Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 34

don-sarda-y-salvany

XXXIV

Signe très apparent auquel on reconnaîtra facilement ce qui procède de l’esprit vraiment catholique, et ce qui procède de l’esprit entaché de libéralisme ou radicalement libéral

Passons à autre chose maintenant, à propos du mot obscurité qui termine notre chapitre précédent. L’obscurité est le grand auxiliaire de l’iniquité. Qui male agit odit lucem, a dit le Seigneur[17] .

De là le soin continuel que prend l’hérésie de s’entourer de nuages. Il n’est pas bien difficile de découvrir l’ennemi qui se présente visière levée, ni de reconnaître pour libéraux ceux qui commencent par déclarer franchement qu’ils le sont. Mais cette franchise n’est pas ordinaire à la secte, aussi faut-il deviner l’ennemi sous son déguisement, et celui-ci est la plupart du temps excessivement habile et cauteleux. Ajoutons que le plus souvent l’œil qui doit le reconnaître n’est pas un œil de lynx ; il est donc indispensable de posséder un critère facile, simple, populaire pour discerner à chaque instant l’œuvre catholique de ce qui est l’infernal appeau [18] du libéralisme.

Il arrive souvent qu’on annonce un projet, ou une entreprise, qu’on fonde une institution, et que le fidèle catholique ne parvient pas à discerner promptement s’il doit s’y associer ou s’y opposer de toutes ses forces. Ceci arrive surtout lorsque l’enfer pousse l’artifice jusqu’à se parer d’une ou de quelques-unes des couleurs les plus attrayantes de notre drapeau et en certaines occasions jusqu’à se servir de notre langage habituel. En pareil cas combien, hélas ! font le jeu de Satan, persuadés bonnement qu’ils s’emploient à une œuvre catholique Mais, dira-t-on, « chacun peut consulter l’Église dont la parole infaillible dissipe toute incertitude ». Très bien, mais l’autorité de l’Église ne saurait être consultée à tout moment et pour chaque cas particulier. L’Église a pour habitude d’établir sagement les principes généraux et les règles générales de conduite, abandonnant au jugement et à la prudence de chaque fidèle leur application aux mille et un cas concrets de chaque jour. Or, les cas de cette nature se présentant tous les jours, il faut les résoudre instantanément et comme en causant. Le journal qui paraît, l’association qui s’établit, la fête publique à laquelle on est convié, la souscription pour laquelle on demande de l’argent, tout cela peut être de Dieu ou du diable et ce qu’il y a de pire, cela peut être du diable en se présentant, comme nous l’avons dit, avec toute la gravité mystique et toute la tenue des choses de Dieu. Comment donc se diriger en de tels labyrinthes ?

Voici deux petites règles, d’un caractère très pratique, qui nous paraissent devoir servir à tout chrétien pour poser le pied avec assurance sur un terrain si glissant :

1°- observer soigneusement quelle classe de personnes lance l’affaire, telle est la première règle de prudence et de sens commun. Elle est fondée sur cette maxime du Sauveur : Un mauvais arbre ne peut donner de bons fruits[19] . Il est évident que les libéraux sont naturellement portés à produire des écrits, des œuvres et des travaux libéraux, misérablement informés de l’esprit libéral, ou qui du moins en sont entachés. Il faut donc examiner quels sont les antécédents de la personne ou des personnes qui organisent ou initient l’œuvre en question. S’ils sont tels que vous ne puissiez avoir une confiance entière dans leurs doctrines, tenez-vous en garde contre toutes leurs entreprises. Ne les réprouvez pas immédiatement, car c’est un axiome de théologie que toutes les œuvres des infidèles ne sont pas péché, et cet axiome peut s’appliquer aux œuvres des libéraux. Mais, gardez-vous de les tenir immédiatement pour bonnes, méfiez-vous en, soumettez-les à un long examen, attendez leurs résultats.

