Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 16

don-sarda-y-salvany

XVI

La bonne foi peut-elle, aujourd’hui, se rencontrer dans l’erreur du libéralisme ?

J’ai parlé plus haut des libéraux de bonne foi, et je me suis permis d’exprimer un doute sur la question de savoir si oui ou non il existe in rerum natura quelque type de cette rarissime famille. J’incline à croire qu’il y en a fort peu, car de nos jours l’erreur de bonne foi dans le libéralisme, qui seule pourrait parfois l’excuser, est à peu près impossible. Je ne nierai cependant pas absolument que tel ou tel cas exceptionnel peut se produire, mais je maintiens que ce serait en vérité un cas phénoménal.

Dans toutes les périodes historiques où une hérésie a dominé, on a vu très fréquemment un ou plusieurs individus, entraînés malgré eux par le torrent envahisseur, devenir participants de l’hérésie, sans autre cause explicative d’une telle participation à l’erreur qu’une souveraine ignorance.

Il faut convenir cependant que, si jamais une erreur a été dépourvue de toute apparence qui l’excuse, c’est bien celle du libéralisme. La majeure partie des hérésies, dont le sein de l’Église a été déchiré, ont essayé de se travestir sous des dehors de piété affectée, capables de dissimuler leur criminelle origine. Les Jansénistes, plus habiles qu’aucun de leurs devanciers, parvinrent à se faire un grand nombre d’adeptes, auxquels peu s’en fallut que le vulgaire aveugle ne décernât les honneurs dus seulement à la sainteté. Leur morale était rigide, leurs dogmes redoutables, tout l’extérieur de leur personne ascétique et en quelque sorte illuminé. Ajoutons que la majorité des anciennes hérésies portèrent sur des points très subtils du dogme, qu’un habile théologien pouvait seul discerner, et sur lesquels la multitude ignorante était incapable par elle-même de porter d’autre jugement que celui qu’elle recevait de confiance de ceux qu’elle reconnaissait pour ses maîtres. Par une conséquence toute naturelle, lorsque le supérieur hiérarchique d’un diocèse ou d’une province tombait dans l’erreur, la plus grande partie de ses subordonnés, pleins de confiance en leur pasteur, y tombait avec lui. Cela était d’autant plus aisé que la difficulté des communications avec Rome, à cette époque, privait la voix infaillible du Pasteur universel d’un accès facile auprès du troupeau. La diffusion de beaucoup d’anciennes hérésies, que nous nous permettrons d’appeler purement théologiques, n’eut pas d’autre cause. C’est ce qui explique le cri d’angoisse poussé au quatrième siècle par saint Jérôme, lorsqu’il disait : Ingemuit universus orbis se esse arianum. « Le monde entier gémit de se trouver arien. » C’est aussi ce qui explique comment, au milieu des plus grands schismes et des plus grandes hérésies, comme le schisme russe et l’hérésie anglaise, il est possible que Dieu possède beaucoup d’âmes, dans lesquelles la racine de la vraie foi n’est pas morte, quoique, dans sa profession extérieure, cette foi apparaisse difforme et viciée. Ces âmes, unies au corps mystique de l’Église par le baptême, à son âme par la grâce intérieure sanctifiante, pourront parvenir avec nous à la jouissance du royaume éternel.

Peut-il en être ainsi avec le libéralisme ?

Il s’est présenté d’abord sous le masque de pures formes politiques ; mais, dès le début, ce masque fut tellement transparent, que bien aveugle fut celui qui ne devina pas toute la perversité du misérable ainsi travesti.

Le libéralisme ne sut pas conserver les voiles d’hypocrisie et de piétisme dont quelques-uns de ses panégyristes le couvrirent à ses débuts. Promptement il les déchira et proclama par des lueurs sinistres son origine infernale. Il mit à sac les églises et les couvents, il assassina les religieux et les prêtres, il lâcha la bride à toute impiété et déchargea sa haine de damné jusque sur les images les plus vénérées. Il accueillit immédiatement toute la lie sociale sous sa bannière, partout la corruption calculée fut son précurseur et son introducteur.

Les dogmes nouveaux qu’il prêchait et voulait substituer aux anciens n’avaient rien d’abstrait ni de métaphysique, c’était des faits brutaux qu’il suffisait d’avoir des yeux pour voir et du simple bon sens pour abhorrer.

Un important phénomène, qui prête beaucoup aux sérieuses méditations, se produisit alors.

Le peuple simple, illettré, mais honnête, fut le plus réfractaire à la nouvelle doctrine. Les grands talents, corrompus par le philosophisme, furent les premiers séduits, tandis que le bon sens naturel des peuples fit immédiatement justice des hardis réformateurs. Ici comme toujours il est démontré que la pureté du cœur est plus clairvoyante que la perspicacité de l’intelligence. Si ce que nous venons de dire s’applique justement au libéralisme à son aurore, que ne pourrait-on pas dire de lui, aujourd’hui que tant de lumière a été faite sur son odieux développement ?

Jamais aucune erreur n’a été frappée par de plus sévères condamnations, portées à la fois par l’expérience, l’histoire et l’Église. Ceux qui refusent de croire celle-ci en bons catholiques devront, s’ils ne sont pas dépourvus d’honnêteté naturelle, se rendre au témoignage des deux autres.

En plus de cent ans de règne sur l’Europe, le libéralisme a donné tous ses fruits ; la génération présente recueille les derniers, qui sont bien amers et troublent sa tranquille digestion. La leçon du divin Sauveur nous recommandant de juger l’arbre par ses fruits a rarement trouvé une application plus opportune.

D’autre part, ne vit-on pas clairement dès son principe quelle était l’opinion de l’Église sur la nouvelle réforme sociale ? Parmi ses ministres, quelques-uns, il est vrai, furent entraînés à l’apostasie par le libéralisme, et c’était là pour les simples fidèles une première donnée propre à leur faire juger une doctrine qui faisait de pareils prosélytes. Mais, quand donc la hiérarchie catholique dans son ensemble n’a-t-elle pas avec pleine et entière raison été considérée comme hostile au libéralisme ? Le mot de cléricalisme dont les libéraux ont honoré l’école la plus énergiquement opposée à leurs doctrines, que prouve-t-il, sinon que l’Église enseignante fut toujours leur implacable adversaire ? Pour qui a-t-on tenu le Pape ? Pour qui a-t-on tenu les évêques, les curés et les religieux de tout habit ? Pour qui a-t-on pris les personnes de piété et de conduite régulière ? Pour des cléricaux toujours, c’est-à-dire pour des anti-libéraux. Comment donc pourrait-on exciper de la bonne foi dans une question où le courant orthodoxe apparaît si manifestement distinct de celui qui ne l’est pas ? Ainsi, ceux qui comprennent clairement la question peuvent en saisir les raisons intrinsèques, et ceux qui ne la comprennent pas ont dans l’autorité extrinsèque plus qu’il ne leur est nécessaire pour former exactement leur jugement, comme il doit l’être en tout bon chrétien sur les choses qui touchent à la foi.

Par la miséricorde de Dieu, la lumière n’a pas manqué, mais l’indocilité, les intérêts bâtards, le désir de mener une vie facile ont surabondé. Ce n’est pas ici la séduction qui produit l’erreur en aveuglant l’esprit par de fausses clartés, mais bien la séduction qui en souillant le cœur obscurcit l’entendement. Croyons donc que, à quelques exceptions près, il faut de grands et d’ingénieux efforts de charité pour admettre de nos jours, en raisonnant selon les vrais principes de la morale, l’excuse de la bonne foi dans un catholique sur la question du libéralisme.

Publicités