Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 43

don-sarda-y-salvany

XLIII

Observation très pratique et très digne d’être prise en considération sur le caractère en apparence différent que présente le libéralisme en différents pays et dans les différentes périodes historiques d’un même pays.

Ainsi que nous l’avons dit, le libéralisme est autant une hérésie pratique qu’une hérésie doctrinale, et ce principal caractère explique un grand nombre des phénomènes que présente cette maudite erreur dans son développement actuel au milieu de la société moderne. De ces phénomènes, le premier est l’apparente variété avec laquelle il se présente dans chacune des nations qu’il a infestées, ce qui (pour beaucoup de personnes de bonne foi et pour d’autres mal intentionnées) autorise à répandre la fausse idée qu’il existe, non un seul, mais plusieurs libéralismes. En effet le libéralisme, grâce à son caractère pratique, prend une certaine forme distincte dans chaque région, et quoique son concept intrinsèque et essentiel (qui est l’émancipation sociale de la loi chrétienne ou le naturalisme politique) soit un, les aspects sous lesquels il s’offre à l’étude de l’observateur sont très variés. La raison de ce fait se comprend d’ailleurs parfaitement.

Une proposition hérétique est la même et donne la même note à Madrid qu’à Londres, à Rome qu’à Paris ou à Saint-Pétersbourg. Mais une doctrine, qui a toujours tendu à se produire plus par des faits et des institutions que par des thèses franchement formulées, doit nécessairement emprunter beaucoup au climat régional, au tempérament physiologique, aux antécédents historiques, à l’état des idées, aux intérêts actuels d’une nation et à mille autres circonstances.

Nécessairement, nous le répétons, le libéralisme doit emprunter de tout cela des aspects et des caractères extérieurs qui le font apparaître multiple, quand, en réalité, il est un et absolument simple.

Ainsi par exemple, celui qui n’aurait étudié que le libéralisme français, virulent, éhonté, ivre de haines voltairiennes contre tout ce qui a la moindre saveur de christianisme, aurait difficilement compris, au début de ce siècle, le libéralisme espagnol, hypocrite, semi-mystique, bercé et quasi baptisé, dans son déplorable berceau de Cadix, avec l’invocation de la très Sainte-Trinité, Père, Fils, et Saint-Esprit. Un observateur superficiel aurait donc pu très facilement avoir tout de suite l’idée que le libéralisme tempéré des Espagnols n’avait rien de commun avec le libéralisme excessif, et franchement satanique, professé à la même époque par nos voisins Les Français. Et cependant des yeux perspicaces voyaient dès lors ce que l’expérience d’un demi-siècle a rendu visible même pour les aveugles, à savoir : que le libéralisme qui marche cierge en main et croix au front, le libéralisme qui dans la première époque constitutionnelle eut pour pères et pour parrains d’intègres magistrats, des prêtres importants et même haut placés parmi les dignitaires ecclésiastiques, le libéralisme qui ordonnait la lecture des articles de sa constitution dans la chaire de nos paroisses, célébrait avec de joyeux carillons et le chant du Te Deum les infernales victoires du maçonnisme sur la foi de la vieille Espagne, était aussi pervers et aussi diabolique dans son concept essentiel que celui qui plaçait sur les autels de Paris la déesse Raison et ordonnait par décret officiel l’abolition du culte catholique dans toute la France. C’était simplement que le libéralisme se présentait en France à visage découvert, comme il pouvait s’y présenter étant donné l’état social de la nation française, tandis qu’il s’introduisait sournoisement en Espagne et y prospérait, étant donné notre état social, comme uniquement il pouvait y prospérer, c’est-à-dire affublé du masque catholique, justifié ou plus exactement conduit par la main et presque autorisé du sceau officiel pour beaucoup de catholiques.