2° – examiner le genre de personnes qui louent l’œuvre en question. Cette règle est encore plus sûre que la précédente. Il y a dans le monde actuel, au su de tous, deux courants parfaitement distincts : le courant catholique et le courant maçonnique ou libéral. Le premier est produit, ou plutôt réfléchi par la presse catholique, le second est réfléchi et matériellement produit chaque jour par les journaux révolutionnaires. Le premier s’inspire de Rome et le second des loges maçonniques. Annonce-t-on un livre ? Publie-t-on les bases d’un projet ? Voyez si le courant libéral les approuve, les recommande et les prend à son compte. Si oui, le livre et le projet sont jugés : ils lui appartiennent. Car il est évident que le libéralisme, ou le diable son inspirateur, distinguent sur-le-champ ce qui leur est dommageable ou leur est utile, et qu’ils ne sont pas si sots que d’aider à ce qui leur est opposé ou de s’opposer à ce qui favorise leurs desseins. Les partis et les sectes ont un instinct, une intuition particulière (olfactus mentis), selon l’expression d’un philosophe, qui leur révèle a priori ce qui leur est bon et ce qui leur est hostile. Défiez-vous donc de tout ce que les libéraux louent et vantent. Il est évident qu’ils ont reconnu que par sa nature ou par son origine, par les moyens qu’ils mettent en œuvre ou par sa fin, l’objet ainsi loué est favorable au libéralisme. L’instinct clairvoyant de la secte ne peut pas s’y tromper. Il est plus facile à un journal catholique de se laisser prendre à louer et à recommander une chose qui ne le mérite guère en elle-même, qu’à un journal libéral de faire l’éloge et de recommander comme sienne quelques-unes des œuvres qui sont encore sujettes à discussion. A vrai dire, nous nous fions plus à l’odorat de nos ennemis qu’à celui de nos propres frères. Certains scrupules de charité et l’habitude de bien penser du prochain, aveuglent quelquefois les bons jusqu’au point de leur laisser croire pour le moins à de bonnes intentions là où elles ne sont malheureusement pas. Il n’en est pas ainsi des méchants : ils tirent tout de suite à boulets rouges contre ce qui vient à l’encontre de leur manière de penser ; infatigables, ils battent la grosse caisse de la réclame en faveur de ce qui, par un côté ou par un autre, prête la main à leur néfaste propagande. Méfiez-vous donc de tout ce que vos ennemis prônent.

Nous avons recueilli dans un journal, les modestes vers suivants : ils pourraient être meilleurs mais non plus vrais.

Il s’agit du libéralisme :

Dit-il que oui ? C’est imposture.Dit-il que non ? C’est vérité.Ce qu’il appelle iniquitéTu le tiendras pour vertu pure !Tel que de son ire il poursuit,Sois-en sûr est un honnête homme ;Mais avec soin évite, en somme,Quiconque est adulé par lui.Si cela tu fais à proposBien tu le sauras mot pour mot.

Il nous semble que ces deux règles de sens commun, que nous pourrions appeler plus exactement de bon sens chrétien, suffisent sinon pour nous faire juger définitivement toute question, du moins pour nous empêcher de trébucher trop facilement contre les aspérités du terrain scabreux sur lequel nous marchons et luttons aujourd’hui. Le catholique de ce siècle ne doit jamais perdre de vue que le sol qu’il foule est miné de toutes parts par les sociétés secrètes, que ce sont elles qui donnent la note aux polémiques anticatholiques, elles que servent inconsciemment et très souvent encore ceux-là même qui détestent le plus leur travail infernal. La lutte actuelle est principalement souterraine et contre un ennemi invisible, qui se présente rarement avec sa véritable devise. Il faut donc plutôt le flairer que le voir, le deviner avec l’instinct que le montrer du doigt. Un bon flair et du sens pratique sont plus nécessaires ici que des raisonnements subtils et de laborieuses théories. Ces jumelles que nous recommandons à nos amis ne nous ont jamais induits en erreur.

Publicités