Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 32

don-sarda-y-salvany

XXXII

Causes permanentes du libéralisme dans la société actuelle

Outre ces pentes par lesquelles on va au libéralisme, il y a ce que nous pourrions appeler ses causes permanentes dans la société actuelle et c’est dans ces causes que nous devons chercher les raisons pour lesquelles son extirpation offre tant de difficultés.

En premier lieu, les causes permanentes du libéralisme sont celles-là même que nous avons signalées comme pentes et déclivités qui nous y amènent. La philosophie nous apprend que communément « les choses se conservent et s’augmentent par les mêmes causes qui les ont produites. Per quae res gignitur per eamdem et servatur et augetur ». Nous pouvons toutefois, en dehors de ces causes, en signaler quelques autres d’un caractère spécial :

1° – la corruption des mœurs. La franc-maçonnerie l’a décrétée et son programme infernal s’accomplit à la lettre ; spectacles, livres, tableaux, mœurs publiques et privées, on s’efforce de tout saturer d’obscénité et d’impureté. Le résultat est infaillible : d’une génération corrompue sortira nécessairement une génération révolutionnaire. Ainsi s’explique le soin avec lequel le libéralisme lâche la bride à tous les excès d’immoralité. Il sait bien à quoi lui sert la corruption ; c’est son apôtre et son propagandiste naturel.

2° – le journalisme. L’influence exercée sans relâche par les si nombreuses publications périodiques que le libéralisme répand de toute part est incalculable. Si invraisemblable que cela paraisse, elles obligent aujourd’hui, bon gré, mal gré, le citoyen à vivre dans une atmosphère libérale. Le commerce, les arts, la littérature, la science, la politique, les nouvelles nationales et étrangères, tout arrive en quelque façon par le canal du libéralisme et tout, par conséquent, revêt une teinte libérale. De telle sorte que, sans y prendre garde on pense, on parle et on agit en libéral. Telle est la malsaine influence de l’air empoisonné que l’on respire ! Le pauvre peuple, à cause de sa bonne foi naturelle l’absorbe plus facilement que personne, il l’absorbe en vers, en prose, en gravure, sous forme sérieuse ou plaisante, sur la place publique, dans l’atelier, la campagne, partout. L’enseignement libéral s’est emparé de lui, et ne l’abandonne pas un instant. Son action est rendue encore plus pernicieuse par la condition particulière du disciple, comme nous allons le dire.

3° – l’ignorance presque générale en matière de religion. En environnant de toutes parts le peuple de maîtres trompeurs, le libéralisme s’est très habilement appliqué à rompre toutes ses communications avec celui qui seul pouvait lui découvrir l’imposture, c’est-à-dire avec l’Église. Il y a cent ans [16] que tous les efforts du libéralisme tendent à paralyser l’Église, à la rendre muette, à ne lui laisser tout au plus qu’un caractère officiel, à lui interdire tout contact avec le peuple. Tel a été, les libéraux eux-mêmes l’ont avoué, le but qu’on s’est proposé dans la destruction des couvents et des monastères, dans les entraves mises à l’enseignement catholique, dans l’acharnement avec lequel on travaille à ridiculiser le clergé et à lui ôter son prestige. L’Église se voit ceinte de liens artificieusement disposés de façon à lui rendre impossible toute opposition à la marche envahissante du libéralisme. Les concordats, tels qu’ils s’observent aujourd’hui chez presque tous les peuples, sont autant de carcans qui lui serrent la gorge et paralysent ses mouvements. Entre le peuple et le clergé, on a creusé et on creuse encore tous les jours davantage un abîme de haines, de préjugés et de calomnies. C’est au point qu’une partie de notre nation, chrétienne par le baptême, ne connaît pas plus sa religion que celle de Mahomet ou de Confucius. On s’efforce en outre de lui éviter toute relation obligatoire avec la paroisse, par l’institution du registre civil du mariage civil, de la sépulture civile ; le but évident de ces mesures est de l’amener à la rupture de tout lien entre l’Église et lui. C’est un programme séparatiste complet. Dans son unité de principe, de moyens et de fin, il est facile de reconnaître la main de Satan.

Il y aurait encore d’autres causes à noter. Mais les limites de cet ouvrage ne le permettent pas, et toutes, d’ailleurs, ne pourraient se dire ici.

Publicités