Ce contraste ne peut plus se présenter aujourd’hui sous un aspect aussi tranché ; les déceptions ont été si nombreuses et si fortes qu’elles ont jeté sur l’étude de cette question d’éclatantes lumières, dont le premier rang appartient aux déclarations répétées de l’Église. Toutefois, il n’est pas rare d’entendre encore parler en ce sens beaucoup de gens qui croient, ou font semblant de croire, qu’on peut être en certaine façon libéral chez nous, tandis qu’on ne peut l’être, par exemple, ni en France, ni en Italie, parce que le problème s’y trouve posé en termes différents. C’est là l’infirmité de tous ceux qui sont plus frappés par les accidents d’un sujet que par son fond substantiel.

Il importait de tirer tout ceci au clair, et nous nous sommes efforcés de le faire dans ces articles parce que le diable se retranche et se barricade merveilleusement derrière ces distinctions et ces confusions. De plus ceci nous oblige à signaler ici quelques points de vue d’où l’on voit nettement ce qui quelquefois apparaît, sur ce sujet, trouble et douteux à bien des gens.

1° – Le libéralisme est un, comme la race humaine, ce qui ne l’empêche pas de se diversifier chez les différentes nations et dans les différents climats, tout comme la race humaine produit des types divers dans les diverses régions géographiques. Ainsi, comme descendent d’Adam le nègre, le blanc, le jaune, le fougueux Français, le flegmatique Allemand, l’Anglais positif, l’Italien et l’Espagnol rêveurs et idéalistes qui ont une tige et une racine communes, ainsi sont d’un même tronc et d’un même bois, le libéral qui sur quelques points rugit et blasphème comme un démon et celui qui ailleurs prie en se frappant la poitrine comme un anachorète, celui qui écrit dans l’Ami du peuple les diatribes vénéneuses de Marat, celui qui sécularise la société avec des formes urbaines et du meilleur monde, ou défend et soutient ses sécularisateurs comme La Epoca ou el Imparcial.

2° – Outre la forme spéciale, que le libéralisme présente dans chaque nation, étant donnée l’idiosyncratie [26] de cette même nation, il revêt des formes spéciales en rapport avec son plus ou moins grand degré de développement dans chaque pays. C’est comme une phtisie maligne qui a différentes périodes dans chacune desquelles elle se montre avec des symptômes propres et spéciaux. Telle nation, comme la France, par exemple, se trouve au dernier degré de phtisie, envahie jusque dans les plus intimes viscères par la putréfaction ; telle autre, comme l’Espagne, conserve encore dans un état sain une grande partie de son organisme.

Il convient donc de ne pas considérer un individu comme tout à fait bien portant, par cela seul qu’il est relativement moins malade que son voisin ; ni de manquer d’appeler peste et infection ce qui l’est réellement, quoique le mal ne se montre pas encore avec les signes putrides de la décomposition et de la gangrène. C’est absolument la même phtisie, et la même gangrène surviendra, si le mal n’est pas extirpé par des remèdes sagement appliqués. Que le pauvre phtisique ne se fasse pas l’illusion de croire qu’il est sain par cela seul qu’il ne se corrompt pas tout vivant comme d’autres plus avancés que lui ; et qu’il ne s’en rapporte pas à de faux docteurs qui lui assurent que son mal n’est pas à craindre, que ce sont là des exagérations et des alarmes de pessimistes intransigeants !

3° – Chaque degré du mal exige un traitement et une médication à part. Ceci est évident, per se, et il n’est pas nécessaire que nous perdions notre temps à le démontrer. Cependant, l’oubli de cette vérité donne lieu à beaucoup de faux pas dans la propagande catholique. Il arrive souvent que des règles très sages et très prudentes, données dans un pays par de grands écrivains catholiques contre le libéralisme, sont invoqués en d’autres pays comme de puissants arguments en faveur du libéralisme, et contre la marche conseillée par les propagandistes et les défenseurs les plus autorisés de la bonne cause.

Récemment nous avons vu citer comme condamnant la ligne de conduite des plus fermes catholiques espagnols un passage du fameux cardinal Manning, lumière de l’Église catholique en Angleterre et qui ne songe à rien moins qu’à être libéral ou ami des libéraux anglais ou espagnols.

