner  à  la  jeune Église  née  de  leurs  efforts  une  organisation  complète  : il  fallait élire  et  faire  consacrer  un  évêque.  Pourquoi  le  choix  des  missionnaires  se  porta-t-il,  non  sur  -Willibrord,  l’âme  de  la  sainte entreprise  cependant,  mais  sur  Suitbert.  Sans  doute  la  résistance  désespérée  de  l’humilité  de  celui-là,  l’âge  plus  avancé et  du  reste  l’éminente  sainteté  de  celui-ci  expliquent  ce  qu’au premier  regard  cette  élection  semble  avoir  de  surprenant.  Suitbert  retourna  en  Angleterre  et  se  fit  sacrer  par  Wilfrid, alors  fixé  parmi  les  Merciens.

Mais  il  ne  resta  pas  longtemps  l’évêque  des  Frisons ;  franchissant  bientôt  le  Rhin,  il  vint  évangéliser  les Boructuaires.  qui habitaient  le  pays  devenu  depuis  duché  de Berg  et  duché  de Mark.  Peut-être  Pcpin,  qui,  momentanément  retenu  loin  de  la Frise,  n’avait  pas  dû  être  consulté  pour  l’élection,  en  conçut-il du  mécontentement  ;  et  lorsqu’il  eut  rétabli  ses  affaires  dans ce  pays,  les  missionnaires,  et  Suitbert  le  premier,  crurent-ils devoir  ménager  le  prince,  dont  la  protection  était  si  nécessaire, par  un  éloignement  dont  au  reste  profiteraient  des  peuples encore  ignorants  de  la  foi.  Quoi  qu’il  en  soit,  Pépin  se  montra de  plus  en  plus  favorable  à  Willibrord.  Il  résolut  de  l’envoyer à  Rome,  pour  y  demander  au  pape  la  consécration  épiscopale.

Vainement  Willibrord  essaya  de  détourner  ses  épaules  du  fardeau ;  il  lui  fallut céder  devant  la  volonté  du  puissant  duc  et le désir unanime  des chrétiens.  Une seconde  fois  Sergius  le  reçut; le  21  novembre  695,  il  le  sacra  archevêque  de  Frise,  lui laissant  à lui-même  le  choix  de  la  ville  où  il  établirait  son  siège ; il  lui  imposa  le  nom  de  Clément,  à  cause  peut-être  de  la  douceur  de  son  caractère,  plus  probablement  parce  que  ce  grand pape  avait  été  dans  le  monde  païen  le  puissant  promoteur  de la foi ;  il  lui  concéda  le  pallium,  signe  très  particulier d’honneur, avec le  droit  de créer dans sa province  des  évêchés  et  des  monastères.

(La consécration épiscopale de Saint Willibrord)

Ainsi  fortifié,  Willibrord  revint  promptement  au  pays  qui  lui devait  la  vie  de la  foi.  Avec  plus  d’ardeur,  d’une  jeunesse  renouvelée  par  la  grâce,  il  reprit  ses  travaux.  Il  trouvait  toujours dans  le  duc  d’Austrasie  une  bienveillance  qui  facilitait  sa  tâche et  multipliait  les  bienfaits  :  Pépin  lui  donnait  le  domaine  de Viltaburg,  l’aidait  à  fonder  l’église  Saint-Sauveur  à  Utrecht, à  établir  un  monastère  de  femmes  à  Susteren  et,  avec  l’abbesse Horea  ou  Irmina,  —  la  fille  de  Dagobert  II,  —  l’abbaye d’Epteniacum,  —  aujourd’hui  Echternach,  dans  le  Luxembourg.

Mais  le  zèle  du  saint  archevêque  ne  s’épuisait  pas  à  se  dépenser  parmi  les  Frisons  réunis  à  l’Austrasie.  Vainqueur  de  Radbod,  Pépin  avait  exigé  de  lui  qu’il  ouvrît  ses  frontières  à  la  foi. Willibrord  profita  de  cette  autorisation  forcée  ; il  est  vrai  qu’il ne  put  rien  sur  l’âme  obstinée  et  farouche  du  roi,  mais  sa  parole ardente  et  bénie  atteignit  et  convertit  nombre  cle  Frisons.  Il poussa  plus  loin,  passa  chez  les  Danois.  Leur  roi  Ongen,  « plus cruel  qu’un  fauve  et  plus  dur  qu’une  pierre,  » le  reçut,  mais empêcha  ses  sujets  d’embrasser  la  religion  chrétienne.  Le  Saint put  seulement  acheter  trente  enfants,  qu’il  emmena,  qu’il baptisa,  qu’il  voulait  instruire  ensuite  pour  en  faire  les  apôtres de  leur  pays.  En  revenant,  il  fut  jeté  par  la  tempête  dans  l’île de  Fositeland,  aujourd’hui  T-lelgoland  ;  elle  était  consacrée  au dieu  Fosite  ;  les  Frisons,  à  qui  elle  appartenait,  considéraient comme  un  sacrilège  de  tuer  et  de  manger  les  animaux  qui l’habitaient  ou  de  puiser,  sinon  dans  un  respectueux  silence, l’eau  qui  jaillissait  là  d’une  fontaine.  Willibrord  méprisa  ces superstitieuses  défenses  ;  il  baptisa  dans  l’eau  de  la  fontaine, il  permit  à  ses  compagnons  de  se  nourrir  des  bêtes  sauvages.

