Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 26

don-sarda-y-salvany

XXVI

Continuation de la belle et écrasante citation de la Civiltà Cattolica

Le fameux article de la Civiltà Cattolica et notre très opportune citation continuent en ces termes:

« Si les libéraux nous demandent la véritable charité qui leur convienne, la seule que nous puissions et devions leur accorder comme rédacteurs de la Civiltà Cattolica, nous sommes si loin de vouloir la leur refuser, que nous croyons même la leur avoir abondamment prodiguée jusqu’à cette heure, sinon dans la mesure de leur indigence, du moins dans celle de nos ressources.

« Les libéraux commettent un intolérable abus de parole en disant que nous n’usons pas de charité envers eux. La charité, une dans son principe, est multiple et variée dans ses œuvres. Bien souvent, le père qui frappe rudement son enfant, use envers lui d’autant de charité que celui qui le couvre de baisers. Il se peut même le plus souvent que la charité du père qui baise son fils, soit inférieure à celle du père qui le châtie. Nous frappons les libéraux, ce n’est pas niable, et nous les frappons très souvent (de simples paroles, cela va sans dire), mais qui pourra conclure de ce fait que nous ne les aimons point, que nous n’avons pour eux aucune charité ? Ce reproche s’adresserait plus justement à ceux qui, malgré les prescriptions de la charité, interprètent mal les intentions du prochain. En ce qui nous concerne, tout ce que les libéraux pourront dire, c’est que notre charité envers eux n’est pas la charité qu’ils désirent, mais ce n’en est pas moins de la charité, et même une grande charité. Par ailleurs ce sont eux qui nous demandent la charité ; c’est nous qui la leur donnons gratis, ils feraient donc très sagement de se rappeler ce vieux proverbe : « A cheval donné, ne regarde pas si la bride est dorée ».

« La charité qu’ils voudraient de nous, ce serait de les louer, de les admirer, de les appuyer, ou tout au moins de les laisser agir à leur guise. Nous, au contraire, nous ne voulons leur faire que la charité de les interpeller, de les reprendre, de les exciter par mille moyens à sortir de leur mauvaise voie. Quand ils disent un mensonge, sèment une calomnie ou pillent les biens d’autrui, les libéraux voudraient nous voir cacher ces petits péchés véniels et bien d’autres avec, sous le manteau de la charité. Nous autre, au contraire, nous les apostrophons en face de voleurs, d’imposteurs, de calomniateurs, exerçant ainsi envers eux la plus exquise de toutes les charités, celle qui consiste à ne point flatter et à ne point tromper les personnes auxquelles on veut du bien. Quand il leur échappe quelque distraction grammaticale, orthographique, syntaxique, ou simplement logique, ils nous prient de fermer les yeux sur elles ; ils pleurent, ils geignent et, si nous les en avertissons en public, ils se plaignent de notre manque de charité. Nous au contraire, nous accomplissons à leur intention une bonne œuvre, en les obligeant à palper de leurs propres mains une chose qu’ils ne devraient pas ignorer, à savoir : que non seulement ils ne sont pas des maîtres, comme ils se le figurent, mais encore qu’ils sont à peine de médiocres écoliers. Par ce moyen nous contribuons, dans la mesure de nos forces, à la culture des beaux-arts en Italie, et à l’exercice de l’humilité chrétienne dans le cœur des libéraux qui en ont, comme on sait, le plus grand besoin.

« Messieurs les libéraux voudraient surtout être toujours pris très au sérieux, estimés, révérés, courtisés et traités comme des personnages importants. Ils se résigneraient bien à ce qu’on les réfute, mais à condition que ce soit chapeau bas, échine courbée, la tête humblement et respectueusement inclinée. De là viennent leurs plaintes, lorsque parfois on les chansonne, c’est-à-dire quand on se moque d’eux. D’eux ! les pères de la patrie, les vrais Italiens, l’Italie même ! comme ils ont coutume de s’appeler en abrégé ! A qui la faute, si ces prétentions sont tellement ridicules qu’elles feraient rire aux éclats Héraclite lui-même ?

