Don Sarda y Salvany – Le libéralisme est un péché – Chapitre 3

don-sarda-y-salvany

III

Le libéralisme est-il un péché, et quel péché ?

Le libéralisme est un péché, qu’on le considère dans l’ordre des doctrines ou dans celui des faits. Dans l’ordre des doctrines, c’est un péché grave contre la foi, parce que ses doctrines sont une hérésie.

Dans l’ordre des faits, c’est un péché contre les divers commandements de Dieu et de l’Église, parce qu’il les transgresse tous. Plus clairement : dans l’ordre des doctrines, le libéralisme est l’hérésie radicale et universelle, parce qu’il comprend toutes les hérésies. Dans l’ordre des faits, il est l’infraction universelle et radicale de la loi de Dieu parce qu’il en autorise et sanctionne toutes les infractions. Procédons par parties dans notre démonstration.

Dans l’ordre des doctrines, le libéralisme est une hérésie.

Hérésie est toute doctrine qui nie formellement et d’une façon opiniâtre un dogme du christianisme. Or, le libéralisme doctrinal commence par nier tous les dogmes du christianisme en général, et ensuite il nie chacun d’eux en particulier.

Il les nie tous en général quand il affirme ou suppose l’indépendance absolue de la raison individuelle dans l’individu et de la raison sociale ou critère public dans la société.

Nous disons affirme ou suppose, parce qu’il arrive parfois que le principe libéral ne soit pas affirmé dans les conséquences secondaires ; mais dans ce cas il est supposé et admis.

Il nie la juridiction absolue de Jésus-Christ Dieu sur les individus et les sociétés et, par conséquent, il nie aussi la juridiction déléguée que le chef visible de l’Église a reçue de Dieu sur tous et chacun des fidèles, quels que soient leur condition et leur rang.

Il nie la nécessité de la révélation divine et l’obligation pour tout homme de l’admettre s’il veut parvenir à sa fin dernière.

Il nie le motif formel de la foi, c’est-à-dire l’autorité de Dieu qui révèle, admettant seulement de la doctrine révélée les quelques vérités que son esprit borné peut comprendre.

Il nie le magistère infaillible de l’Église et du pape et, par conséquent aussi toutes les doctrines définies et enseignées par cette divine autorité.

Après cette négation générale, cette négation en bloc, le libéralisme nie chaque dogme en tout ou en partie, selon que les circonstances le lui montrent en opposition avec son jugement rationaliste. Ainsi, par exemple, il nie la foi au baptême quand il admet ou suppose l’égalité des cultes ; il nie la sainteté du mariage quand il établit la doctrine du soi-disant mariage civil ; il nie l’infaillibilité du pontife romain quand il refuse de recevoir comme des lois ses ordres et ses enseignements officiels, et les assujettit à son exequatur (note: Autorisation de mise à exécution.), non pour s’assurer de leur authenticité, comme cela se pratiquait autrefois, mais pour en juger le contenu.

Dans l’ordre des faits, le libéralisme est l’immoralité radicale.

Il l’est parce qu’il détruit le principe, ou règle fondamentale de toute moralité, qui est la raison éternelle de Dieu s’imposant à la raison humaine parce qu’il consacre le principe absurde de la morale indépendante, qui est au fond la morale sans loi, la morale libre, ou, ce qui revient au même, la morale qui n’est pas morale, puisque l’idée de morale implique non seulement l’idée de direction, mais contient encore ‘’essentiellement’’ celle de frein et de limite. De plus, le libéralisme est toute immoralité parce que dans son développement historique, il s’est permis ou a sanctionné comme licite l’infraction de tous les commandements. Nous disons de tous, car c’est depuis le premier qui ordonne le culte d’un seul Dieu, jusqu’à celui qui prescrit le paiement des droits temporels de l’Église et qui est le dernier des cinq que l’Église a promulgués (note : Allusion au Vème Commandement de l’Église dans le catéchisme espagnol : Pagar diesma y primicia a la Iglesia de Dios. Payer dîme et prémices à l’Église. (Note de l’édition originale).).

Il convient donc de dire que le libéralisme dans l’ordre des idées est l’erreur absolue et dans l’ordre des faits l’absolu désordre. Par suite, dans les deux cas, il est péché grave de sa nature ex genere suo, péché extrêmement grave, péché mortel.

Publicités