Les  païens  furent  stupéfaits  de le  voir  survivre.à  ces  prétendues profanations  ;  néanmoins  ils  dénoncèrent  les  voyageurs  à  Radbod.  Celui-ci  entra  en  fureur;  il  ordonna  de  consulter  le  sort trois  jours  de  suite  et  de  faire  périr  celui  qui  serait  par  lui  désigné;  mais  Dieu  voulut  qu’il  ne  tombât  jamais  sur  le  Saint  ni sur  ses  compagnons,  hois  un  seul,  qui  par  là  gagna  la  palme du  martyre. Willibrord  allait  d’île  en  île ;  il  vint  ainsi  dans  celle  de  Walcheren,  où s’élevaient  de nombreuses idoles ; son zèle  s’enflamma, il  les  brisa.  Ce  que  voyant,  le  prêtre  païen,  qui  avait  soin  de l’une  d’elles,  saisit  un  glaive  et  le  déchargea  sur  la  tête  du  serviteur  de  Dieu.  Celui-ci  devait  périr ;  mais  par  la  protection divine  le  fer  ne  lui  fit  même  pas  une  meurtrissure.  Du  reste  le miracle  n’était  pas  rare  dans  cette  vie  toute  pénétrée,  tout animée  de  l’amour  divin.  Mais,.—  remarque  justement  Alcuin, le  biographe  de  Willibrord,  —  « à tous  les prodiges il faut  préférer  le  ministère  de  la  prédication  évangélique.  »  C’est  en  ce ministère  qu’excellait  le  saint  prélat.  Son  éloquence  chaude  et persuasive,  aidée  par  sa  haute  stature  et  la  beauté  de  ses  traits, son air de joie constante,  sa bonne grâce, son inaltérable  patience, son  activité  inlassable,  étaient  les  moyens  auxquels  la  grâce implorée  par  sa  pénitence  et  sa  prière  donnait  une  irrésistible puissance.

Cependant,  après  vingt-quatre  ans  de  dur mais  fécond  labeur, l’épreuve  vint,  terrible  et  bien  capable  de  décourager.  En  714, le  duc  Pépin  mourut  ;  enhardi  par  la  jeunesse  de  ses  fils,  Radbod  reprit  la  guerre,  chassa  les  Francs  de  toute  la  Frise,  brilla les  églises,  ravagea  les  biens  des  monastères.  Devant  sa  fureur, moines,  moniales,  prêtres  durent  céder,  et  l’évêque  lui-même. Dieu  lui  suscita  un  remplaçant  : saint  Boniface  arrivait  à  cette heure  en  Frise,  il  allait  audacieusement  trouver  Radbod,  et son  intrépidité  imposait  au  barbare,  qui  lui  permit  de  rester et  de  veiller  sur  les  ruines.

Et  puis  la  fortune  des  armes  se  retourna  :  Charles-Martel, le  glorieux  fils  du  duc  d’Austrasie,  infligea  à  Radbod,  en  718, une  défaite  que  la  mort  du  vieux  tyran  vint,  l’année  suivante, rendre  définitive.  Déjà  Willibrord  était  rentré  dans  sa  province;  il  y  avait  trouvé  Boniface  et  l’avait  embrassé  comme un  sauveur  et  désormais  un  frère.  Les  efforts  des  deux  Saints s’unirent  en  effet  pendant  trois  ans,  avec  une  telle  unanimité que  le  vieillard  souhaitait  ardemment  avoir  le  jeune  homme pour  évêque  auxiliaire  et  successeur.  Mais  Boniface  avait  reçu du  saint-père  une  autre  mission  ;  il  brûlait  de  l’accomplir. Willibrord  dut  céder ;  l’apôtre  de  la  Frise  laissa  partir  en  le bénissant  l’apôtre  de  la  Germanie. Il  ne  crut  pas  cependant  que  l’âge  le  dispensât  du  travail.

Plusieurs  années  encore  il  continua  d’évangéliser  avec  ses  compagnons  la  Zélande  et  les  lieux  qui  furent  depuis  les  Pays-Bas et  la  Hollande.  Enfin  il  dut  arrêter  ses  voyages  ;  il  choisit  un coadjuteur,  lui  abandonna  le  soin  de  son  église  et,  dans  la retraite,  se  prépara  à  son  passage  dans  l’éternité.  Sa  sainte mort  arriva  le  7  novembre  739,  quand  il  avait  81  ans.  Selon son  désir,  on  enterra  son  corps  au  monastère  d’Echternach,  où se  garde  encore  la  mémoire  bénie  de  ce  grand convertisseur de  peuples.

Publicités