« Eh bien ! franchement, faut-il pour leur plaire que nous passions notre vie à étouffer la plus naturelle envie de rire ? Nous laisser rire, quand il nous est impossible de faire autrement, est aussi une œuvre de miséricorde, que les libéraux devraient nous octroyer de plein gré, d’autant qu’il ne leur en coûte rien. Le premier venu comprendra sans peine que faire rire honnêtement aux dépens du vice et de l’homme vicieux est une chose fort bonne en soi, du moins si l’on en croit le dicton Castigat ridendo mores[7] ou encore Ridendo dicere verum, quid vetat[8] ? De même faire rire quelquefois nos lecteurs aux dépens des libéraux, est, envers les dits lecteurs, une véritable œuvre de miséricorde et de charité. Ils ne peuvent pas être toujours sérieux et avoir l’esprit tendu en lisant leur journal. Enfin tout bien compté, les libéraux eux-mêmes gagnent beaucoup à être pour les autres un objet de risée : de cette manière le public finit par savoir que tous leurs actes ne sont pas aussi horribles et aussi épouvantables qu’ils peuvent le paraître, attendu que le rire n’est ordinairement provoqué que par les difformités inoffensives.

« Ne nous sauront-ils jamais gré de l’air innocent sous lequel nous nous efforçons de présenter quelques-unes de leurs friponneries ? Comment ne s’aperçoivent-ils pas qu’aucun moyen de les en corriger ne vaudrait ce rire et ce joyeux badinage ? Grâce à leur concours tous ceux auxquels nous présentons les susdites sottises ou fourberies, sous leur véritable jour, s’empressent de les saluer par leur nom propre. Comment ne comprennent-ils pas qu’ils n’ont en ce cas aucun droit à nous reprocher de manquer envers eux, si peu que ce soit, aux préceptes de la charité ?

« S’ils avaient lu la vie de leur grand Victor Alfieri[9] , écrite par lui-même, ils sauraient que, pendant son enfance, sa mère désireuse de le bien élever, avait coutume, lorsqu’elle le prenait en faute, de l’envoyer à la messe avec son bonnet de nuit. Ce châtiment, qui se bornait à le rendre quelque peu ridicule, l’affligea tellement une fois, que pendant trois mois il se conduisit de la façon la plus irréprochable.

« Après cette correction, dit-il, au premier symptôme de caprice, à la première sottise, ma mère me menaçait de l’abhorré bonnet de nuit, et immédiatement je rentrais en tremblant dans la ligne du devoir. Plus tard, étant tombé un jour dans une petite faute, pour l’excuser, je dis à ma mère un énorme mensonge, et je fus de nouveau condamné à porter en public le bonnet de nuit. L’heure arriva ; ma tête fut coiffée dudit bonnet, je pleurai, je criai en vain. Mon précepteur me prit par le bras, un domestique me poussa par derrière, et il me fallut sortir. » Il eut beau crier, pleurer, implorer la charité de sa mère : sa mère qui, voulait son bien, resta inexorable. Quel en fut le résultat ? « Il fut-continue Alfieri, que pendant bien longtemps je n’osais faire le moindre mensonge, et qui sait, si ce n’est pas à ce bienheureux bonnet de nuit que je dois d’être devenu un des hommes les plus ennemis de ce vice ? » Dans ces dernières paroles perce le pharisien, qui se croit toujours meilleur que les autres hommes. Mais nous, qui devons supposer que tous les libéraux tiennent en haute estime les nobles sentiments de leur grand Alfieri, pourquoi n’espérerions-nous pas les corriger du vice honteux de dire des mensonges, ou du moins les empêcher d’en imprimer en les envoyant avec le bonnet de nuit malgré leurs cris, leurs trépignements et leurs appels à la charité… non à la messe, ce qui est impossible, mais faire un tour à travers l’Italie. Et cela, non chaque fois qu’il leur échappe un mensonge, ce serait trop fréquent, mais au moins, lorsqu’ils en impriment un millier d’un seul coup ?

Que les libéraux cessent donc de se plaindre de notre manque de charité ! Qu’ils disent plutôt, s’ils y tiennent, que la charité dont nous les gratifions, ne trouve pas auprès d’eux un bon accueil. Nous le savions déjà, mais ceci prouverait simplement que, vu leur goût dépravé, ils ont besoin d’être traités avec la sage charité dont usent les chirurgiens envers leurs malades, et les médecins d’aliénés envers leurs clients, ou bien encore de celle des bonnes mères envers leurs enfants menteurs.