Qu’y a-t-il là ?

Il y a seulement ce que nous venons de signaler.

Distingue tempora, dit un apophtegme juridique, et concorda bis jura[27] . Au lieu de cela qu’on dise : Distingue loca et qu’on l’applique à notre cas. Donnons un exemple. La prescription médicale ordonnée pour un phtisique à la troisième période serait nuisible peut-être à un phtisique à la première, si elle lui était appliquée, et la prescription ordonnée à celui-ci occasionnerait peut-être instantanément la mort de celui-là. De même les remèdes prescrits très à propos contre le libéralisme dans une nation pourront, appliqués dans une autre, produire un effet diamétralement opposé.

Pour être plus explicite encore, et sans recourir à aucune allégorie, nous dirons : il y a des solutions qui seront acceptées et bénies en Angleterre par les catholiques comme un immense bienfait, tandis que les mêmes solutions devront être combattues à outrance et considérées comme une désastreuse calamité en Espagne ; de même le Saint-Siège a fait des conventions avec certains gouvernements qui ont été pour lui de véritables victoires et qui pourraient être chez nous de honteuses déroutes pour la foi. Par conséquent, des paroles au moyen desquelles un sage prélat ou un grand journaliste ont avantageusement combattu le libéralisme sur un point peuvent sur un autre point devenir des armes terribles, à l’aide desquelles ce même libéralisme paralysera les efforts des plus vaillants champions du catholicisme.

Et maintenant nous ferons une observation qui saute aux yeux de tout le monde.

Les plus hardis fauteurs du catholicisme libéral dans notre patrie ont presque toujours jusqu’en ces derniers temps recueilli principalement leurs arguments et leurs autorités de la presse et de l’épiscopat belge et français.

4° – Les antécédents historiques de chaque nation et son état social présent sont ce qui doit d’abord déterminer le caractère de la propagande anti-libérale chez elle, comme ils y déterminent le caractère spécial du libéralisme. Ainsi, la propagande anti-libérale en Espagne doit être, avant tout, et surtout espagnole, non française, ni belge, ni allemande, ni italienne, ni anglaise. C’est dans nos propres traditions, dans nos propres mœurs, dans nos propres écrivains, dans notre caractère national propre, qu’il faut chercher le point de départ pour notre restauration propre et les armes pour l’entreprendre ou pour l’accélérer. Le premier soin du bon médecin est de mettre ses prescriptions en harmonie avec le tempérament héréditaire de son malade.

Ici où nous avons toujours été belliqueux, il est très naturel que notre attitude ait toujours quelque chose de belliqueux. Ici où nous sommes nourris dans les souvenirs d’une lutte populaire de sept siècles pour la défense de la foi, on n’a jamais le droit de jeter à la face de notre peuple catholique, comme un péché monstrueux, d’avoir quelquefois pris les armes pour défendre la religion outragée. Ici, en Espagne, pays d’éternelle croisade, comme l’a dit avec un accent d’envie l’illustre P. Faber, l’épée de celui qui défend Dieu en juste et loyal combat et la plume qui le prêche dans un livre ont toujours été sœurs, jamais ennemies. Ici depuis saint Herménégilde [28] jusqu’à la guerre de l’indépendance et plus loin encore, la défense armée de la foi catholique est un fait déclaré saint ou peu s’en faut. Nous dirons la même chose du style quelque peu acerbe, employé dans les polémiques, la même chose du peu d’égards accordés à l’adversaire, la même chose de la sainte intransigeance qui n’admet aucune affinité avec l’erreur, même la plus éloignée.

A la façon espagnole, comme nos pères et nos aïeux, comme nos saints et nos martyrs, c’est ainsi que nous désirons que notre peuple continue à défendre la sainte religion et non comme peut-être le conseille ou l’exige la constitution moins virile des autres nations.

Publicités