Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 42

don-sarda-y-salvany

XLII

Où l’on donne en passant l’explication simple et claire d’une devise de la Revista Popular que beaucoup ont mal comprise.

« Comme vous laissez donc (dira quelqu’un) en mauvais état la devise si dogmatique pour plusieurs, qui a tant de fois retenti à nos oreilles ! Rien, pas même une pensée pour la politique, tout, jusqu’au dernier soupir, pour la Religion ».

Cette devise a sa raison d’être, mes amis, elle caractérise parfaitement, sans préjudice pour les grandes doctrines jusqu’ici exposées, la Revue de propagande populaire qui l’inscrit chaque semaine en tête de ses colonnes.

Son explication est facile et jaillit du caractère même de la propagande populaire, et du sens purement populaire qu’y reçoivent certaines expressions. Nous allons le démontrer rapidement.

Politique et religion, dans leur sens le plus élevé, dans leur sens métaphysique, ne sont pas des idées distinctes ; la première, au contraire, est contenue dans la seconde, comme la partie est contenue dans le tout, ou comme la branche est comprise dans l’arbre, pour nous servir d’une comparaison plus vulgaire.

La politique ou l’art de gouverner les peuples n’est autre chose, dans sa partie morale (la seule dont il soit question ici), que l’application des grands principes de la religion à la direction de la société, par les moyens nécessaires à sa véritable fin.

Considérée à ce point de vue, la politique est la religion ou fait partie de la religion, tout comme l’art de régir un monastère, la loi qui préside à la vie conjugale ou les devoirs mutuels des pères et des enfants. Par suite il serait absurde de dire : « Je ne veux rien pour la politique, parce que je veux tout pour la religion », attendu justement que la politique est une partie très importante de la religion, puisqu’elle est ou doit être simplement une application sur grande échelle des principes et des règles que la religion promulgue pour les choses humaines, qui sont toutes contenues dans son immense sphère. Mais, le peuple n’est pas métaphysicien, et dans les écrits de propagande populaire, on ne peut donner aux mots l’acception rigoureuse qu’ils reçoivent dans les écoles.

Si le propagandiste parlait en métaphysicien il ne serait pas compris dans les cercles et les petits comités où se recrute son public spécial. Il faut donc absolument qu’il donne à certaines paroles qu’il emploie le sens que leur prête le simple populaire dont il veut être compris. Or, le peuple, qu’entend-il par politique ? Il entend tel ou tel roi, tel ou tel président de la république dont il voit l’effigie sur les pièces de monnaie et le papier timbré, le ministère de telle ou telle couleur qui vient de tomber ou qui monte au pouvoir, les députés qui, divisés en majorité et minorité, se prennent aux cheveux pour faire triompher le parti qu’ils soutiennent ; le gouverneur civil et l’alcalde qui intriguent dans les élections, les contributions qu’il faut payer, les soldats et les employés qu’il faut faire vivre, etc, etc. [25]Voilà, pour le peuple ce qu’est la politique, toute la politique, et il n’existe pas pour lui de sphère plus haute et plus transcendantale.

Par conséquent, dire au peuple : « Nous ne te parlerons pas de politique », c’est lui dire que, par le journal qu’on lui offre il ne saura jamais s’il y a une république ou une monarchie, si tel ou tel prince de souche vulgaire ou de dynastie royale porte le sceptre ou une couronne plus ou moins démocratisée, si les ordres qu’il reçoit, les impôts qu’il paye et les châtiments qu’il subit lui viennent par tel ou tel, d’un ministère avancé ou d’un ministère conservateur, si Perez a été nommé alcalde à la place de Fernandez, si c’est le voisin d’en face au lieu de celui du coin qui a obtenu un bureau de tabac. C’est ainsi que le peuple sait que ce journal ne lui parlera pas de politique (qui pour lui n’est pas autre chose que ce que nous venons de dire), mais seulement de religion. A notre humble avis c’est donc à juste titre que la Revue en question prit pour son programme dès le principe et conserve encore cette devise : Rien, pas même une pensée, pour la politique, etc, etc. Ainsi l’ont entendu dès le premier moment tous ceux qui ont compris l’esprit de cette revue, et pour l’entendre de la sorte ils n’eurent aucun besoin d’arguties et de subtilités. Du reste cette publication elle-même, si notre mémoire ne nous trompe, se chargea dans son premier article de déclarer sa pensée. Après avoir expliqué, comme nous venons de le faire, le sens de cette devise elle ajoutait : « Rien avec les divisions passagères qui troublent aujourd’hui les enfants de notre patrie. Qu’un roi ou le premier venu gouverne, qu’on intronise si on veut la république unitaire ou fédérale nous promettons sur l’honneur de n’y point faire opposition, pourvu que l’on respecte nos droits catholiques et qu’on ne froisse pas nos croyances. Remarquez le bien, l’immuable, l’éternel, ce qui est supérieur aux misérables petites intrigues de parti, c’est là ce que nous défendons, c’est à cela que nous avons consacré toute notre existence ». Et peu après, pour plus de clarté et pour mettre à la portée même des plus bornés le véritable sens de la phrase : Rien pour la politique, l’auteur de l’article continuait ainsi : « Dieu nous préserve cependant de faire la moindre critique des bons journaux qui, en défendant la même sainte cause que nous, aspirent à réaliser un idéal politique plus favorable peut-être aux intérêts du catholicisme si persécuté en Europe et dans notre patrie. Dieu sait combien nous les aimons, combien nous les admirons, combien nous les applaudissons ! Ils méritent bien de la religion et des bonnes mœurs, ce sont les maîtres de notre jeunesse inexpérimentée ; à leur ombre bienfaisante s’est formée une génération décidément catholique et brillamment guerrière, qui compense nos afflictions par d’abondantes consolations. Ils sont nos modèles, et, quoique de loin, nous suivrons leurs traces bénies et les rayons de lumière qu’ils projettent sur notre histoire contemporaine ». Ainsi s’exprimait la Revista Popular, du 1er janvier 1881. Que les scrupuleux se tranquillisent donc, nos paroles d’aujourd’hui ne contredisent pas nos paroles d’alors et ces dernières n’ont à subir aucune modification pour être d’accord avec les nôtres : les deux propagandes vibrent à l’unisson. Celle qui dit Rien pour la politique et celle qui conseille la défense de la religion contre le libéralisme sur le terrain politique, sont deux sœurs tellement sœurs, qu’on pourrait les appeler jumelles, si jumelles qu’elles sont nées d’une seule âme et d’un seul cœur.

Publicités