« Mais quand même il serait vrai que nous ne traitons pas les libéraux avec charité et qu’ils n’ont sous ce rapport à nous savoir gré de rien, ils n’auraient, pour cela, aucun droit de se plaindre de nous.

« On ne peut pas faire la charité à tout le monde ! Nos ressources sont très bornées ; nous faisons la charité selon nos moyens, préférant, comme c’est notre devoir, l’exercer envers ceux à qui la loi de charité bien ordonnée nous commande d’accorder la préférence.

« Nous disons, nous (qu’on le comprenne bien), que nous faisons aux libéraux toute la charité qui nous est possible et nous croyons l’avoir démontré. Mais, en fut-il autrement, nous le répétons avec insistance, les libéraux n’auraient pas à nous fatiguer de leurs plaintes.

« Voici une comparaison qui s’applique exactement à notre cas. Un assassin saisit un pauvre innocent, et va lui enfoncer le poignard dont il est armé dans la gorge. Par hasard passe un quidam qui tient à la main un solide bâton ; il en administre sur la tête de l’assassin un rude coup, l’étourdit, le garrotte, le livre à la justice, arrache ainsi, grâce à sa bonne étoile, un homme innocent à la mort et délivre la société d’un malfaiteur.

« Ce troisième individu a-t-il en rien failli à la charité ? Oui, affirmera l’assassin, qui se ressent encore du coup reçu. Il dira peut-être que contrairement à ce qui s’appelle norma inculpatae tutelae[10] le coup a dépassé, par sa violence, les règles d’une légitime défense, que, moins fort, il aurait bien suffi. Mais, à l’exception de l’assassin, tout le monde louera le passant, et dira qu’il a fait non seulement un acte de courage mais aussi de charité. Non point en faveur de l’assassin, bien entendu, mais de sa victime. Si pour sauver celle-ci, le passant a ouvert le crâne de celui-là, sans prendre le temps de mesurer scrupuleusement la force du coup, ce n’a pas été certainement par défaut de charité ; le cas était si pressant qu’il était impossible d’user de charité envers l’un sans donner à l’autre une bonne volée. Avait-il le temps de s’arrêter à des subtilités sur le plus ou le moins d’inculpatae tutelae ?

« Appliquons la parabole. On publie, par exemple, une brochure calomniatrice, outrageante, scandaleuse, contre l’Église, contre le Pape, contre le clergé, contre une chose bonne, n’importe laquelle. Beaucoup se persuadent que cette brochure contient la pure vérité, attendu que son auteur, quel qu’il soit du reste, est un écrivain ‘’célèbre, distingué, honorable’’. S’il se lève alors quelqu’un pour défendre les calomniés et soustraire les lecteurs naïfs à l’erreur, distribuant quelques volées de bois vert à l’auteur éhonté : aura-t-il, pour ce fait, manqué à la charité ?

« Et maintenant les libéraux ne pourront pas le nier, ils jouent bien plus souvent le rôle de brigand, que celui de victime. Rien de merveilleux dès lors à ce qu’ils attrapent quelques horions, et rien d’étrange à ce qu’ils se plaignent qu’on manque de charité à leur égard. Toutefois qu’ils tâchent d’être moins bruyants, moins bravaches et moins matamores, qu’ils s’accoutument à respecter l’honneur et les biens d’autrui, qu’ils ne répandent pas autant de mensonges, qu’ils ne vomissent pas autant de calomnies et qu’ils réfléchissent un peu avant de donner leur avis sur certains sujets. Qu’ils fassent plus de cas des lois de la logique et de la grammaire, surtout qu’ils soient honnêtes comme le leur conseillait dernièrement le baron Ricasoli, sans grand espoir de succès, en dépit de son autorité et de ses exemples. Alors, ils pourront se plaindre avec quelque raison si on ne les traite pas avec le respect, dont, comme de celui de la liberté, ils prétendent avoir le monopole.

« Mais, puisqu’ils agissent aussi mal qu’ils écrivent, puisqu’ils plongent sans cesse leur poignard dans la gorge de la vérité et de l’innocence, assassins de l’une et de l’autre par leurs doctrines et par leurs livres, qu’ils prennent leur mal en patience. Il nous est impossible, en effet, de leur prodiguer dans nos journaux d’autre charité que celle un peu dure, qui nous paraît être, malgré leur avis, la plus propre à les servir et à profiter à la cause des gens de bien ».

Publicités