Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 6

don-sarda-y-salvany

VI

Du libéralisme catholique ou catholicisme libéral

De toutes les inconséquences et antinomies qui se rencontrent dans les degrés moyens du libéralisme, la plus repoussante et la plus odieuse est celle qui ne prétend à rien moins qu’à unir le libéralisme avec le catholicisme, pour former ce qui est connu dans l’histoire des insanités modernes sous le nom de libéralisme catholique ou catholicisme libéral. Et toutefois d’illustres esprits et de grands cœurs, aux bonnes intentions desquels on ne peut s’empêcher de croire, ont payé leur tribut à cette absurdité ! Elle a eu son époque de mode et de prestige ; mais, grâce au ciel, cette mode passe ou est déjà passée. Cette funeste erreur naquit d’un désir exagéré de concilier et de faire vivre en paix des doctrines forcément inconciliables et ennemies du fait même de leur propre essence.

Le libéralisme est l’affirmation dogmatique de l’indépendance absolue de la raison individuelle et sociale. Le catholicisme est le dogme de la sujétion absolue de la raison individuelle à la loi de Dieu. Comment concilier le oui et le non de deux doctrines si opposées ?

Aux fondateurs du libéralisme catholique la chose parut facile. Ils admirent une raison individuelle sujette à la loi évangélique et ils inventèrent une raison publique ou sociale, coexistante avec elle et libre de toute entrave. Ils dirent «L’État en tant qu’État ne doit pas avoir de religion, ou du moins il ne doit en avoir que dans une mesure qui ne dérange point ceux qui n’en ont pas. Ainsi, le simple citoyen doit se soumettre à la révélation de Jésus-Christ, mais l’homme public peut à ce titre se comporter comme si la révélation n’existait pas pour lui». C’est ainsi qu’ils en vinrent à composer la célèbre formule : l’Eglise libre dans l’Etat libre. Formule à la propagation et à la défense de laquelle, en France, plusieurs catholiques célèbres et parmi eux un illustre évêque s’obligèrent par serment. note: Allusion à la fameuse réunion présidée par Mgr Félix Dupanloup au château de la Roche-en-Breny, en Bourgogne, chez Montalembert qui plaça ensuite lui-même dans sa chapelle privée l’inscription suivante : «Dans cet oratoire, Félix, évêque d’Orléans, a distribué le pain de la parole et le pain de la vie chrétienne à un petit troupeau d’amis qui, depuis longtemps accoutumés à combattre ensemble pour l’Église libre dans la patrie libre, ont renouvelé le pacte de vouer de même le reste de leur vie à Dieu et à la liberté.» 12 octobre 1862.

Cette formule aurait dû être suspecte, depuis que Cavour en avait fait la devise de la révolution Italienne contre le pouvoir temporel du Saint-Siège, et cependant aucun de ses auteurs ne l’a formellement rétractée, à notre connaissance, malgré l’évident discrédit dans lequel elle était promptement tombée.

Ces illustres sophistes ne virent pas que, si la raison individuelle a l’obligation de se soumettre à la volonté de Dieu, la raison publique et sociale ne peut s’y soustraire, sans tomber dans un dualisme extravagant, en vertu duquel l’homme serait soumis à la loi de deux critères contraires et de deux consciences opposées. De sorte que la distinction de l’homme privé et de l’homme public, le premier obligé à être chrétien, et le second autorisé à être athée, tomba immédiatement tout entière sous les coups écrasants de la logique intégralement catholique. Le Syllabus, dont nous parlerons bientôt, acheva de la confondre sans rémission. Il existe toutefois encore aujourd’hui quelques disciples attardés de cette brillante mais funeste école, qui n’osent plus soutenir publiquement la théorie catholique libérale dont ils furent en d’autres temps les enthousiastes panégyristes ; mais ils la suivent cependant en pratique sans se rendre clairement compte peut-être que c’est là un filet de pêche tellement connu et usé que le diable a donné l’ordre de le mettre au rebut.

Publicités