Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 7

don-sarda-y-salvany

VII

En quoi consiste probablement l’essence ou la raison intrinsèque du catholicisme libéral

Si l’on considère l’intime essence du libéralisme dit catholique, ou, pour parler plus vulgairement, du catholicisme libéral, on voit que, selon toute probabilité, elle est due uniquement à une fausse interprétation de l’acte de foi. Les catholiques libéraux, si l’on en juge par leurs explications, font résider tout le motif de leur foi, non dans l’autorité de Dieu infiniment vrai et infaillible qui a daigné nous révéler le seul chemin qui peut nous conduire à la béatitude surnaturelle, mais dans la libre appréciation du jugement individuel, estimant telle croyance meilleure que toute autre. Ils ne veulent pas reconnaître le magistère de l’Église comme le seul qui soit autorisé par Dieu à proposer aux fidèles la doctrine révélée et à en déterminer le véritable sens. Bien au contraire, se faisant juges de la doctrine, ils en admettent ce qui leur paraît bon, et se réservent le droit de croire le contraire, toutes les fois que d’apparentes raisons leur sembleront démontrer comme faux aujourd’hui ce qui leur avait paru vrai hier.

Pour réfuter cette prétention, il suffit de connaître la doctrine fondamentale ‘’de fide’’, exposée sur cette matière par le saint concile du Vatican note: Vatican 1 (1870-1871)

Au demeurant, les catholiques libéraux s’intitulent catholiques, parce qu’ils croient fermement que le catholicisme est la véritable révélation du Fils de Dieu ; mais ils s’intitulent catholiques-libéraux ou catholiques-libres, parce qu’ils jugent que ce qu’ils croient ne peut être imposé à eux-mêmes et à personne pour aucun motif supérieur à celui de leur libre appréciation. De telle sorte que, à leur insu, le diable a malicieusement substitué en eux le principe naturaliste du libre examen au principe surnaturel de la foi ; d’où il résulte que, tout en se figurant avoir la foi des vérités chrétiennes, ils ne l’ont pas, et qu’ils en ont seulement une simple conviction humaine : ce qui est tout différent.

Il suit de là que, selon eux, leur intelligence étant libre de croire ou de ne pas croire, il en est de même de celle d’autrui. Ils ne voient pas dans l’incrédulité un vice, une infirmité ou un aveuglement volontaire de l’entendement et plus encore du cœur, mais un acte licite, émanant du for intérieur de chacun, aussi maître en ce cas de croire que de nier. Leur horreur de toute pression extérieure physique ou morale, qui prévienne ou châtie l’hérésie, découle de cette doctrine, et produit chez eux la haine de toute législation franchement catholique. De là aussi, le respect profond avec lequel ils veulent qu’on traite toujours les convictions d’autrui, même les plus opposées à la vérité révélée, car, pour eux, les plus erronées sont aussi sacrées que les plus vraies, puisque toutes naissent d’un même principe également sacré : la liberté intellectuelle. C’est ainsi que l’on érige en dogme ce qui s’appelle tolérance, et que l’on édicte à l’usage de la polémique catholique un nouveau code de lois, que ne connurent jamais aux temps passés les grands polémistes du catholicisme.

Le premier concept de la foi étant essentiellement naturaliste, il s’ensuit que tout son développement successif dans l’individu et dans la société, doit l’être également. D’où il résulte que l’appréciation première et souvent exclusive que les catholiques-libéraux font de l’Église, porte sur les avantages de culture intellectuelle et de civilisation qu’elle procure aux peuples. Ils oublient et ne citent pour ainsi dire jamais sa fin première et surnaturelle qui est la glorification de Dieu et le salut des âmes. Plusieurs des apologies catholiques écrites à notre époque sont entachées de faiblesse par le fait de cette fausse conception. C’est à ce point que si, par malheur, le catholicisme avait été cause de quelque retard dans le progrès matériel des peuples, il ne serait plus, en bonne logique aux yeux de ces hommes, ni une religion vraie, ni une religion louable.

Et remarquez que cette hypothèse venant à se réaliser, et elle le peut – puisque la fidélité à cette même religion a certainement causé la ruine matérielle de familles et d’individus – la religion n’en resterait pas moins excellente et divine.

Ce critère est celui qui dirige la plume de la majeure partie des journalistes libéraux ; s’ils se lamentent sur la démolition d’un temple, ils ne signalent au lecteur que la profanation de l’art. S’ils plaident en faveur des ordres religieux, ils ne font valoir que les services rendus aux lettres par eux ; s’ils exaltent la sœur de charité, ce n’est qu’en considération des services humanitaires par lesquels elle adoucit les horreurs de la guerre ; s’ils admirent le culte, ce n’est qu’au point de vue de son éclat extérieur et de sa poésie ; si dans la littérature catholique, ils respectent les saintes Écritures, c’est uniquement à cause de leur majesté sublime.

De cette façon de louer les choses catholiques seulement pour leur grandeur, leur beauté, leur utilité, leur excellence matérielle, il découle en bonne logique que l’erreur a droit aux mêmes louanges quand elle a droit aux mêmes titres, comme l’ont eu en apparence, à certains moments, quelques religions fausses.

La piété elle-même n’a pu échapper à la pernicieuse action de ce principe naturaliste ; il la convertit en véritable piétisme, c’est-à-dire en une falsification de la véritable piété, comme nous le voyons chez tant de personnes qui ne recherchent dans les pratiques pieuses que l’émotion dont elles peuvent être la source, ce qui est un pur sensualisme de l’âme et rien de plus. Aussi constatons-nous aujourd’hui que, en beaucoup d’âmes, l’ascétisme chrétien, qui est la purification du cœur par la répression des appétits, est entièrement affaibli, et que le mysticisme chrétien, qui n’est ni l’émotion, ni la consolation intérieure, ni aucune autre de ces friandises humaines, mais l’union avec Dieu par l’assujettissement à sa volonté sainte et par l’amour surnaturel, est inconnu.

Pour ces raisons, le catholicisme d’un grand nombre de personnes en notre temps est un catholicisme libéral, ou, plus exactement, un catholicisme faux. Ce n’est pas le catholicisme, mais un simple naturalisme, un rationalisme pur ; c’est en un mot, si une telle expression nous est permise, le paganisme avec le langage et les formes catholiques.

Publicités