Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 36

don-sarda-y-salvany

XXXVI

S’il est bon quelquefois que catholiques et libéraux s’unissent pour une fin commune, et dans quelle condition ?

Une autre question a souvent été agitée de nos jours. Elle se rapporte à l’union des catholiques et des libéraux moins avancés, dans le but commun de contenir la révolution radicale et déchaînée. Songe doré ou candide illusion chez quelques-uns ; chez d’autres, au contraire, piège perfide au moyen duquel ils ont prétendu paralyser nos forces et nous désunir, ce qu’ils ont en grande partie réalisé.

Que devons-nous penser de ces tentatives unionistes, nous qui voulons avant tout autre intérêt celui de notre sainte religion ?

En thèse générale nous devons penser que de pareilles unions ne sont ni bonnes ni recommandables. Cela se déduit tout naturellement des principes posés jusqu’ici. Le libéralisme, si modéré et si patelin qu’il se présente dans la forme, est par son essence en opposition directe et radicale avec le catholicisme. Les libéraux sont donc ennemis nés des catholiques, et ce n’est qu’accidentellement que les uns et les autres peuvent avoir des intérêts véritablement communs.

De ceci cependant il peut se présenter quelques cas très rares. Ainsi, l’union des forces intégralement catholiques avec celles du groupe le plus modéré du libéralisme contre la fraction la plus avancée des libéraux peut être utile en un cas donné. Quand cette union est réellement opportune il faut l’établir sur les bases suivantes :

1°- Ne jamais prendre pour point de départ la neutralité ou la conciliation entre principes et intérêts essentiellement opposés, comme le sont les principes et les intérêts des catholiques et des libéraux. Cette neutralité ou conciliation est condamnée par le Syllabus et par conséquent elle est une base fausse ; cette union est une trahison, c’est l’abandon du camp catholique par une partie de ceux qui sont tenus de le défendre. Qu’on ne dise donc pas : « Faisons abstraction des différences de doctrine et d’appréciations ». Cette lâche abdication des principes ne doit jamais avoir lieu. Il faut dire tout d’abord « malgré la radicale et essentielle opposition de principes et d’appréciations, etc. »

C’est ainsi qu’il importe de parler et d’agir, pour éviter la confusion des idées, le scandale des simples et le triomphe de l’ennemi.

2° – Bien moins encore faut-il accorder au groupe libéral l’honneur de nous enrôler sous sa bannière. Que chacun garde sa propre devise, ou vienne se ranger sous la nôtre quiconque veut lutter avec nous contre un ennemi commun. En d’autres termes : qu’ils s’unissent à nous, mais ne nous unissons jamais à eux. Habitués qu’ils sont à leur enseigne bigarrée il ne leur sera pas si difficile d’accepter nos couleurs ; pour nous qui voulons tout pur et sans mélange, cette confusion de drapeaux serait intolérable.

3° – Ne jamais croire qu’on a établi ainsi les bases d’une action constante et normale, elles ne peuvent l’être qu’en vue d’une action fortuite et passagère. Une action constante et normale ne s’établit qu’avec des éléments homogènes s’engrenant entre eux comme des rouages parfaitement combinés. Pour que des personnes de convictions radicalement opposées s’entendissent longtemps, des actes continuels d’héroïque vertu seraient nécessaires de part et d’autre. Or, l’héroïsme n’est pas chose ordinaire et d’un usage journalier. C’est donc exposer une œuvre à un lamentable insuccès, que de l’édifier sur la base d’opinions contraires, quel que soit d’ailleurs leur accord sur un point accidentel. Pour un acte transitoire de défense commune ou de commune attaque, un essai pareil de coalition de forces est très permis, il peut être louable et d’une grande utilité, pourvu toutefois qu’on n’oublie pas les autres conditions ou règles que nous avons déjà posées : elles sont d’une imprescriptible nécessité. En dehors de ces conditions, non seulement nous croyons que leur union avec les libéraux pour une entreprise quelconque n’est pas favorable aux catholiques, mais encore nous estimons qu’elle est véritablement préjudiciable. Au lieu d’augmenter les forces, comme il arrive quand on réunit des quantités homogènes, elle paralysera et annulera la vigueur de celles-là même qui auraient pu, isolées, faire quelque chose pour la défense de la vérité. Sans doute, un proverbe dit : « Malheur à qui va seul ». Mais il en est un autre démontré aussi vrai par l’expérience et nullement en contradiction avec lui, le voici : « Mieux vaut solitude que mauvaise compagnie ». Saint Thomas dit, croyons-nous, nous ne nous souvenons plus en quel endroit : Bona est unio, sed potior est unitas : « Bonne est l’union, meilleure est l’unité ». S’il faut sacrifier la véritable unité comme arrhes d’une union fictive et forcée, rien n’est gagné au change, et à notre humble avis beaucoup est perdu.

A l’appui de ces considérations, que l’on serait tenté de considérer comme de pures divagations théoriques, l’expérience ne montre que trop le résultat ordinaire de ces essais d’union. Leur résultat est toujours de rendre plus acerbes les luttes et les rancunes. Il n’y a pas un seul exemple de coalition de ce genre ayant servi à édifier et à consolider.

Publicités