Mgr de Ségur répond aux arguments contre la Religion (8)

Mgr De SégurObjection : La Religion, au lieu de tant parler de l’autre vie, devrait bien plutôt s’occuper de celle-ci, et y détruire la misère.

Réponse : La Religion parle beaucoup de l’autre vie parce que l’autre vie, étant éternelle, est d’une immense importance, et mérite bien plus encore que celle-ci que l’on s’occupe d’elle. C’est là en effet, que se décide à tout jamais la grande question du bonheur ou du malheur; sur la terre, nous ne faisons que préparer cette solution.

Mais si elle parle beaucoup de la vie éternelle, la Religion n’a garde de négliger la vie de ce monde. Tous les intérêts de l’homme lui sont présents, son âme, son corps, sa vie passagère, sa vie future et immuable ; elle n’oublie rien.

Si elle ne détruit pas entièrement la misère, c’est que la misère NE PEUT PAS être détruite; — et la misère ne peut être détruite parce que les causes qui la produisent ne peuvent être supprimées.

La première est l’inégalité des forces physiques, des santés, des talents, de l’intelligence, de l’activité entre les hommes. — Si, par suite d’un accident, ou simplement par le fait de la vieillesse, je viens à perdre la force nécessaire pour remplir mon état, ne tomberai-je pas dans la misère ? — Si, malgré mes efforts, je suis tellement inepte que je travaille moins bien que mes confrères, mes pratiques n’iront-elles pas s’adresser de préférence aux plus habiles ; et ne tomberai-je pas dans la misère? — Et cependant, qui peut garantir de la maladie, des accidents, de la vieillesse ? Qui peut donner de l’esprit à celui qui n’en a pas ? Qui peut rendre tous les hommes égaux en forces, en intelligence, en bonne volonté ?… Voici donc une cause de misère bien féconde et qu’il est impossible, même à la Religion, de détruire.

La seconde cause delà misère, non moins profonde que l’autre, ce sont les vices de notre pauvre nature, corrompue par le péché : la paresse, la débauche, l’ivrognerie, l’amour du plaisir, la vengeance, l’orgueil, etc.

Parmi les pauvres, combien sont malheureux par leur faute ! Plus de dix-neuf sur vingt. Ils accusent Dieu et ils ne devraient accuser qu’eux-mêmes. Les bons pauvres trouvent promptement du secours ; Dieu et les amis de Dieu ne les abandonnent jamais !

La pauvreté est, comme la maladie et la mort, la punition du péché. Il est impossible de la détruire ; car il est impossible de détruire le péché originel, qui est un fait accompli, et de rendre l’homme impeccable. — Mais ce qui est possible, et ce que la Religion fait admirablement, c’est de diminuer la misère, de la soulager, de l’adoucir, de la rendre supportable, enfin de la sanctifier.

La Religion vénère dans notre corps le temple de cette âme immortelle, qui est elle-même le temple vivant de Dieu. Elle s’ingénie à en guérir, à en prévenir même toutes les douleurs, par ces mille institutions charitables, ces hospices de tout genre, qui couvrent le monde chrétien.

Partout où sa voix est écoutée, le riche devient l’ami, le frère, souvent le serviteur du pauvre. Il verse avec joie son superflu dans le sein des malheureux. Le pauvre, à son tour, apprend à espérer. Il apprend, à l’école de Jésus-Christ, à supporter patiemment, et quelquefois il va jusqu’à aimer des souffrances qu’il sait destinées, dans les desseins adorables de son Père céleste, à éprouver sa fidélité, à le purifier de ses fautes, à le rendre plus semblable à son Sauveur pauvre et crucifié, à lui faire amasser d’ineffables trésors de bonheur dans l’éternelle Patrie!… Combien n’ai-je pas vu de bons pauvres remercier Dieu de leurs souffrances, se réjouir dans leurs privations ?

La religion fait donc ce qu’elle doit, en s’occupant de nous en cette vie, et en s’occupant davantage encore de la vie à venir.
Nul ne peut se plaindre d’elle. Que les riches deviennent bons chrétiens et dès lors charitables ; que les pauvres deviennent bons chrétiens et dès lors patients; là est tout le mystère.

Source : Réponses courtes et familières aux objections les plus répandues contre la religion – Mgr de Ségur – Chap. 8, ESR.

Publicités