Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 24

don-sarda-y-salvany

XXIV

Réponse à une objection, grave à première vue, contre la doctrine des deux chapitres précédents

Une très grave difficulté, à première vue, peut être opposée par nos adversaires à la doctrine établie dans les deux chapitres précédents. Il nous parait bon avant d’aller plus loin de débarrasser notre chemin des scrupules ou autres obstacles de ce genre qui en rendraient difficile le parcours.

Le Pape, dit-on, et c’est certain, a recommandé plusieurs fois aux journalistes catholiques la douceur, la modération, le respect de la charité dans les formes de la polémique. Il veut qu’on évite les manières agressives, les épithètes dénigrantes et les personnalisations injurieuses. Or, ajoutera-t-on, la doctrine que vous venez d’exposer est diamétralement contraire aux recommandations pontificales.

Avec l’aide de Dieu, nous allons démontrer qu’il n’y a pas de contradiction entre nos indications et les sages conseils du Pape. Il nous sera même fort heureusement très aisé d’en donner la preuve évidente.

A qui s’est adressé notre saint Père le Pape dans ses exhortations répétées ?

Toujours à la presse catholique, toujours aux journalistes catholiques, et en les supposant dignes de ce nom. Par conséquent, il est de la dernière évidence que le saint Père en donnant ces conseils de modération et de douceur s’adressait à des catholiques traitant, avec d’autres catholiques, des questions libres, et non à des catholiques soutenant contre des anti-catholiques déclarés le rude combat de la foi.

Il est hors de doute que le saint Père n’a point fait allusion aux incessantes batailles entre catholiques et libéraux, car par cela même que le catholicisme est la vérité et le libéralisme l’hérésie, les combats livrés entre leurs représentants doivent être appelés en bonne logique batailles entre catholiques et hérétiques.

Il est bien certain que le Pape a voulu que ses conseils n’eussent d’applications que dans nos querelles de famille, malheureusement trop fréquentes, et qu’il n’a pas prétendu nous faire lutter contre les éternels ennemis de l’Église et de la foi, avec des armes épointées, émoussées, suffisantes tout au plus dans les joutes et les tournois.

En conséquence, aucune contradiction n’existe entre la doctrine que nous avons exposée et celle contenue dans les brefs et allocutions de Sa Sainteté, attendu qu’en bonne logique l’opposition doit être ‘ejusdem, de eodem et secundum idem[4] , ce qui n’a pas lieu ici. Et comment pourrait-on interpréter exactement la parole du Pape d’une autre manière ? C’est une règle de saine exégèse qu’un passage des saintes Lettres doit se prendre au sens littéral, toutes les fois que le sens n’est pas en opposition avec le contexte ; on ne recourt au sens libre ou figuré, que lorsque cette opposition se présente. Entre cette règle et celle que l’on doit suivre dans l’interprétation des documents pontificaux, il existe une grande analogie.

Peut-on supposer le Pape en contradiction avec toute la tradition catholique depuis Jésus-Christ jusqu’à nos jours ?

Est-il admissible que le style et les procédés des plus célèbres apologistes et controversistes de l’Église, depuis saint Paul jusqu’à saint François de Sales soient condamnés d’un trait de plume ?

Il est évident que non ; car, s’il fallait entendre les conseils de calme et de modération donnés par le Pape dans le sens que leur prête pour le besoin de sa cause le critère libéral, il serait non moins évident que oui. Par suite, la seule conclusion admissible, c’est que les conseils du Pape, que tout bon catholique doit considérer comme des ordres, ne s’adressent pas aux polémiques entre catholiques et ennemis du catholicisme, tels que les libéraux, mais aux polémiques entre bons catholiques en désaccord. Non, de par le sens commun lui-même, il ne peut en être autrement. Jamais dans aucun combat le capitaine n’a défendu à ses soldats de blesser trop gravement leurs adversaires ; jamais il ne leur a recommandé d’user envers eux de douceur et de leur prodiguer des égards et des attentions.

La guerre est la guerre, et jamais elle ne se fit autrement qu’en causant du dommage. Celui-là passerait pour traître, qui au milieu de la mêlée parcourrait les rangs des combattants en criant : «Prenez garde de déplaire à l’ennemi ! Attention ! ne le frappez pas au cœur ! »

Que dire de plus ? Le Pape Pie IX nous a donné lui-même l’explication authentique de ses saintes paroles et nous a fait voir de quelle manière ses conseils de modération et de douceur doivent s’appliquer. Dans une circonstance mémorable, il appelle démons les sectaires de la Commune et pires que ces démons les sectaires du catholicisme libéral[5]. Cette phrase tombée des lèvres si pleines de mansuétude du Pape, fit le tour du monde et resta gravée sur le front du libéralisme comme un stigmate d’éternelle exécration. Qui donc craindra maintenant de pousser trop loin la dureté des qualificatifs ?

Les paroles de l’Encyclique Cum multa dont l’impiété libérale a tant abusé contre les plus fermes catholiques, sont les paroles mêmes par lesquelles notre saint Père le Pape Léon XIII engage les catholiques qui écrivent, à éviter le ton de la violence dans la défense des droits sacrés de l’Église et à recourir de préférence aux armes plus dignes de la modération, de telle sorte que le poids des raisons plutôt que l’âpreté et la violence du style, donnent la victoire à l’écrivain. Il est manifeste que le saint Père n’entend parler ici que des polémiques entre catholiques et catholiques sur les meilleurs moyens de servir leur cause commune, et nullement de soumettre à cette règle les polémiques des catholiques avec les ennemis déclarés du catholicisme, tels que le sont les sectaires formels et conscients du libéralisme.

La preuve en saute aux yeux de quiconque jette un regard sur le texte du passage cité de cette admirable encyclique.

Le pape la termine en exhortant à la plus grande union les associations et les individus catholiques, et après avoir fait valoir les avantages de cette union si désirable il signale comme le plus efficace moyen de la conserver, la modération de langage dont nous venons de parler.

Voici d’ailleurs, déduit de ce qui précède, un argument sans réplique.

Le pape recommande la douceur dans le langage aux écrivains catholiques, afin qu’elle les aide à conserver la paix et l’union mutuelles. Cette paix et cette mutuelle union, le Pape ne peut, évidemment, la vouloir qu’entre catholiques et catholiques, et non entre catholiques et ennemis du catholicisme. Donc, la modération et la douceur, que le Pape recommande aux écrivains catholiques, se rapportent uniquement aux polémiques des catholiques avec les catholiques et nullement à celles des catholiques avec les sectaires de l’erreur libérale.

Plus clairement :

Le Pape demande cette modération et ce calme comme moyen de parvenir à l’union comme fin. Ce moyen, par conséquent, doit recevoir son caractère propre de la fin même à laquelle il est ordonné. Or, cette fin est purement l’union. Entre qui ? Entre catholiques et ennemis du catholicisme? Ce serait absurde (quia absurdum). Elle ne peut avoir sa raison d’être qu’entre catholiques et catholiques, elle ne regarde que ces derniers, ne peut pas s’entendre d’une autre sphère ni s’y appliquer.

Publicités