Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 8

don-sarda-y-salvany

VIII

Ombre et pénombre, ou raison extrinsèque de cette même secte catholique libérale

Après avoir vu dans le précédent chapitre la raison intrinsèque ou formelle du libéralisme catholique, passons dans celui-ci à l’examen de ce que nous pourrions appeler sa raison d’être extrinsèque, historique, ou matérielle, si cette dernière qualification scolastique plaît davantage à nos lecteurs.

Les hérésies que nous étudions aujourd’hui, dans le vaste laps de temps mesuré par les siècles écoulés depuis Jésus-Christ jusqu’à nos jours, s’offrent à nous à première vue comme nettement et clairement circonscrites chacune dans sa période historique. C’est à ce point qu’une ligne géométrique qu’on dirait tracée au compas, semble indiquer le point où elles commencent et celui où elles s’achèvent, les séparant ainsi du champ lumineux sur lequel elles s’étendent comme des taches obscures.

Mais cette appréciation si on la considère avec attention se réduit à une illusion causée par la distance. Une étude plus approfondie nous mettant en contact intellectuel avec ces époques à l’aide de la lorgnette d’une saine critique, nous permet d’observer que jamais dans aucune période historique les limites qui séparent l’erreur de la vérité n’ont été aussi géométriquement définies. Non que la vérité en sa réalité propre ne soit pas très clairement formulée dans les définitions de l’Église, mais, parce que, dans son appréhension et sa profession extérieure, la génération que cela concerne apporte la manière plus ou moins franche de nier ou d’affirmer qui la caractérise.

L’erreur dans la société est semblable à une tache sur un précieux tissu. On la distingue nettement mais il est bien difficile d’en définir les limites. Elles sont indécises comme le crépuscule qui sépare le jour à son déclin de la nuit prochaine, ou comme l’aube qui relie les dernières ombres de la nuit au jour qui renaît. Ces limites précèdent l’erreur qui est une nuit sombre ; elles la suivent et l’enveloppent d’une vague pénombre, qui peut quelquefois être prise pour l’ombre elle-même éclairée par quelques reflets de lumière mourante, ou bien pour la lumière encore enveloppée et obscurcie par les premières ombres du soir.

Ainsi, toute erreur clairement formulée dans la société chrétienne est comme entourée d’une atmosphère de la même erreur, mais moins dense, plus raréfiée et plus tempérée. L’arianisme a eu son semi-arianisme, le pélagianisme a eu son semi-pélagianisme, le luthéranisme brutal son jansénisme qui ne fut autre chose qu’un luthéranisme modéré. De même à l’époque présente, le libéralisme radical a autour de lui son semi-libéralisme qui n’est autre chose que la secte catholique libérale que nous étudions ici.

Ce que le Syllabus’ appelle un rationalisme modéré, c’est le libéralisme sans la franche crudité de ses premiers principes mis à nu, et sans l’horreur de ses dernières conséquences ; c’est le libéralisme à l’usage de ceux qui ne consentent pas encore à cesser de paraître ou de se croire catholiques. Le libéralisme est le triste crépuscule de la vérité qui commence à s’obscurcir dans l’intelligence, ou de l’hérésie qui n’en a pas encore pris entièrement possession. Nous remarquons en effet que, d’ordinaire, sont catholiques libéraux les catholiques qui cessent peu à peu d’être de fermes catholiques, et les libéraux purs qui, en partie désabusés de leurs erreurs, n’ont pas encore pleinement pénétré dans le domaine de l’intégrale vérité. C’est en outre le moyen subtil et très ingénieux que le diable met toujours en œuvre pour retenir à son service un grand nombre de gens qui, sans cela, auraient détesté véritablement, s’ils l’avaient bien connue, son infernale machination.

Ce moyen satanique consiste à permettre à ceux dont nous parlons de tenir un pied sur le terrain de la vérité, à condition que l’autre sera complètement dans le camp opposé. C’est ainsi que ceux dont la conscience n’est pas encore endurcie évitent les salutaires horreurs du remords ; ainsi que les esprits pusillanimes et les vacillants, qui sont le plus grand nombre, évitent de se compromettre en se prononçant carrément ; ainsi que les habiles parviennent à figurer, quand il leur convient, pendant quelques instants, dans chaque camp, s’arrangeant pour se montrer en amis et affiliés dans chacun d’eux. C’est ainsi qu’enfin l’homme peut appliquer un palliatif officiel et reconnu à la majeure partie de ses misères, de ses faiblesses et de ses inconséquences.

Peut-être ce côté de la question que nous traitons n’a-t-il pas été suffisamment étudié dans l’histoire ancienne et dans l’histoire contemporaine. S’il en est le moins noble, il est par cela même le plus pratique, puisque malheureusement il faut d’ordinaire chercher dans ce qu’il y a de moins noble et de moins élevé le ressort secret de la plupart des phénomènes humains. Pour nous, il nous a paru à propos de donner ici cette indication, laissant à des esprits plus habiles et plus expérimentés le soin de la développer et de la compléter.

Publicités